Neuf mois au ciel, et ils disent que c' est l' enfer

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

Kasumbalesa-inauguration.jpg

 

 

4 mars 2011   Flamboyante de rouges, la cérémonie est un leurre. C’ est l’arnaque du siècle! Soit les Africains sont des cons, soit ils sont corrompus. Les Israéliens ont tout misé sur la construction et le fonctionnement du nouveau poste frontalier zambien de Chililabombwe / Kasumbalesa. Leur vitrine. Un coup de poker. Un investissement prétendu de 25 millions de dollars américains en PPP/BOT (Partenariat Public Privé – tous frais à charge du privé qui construit, exploite et transfère à l’ Etat après 20 années). Pour cela, les “investisseurs israéliens”, ont créé la Zambia IP Border Crossing Company Limited (ZIPBCC). Le site internet http://zipbcc.com/ZBBHome.aspx indique qu’ ils ont mérité le pactole “sur base de la réputation et des références des actionnaires qui ont joué un rôle majeur dans la réalisation de plusieurs projets PPP/BOT de la sous-région pour plus de 150 millions de dollars”. Mais la liste des projets, ne compte que le seul poste de Chililabombwe / Kasumbalesa.

 

Octobre 2001, la campagne de promotion du "concept israélien" est tel que la ZIPBCC est nominée  pour le trophée 2011 de Africa investor (Ai). Les Israéliens raflent 5 nominations (Investissement de l’ année, transporteur, partenariat public privé, Gestion des infrastructures, Sponsor) sur 19 ( dont énergie, télécommunications, infrastructures sociales, pétrole et gaz, financement des infrastructures, intermédiation bancaire, assistance juridique, consultance, initiative d’ investissement dans les infrastructures régionales. http://www.nepad.org/fr/regionalintegrationandinfrastructure/news/2514/africa-investor-infrastructure-investment-awards-2011 . On aura remarqué la nomination pour "sponsoring". Car on alonge le chèque pour ce genre de prix bidons.

 

C’ est la récompense de promesses mirobolantes. Notamment de douches et de toilettes..

 

 Kasumbalesa confort

 

15 novembre 2011 Times of Zambia     Mais tès rapidement, on se rend compte des réalités. Les camionneurs bloquent le poste frontalier zambien pour exiger de meilleurs services aux Israéliens de la Zambia IP Border Crossing Company Limited (ZIPBCC) “ Il n’ y a pas de douches, et les toilettes sont insuffisantes pour la quantité de gens qui passent la frontière. Ils avaient garanti la sécurité, mais il y a davantage de vols dans les véhicules. Il faudrait aussi un guichet séparé pour faire cacheter les passeports parce que la procédure actuelle est trop longue et harassante. Nous payons  114 à 152 dollars pour chaque passage, et ils facturent le même montant que les véhicules soient chargés ou à vide; ce n’ est pas normal. Les parkings ne sont pas suffisants pour le nombre de véhicules et ils sont toujours encombrés. Etc.”
  Kasumbalesa-confort-et-inconfort-copie-1.jpg

 

14 novembre 2011  La photo satellite prise la veille,  démontre que même vu du ciel, le "border" est ... bordélique!  
      Kasumbalesa aerial view 14 nov-copie-1
             
En Zambie, "ils" n’ ont pas amené de fonds propres, mais un financement bancaire sud africain. A l' inauguration de mars 2011, les dépenses annoncées de 25 millions n’ avaient pas été effectuées. Ni même après dix mois.  Cela indique que le “ système” est de réaliser au fur et à mesure des paiement de taxes, avec l' argent des utilisateurs.  Voilà que la commande anarchique du poste congolais de Kasumbalesa double la mise, avec les fonds de l' Etat congolais, et pour une formule biaisée de PPP/BOT inqualifiable. 
   
17 novembre 2011 Lusaka Times      C’ est l’arnaque du siècle! Soit les Africains sont des cons, soit ils sont corrompus. A Lusaka, la Cour des Comptes, la Zambia Revenue Authority (ZRA) a examiné l’ attribution de contrats de janvier 2006 à octobre 2011. Interpellé, l’ ancien ministre des finances, Dr Situmbeko Musokotwane a demandé de répondre devant les caméras. Profitant de la présence des journalistes, la ZRA a harcelé Dr Musokotwane sur l’ attribution de 6 postes frontaliers à une société privée, alors que cela représentait un danger pour la sécurité nationale. Ils ne comprenaient pas non plus pourquoi le gouvernement avait autorisé le concessionnaire à acheter et à contrôler les terrains où sont érigées les infrastructures à Kasumbalesa et dans sept autres postes frontaliers. Dr Musokotwane répondit qu’ ils avaient fait cela pour moderniser les installations et créer des emplois! La ZRA a annoncé qu’ elle se rendra à Kasumbalesa pour y commencer son enquête le 24 novembre ...
( A suivre)