Pas la même enseigne pour les criminels

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Le sort des criminels de l' humanité varie.
Feu d' artifice pour le président soudanais, mais cuisson à feu doux pour Bemba, à la CPI.
Quant à Gédéon, sa tête tombera sans les bras qui l' ont armé.
 
 On fait partie des autres

CongoTribune      Jérôme Roux  Conseiller économique et commerciale à l’Ambassade de Belgique en RDC.    " Le Congo en 1960 avait le même niveau de développement que le Canada et l’Italie. Aujourd’hui, le Canada et l’Italie sont membres du G8 (le groupe des pays les plus industrialisés du monde) alors que le Congo est le 8ème pays le plus pauvre au monde".

MadagascarTribune    Ndimby A.   " La pauvreté ou les crises politiques ne seraient que des accidents de parcours. De la faute des bailleurs de fonds, de la faute des politiciens, de la faute des réseaux mafieux, de la faute à pas de chance, de la faute au voisin, de la faute aux grandes puissances, de la faute des autres. Mais, ne faisons-nous pas partie des autres ? C’est cette habitude à refuser d’admettre nos faiblesses pour les cacher derrière des arguments fallacieux qui nous plonge encore à la queue de tous les classements mondiaux en matière de pauvreté et de développement".

Béchir l' a bien cherché

Wikipedia CourrierInternational La Republica    

En mai 2007, la Cour pénale internationale avait lancé deux mandats d’arrêts internationaux contre 2 soudanais accusés de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité : Ahmed Haroun, ancien ministre de l'Intérieur, et Ali Kosheib, l’un des principaux chefs des milices janjawids. Le Soudan a refusé d' exécuter les mandats, défiant ainsi « de manière répétée l’autorité du Conseil de sécurité». Le 14 juillet 2008, le procureur de la Cour pénale internationale ( CPI)  a demandé un mandat d'arrêt à charge d'Omar el-Béchir lui-même.


La demande de l'arrestation d'Omar El-Béchir reste un simple coup d'éclat. car aussi longtemps que Omar el-Béchir sera le président soudanais, il ne sera pas traduit devant la CPI. Ce qu' explique Antonio Cassese, l'ancien président du Tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie :" le mandat d' arrêt ne peut être exécuté qu'au Soudan, et uniquement si le président soudanais lui-même autorise ses forces de l'ordre à l'arrêter. En dehors du Soudan, cet ordre n'a quasiment aucun poids juridique. Les statuts de la CPI établissent en effet que si le chef d'un Etat qui les a ratifiés commet un crime comme le génocide ou un crime contre l'humanité, il peut être jugé car il ne peut invoquer l'immunité le protégeant habituellement. Mais s'il s'agit du chef d'un Etat qui n'a pas ratifié les statuts, comme le Soudan, cette immunité peut être invoquée. Et dans le cas du Darfour, le Conseil de Sécurité s'est limité à imposer au Soudan de "coopérer avec la Cour". Autrement dit, le mandat d'arrêt ne peut être exécuté que si ce sont les forces de l'ordre soudanaises qui arrêtent El-Béchir et qui le remettent à La Haye..."

Bemba est cuit à feu doux
 
CPI
    Jean-Pierre Bemba Gombo a été arrêté le 24 mai 2008 en Belfgique et fut remis à la Cour Pénale Internationale ( CPI) le 3 juillet 2008. Il serait pénalement responsable de cinq chefs de crimes de guerre (viols, tortures, atteintes à la dignité de la personne, notamment des traitements humiliants et dégradants, pillages et meurtres) et de trois chefs de crimes contre l'humanité (viols, tortures et meurtres) commis sur le territoire de la République centrafricaine entre le 25 octobre 2002 et le 15 mars 2003. Dans sa décision du 4 mars 2009, la CPI qu' il serait plutôt responsable en tant que chef militaire et supérieur hiérarchique.

Le Procureur devra présenter, au plus tard le 30 mars 2009, un état amendé des charges, la défense devra y répondre au plus tard le 24 avril 2009, et les représentants des victimes au plus tard le 9 avril 2009. Ensuite, les juges rendront publique leur décision sur la confirmation éventuelle des charges  dans un délai de 60 jours à compter de la réception de la dernière soumission écrite.

Marc J.aber NEW YORK (Nations Unies), (AFP) - Libre Belgique   
Bemba est emprisonné à la CPI pour longtemps. Très longtemps. Le procureur de la CPI le cuit à petit feu. Le dossier Centrafrique pourra être renforcé avec les témoignages congolais des proches de Bemba. Il existe de nombreux transfuges qui ont déserté le MLC pour rejoindre l' AMP de Joseph Kabila et qui pourraient témoigner que le " chairman" était bien au courant des opérations et des exactions de ses toupes en Centrafrique. Ensuite sera lancé le dossier de crimes en RDC.     Le Conseil de sécurité de l'Onu s' était ému  d'une "situation terrible" marquée par le cannibalisme et les viols dans le nord-est de la RDC. Le Conseil a  nommément identifié les responsables des atrocités: le Mouvement de libération du Congo (MLC) et son chef Jean-Pierre Bemba ainsi que le Rassemblement congolais pour la démocratie-National (RCD/N) de Roger Lumbala. Les soldats du MLC sous le commandement de deux chefs, Freddy Ngalimo, dit "Effacer le tableau", qui leur a donné son nom, et "Ramsès", dit aussi "Roi des imbéciles", avaient commis des atrocités dans la région de Mambasa, allant jusqu'à des actes de cannibalisme. Une femme pygmée explique: "Les soldats disent que manger de la viande de Pygmée ou boire du sang rend fort, très fort." Un officier qui se faisait appeler Zorro se vantait de manger de la chair humaine, de couper les pénis des prisonniers et de les boucaner pour ses chefs. Il montrait des organes dans sa gibecière."

Un million de portraits, sauf Katumbi













Le site RT Nyota avait annoncé pompeusement que, son véritable propriétaire, Moïse Katumbi aurait été présent à Washington à l' investiture d' Obama aux côtés de Oprah Winfrey.  L' information farfelue a été rétirée. Mais elle aurait pu être contredite par cette photo de "l'inauguration" de Barak Obama. Un seul cliché permet de distinguer nettement chaque personne dans la foule. La photo  a été prise avec une caméra-robot de 1.474 megapixel, soit 295 fois plus de puissance que les photos des appareils courants. Une seule photo donnerait ainsi aux gouvernements la possibilité de "ficher" un million de personnes !

Mode d' emploi: aller sur 
http://gigapan.org/viewGigapanFullscreen.php?auth=033ef14483ee899496648c2b4b06233c
pointer et agrandir l' image. Attendre quelques secondes pour que l' image devienne nette

Et ceux qui ont armé Gédéon?
 
RadioOkapi    Kyungu Mutanga alias Gédéon a été condamné à mort pour crime contre l'humanité, mouvement insurrectionnel terrorisme commis dans le « Triangle de la mort » entre Pweto, Manono et Mitwaba. Cela à partir du mois de mai 2004 jusqu' en 2006, année de sa reddition à la Monuc avant d'être remis à la justice congolaise. « La RDC est condamnée comme civilement responsable puisque les Maï-Maï mais ont été des alliés des forces armées congolaises et avaient été armés par la République »
 
2005 Noir-Métallisé Nr 30ème - Kisolo et mat! On ne joue plus, Kundangulu!        A la différence de Mobutu, les Kabila avaient installé des milices dites "nationalistes" , et chargées de défendre la Nation, même avec des fétiches. Cela à commencer au Katanga. " La Communauté Internationale avait offert une assistance pour désarmer les milices. Mais on avait imposé que les Mayi Mayi étaient des combattants réguliers contre les envahisseurs, jusqu’ à accorder en leur nom des postes au Gouvernement, au Parlement et, même, à la tête de la province du Katanga. N’ était-il pas étrange que des « nationalistes » aient continué à sévir, non contre un envahisseur quelconque, mais contre leurs propres frères et soeurs de sang, avec aux commandes de la Province et du Pays, leurs frères ethniques ? Cette impuissance à restaurer le règne universel de la supériorité de l’ humanité sur l’ animalité avait de quoi faire réviser toutes les théories de la violence générée par la conquête du pouvoir. Pour qui se battaient les Mayi-Mayi du Lubaland? (