DCP: des destructions rituelles

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Mars 2007    Au lendemain de sa nomination, mais deux mois avant son entrée en fonction, le nouveau gouverneur démolit des constructions dites anarchiques..
 

Inauguration à la katangaise

Mars 2007    Dans un communiqué, Le Centre des Droits de l’Homme et du Droit Humanitaire (CDH) dénonce la démolition de toutes les maisons construites dans le quartier BWALYA à Lubumbashi. Selon cette ONG, le nouveau Gouverneur de la Province du Katanga  Monsieur Moïse Katumbi Chapwe vient de commettre ses premières erreurs ". Et l' organiation de rappeler que c'était sur proposition des services techniques de la Conservation des Titres Immobiliers, l’Urbanisme et Habitat,  la RVA, la Régideso, la SNEL, la Mairie et autres  que le précédent Gouverneur du Katanga, le Docteur Urbain KISULA NGOY, avait signé l’arrêté provincial n°2005/0046/KATANGA du 13 juillet 2005 portant changement de destination et morcellement de la concession Bwalya. Le quartier Bwalya a donc été créé régulièrement et il s' en était suivi la vente des terrains aux particuliers qui y ont construit des maisons, pour beaucoup déjà habitées. Mais le 10 mars 2007, le nouveau gouverneur de province a abrogé le lotissement de 2005 par le nouvel arrêté Nr 2007/0043/ Katanga. L' ONG note que les démolitions avaient débuté le 08 mars, soit deux jours avant la nouvelle mesure. Le lendemain, 09 mars 2007, le Gouverneur de Province, en visite d’inspection sur le site concerné, avait accordé un délai de déguerpissement de trois mois en attendant  qu’un autre site leur soit trouvé. Mais le 13 mars, les destructions avaient repris.

Ailleurs aussi en Afrique

Bulldozers in Cameroon's economic capital, Douala, made a massive house demolition despite protests from residents. "They are destroying our businesses and houses at short notice without compensation," Some owners have accused the city council of not respecting a boundary set up before the clearance started. But the authorities say the buildings are being cleared for new roads and were put up without permission. 
 
Jeu de muscles et déboires kinois

2007    Okapi.net/Lp
    A Kinshasa, les démolitions des constructions par l’Hôtel de ville de Kinshasa s’accompagnent de plusieurs plaintes. Certains propriétaires disent disposer de documents officiels délivrés par les services concernés, mais plusieurs d’entre eux oublient de suivre la procédure de leur acquisition.

2008    RadioOkapi    Les propriétaires des maisons détruites sur le site Tembe Na Tembe, entre le palais du peuple et l’université protestante au Congo, ont gagné le procès qui les opposait à l’hôtel de ville de Kinshasa.  Le gouvernement provincial a été condamné à payer 20.000 USD à titre de dommages et intérêts, en plus de la réinstallation des victimes des démolitions. Pour éviter tout conflit entre les requérants, le tribunal de grande instance de la Gombe recommande le respect strict des limites parcellaires fixées par les affaires foncières avant la démolition.

 

Décryptage Mars 2007     La destruction des constructions anarchiques est un phénomène de mode en Afrique centrale. C' est que l’Afrique compterait la moitié des habitants des bidonvilles du monde. Bref, une sorte de record au classement du Sida. Aussi les opérations de destructions se font un peu partout. Kenya, au Soudan, Afrique du Sud, Zambie...L’ action la plus importante avait eu lieu dans la capitale fédérale du Nigeria, Abuja, où armée, police et bulldozers, avaient détruit maisons, écoles, hôpitaux, églises et mosquées et expulsé plus de 4 millions d'habitants, sur un total de 7 millions.

 

Mais l' opération la plus décriée reste la « Murambatsvina » (Restaurer l'ordre) menée en mai 2005 à Harare et qui a sérieusement terni l' image du régime zimbabwéen. Les autorités africaines peuvent-elles tout se permettre? Pour les évêques du Zimbabwé, "la destruction des maisons des pauvres est peut-être une opération de police légale, mais elle est immorale parce qu'elle a été préparée et menée sans se soucier des conséquences pour les pauvres". Cela signifie que, ici comme ailleurs, que la fin ne justifie pas les moyens.


Mugabe, le zimbabwéen avait rasé tout un quartier de Harare, mais le triste sort des sans abris a transformé l’ opération en une contre-propagande internationale. La décision a remonté au Nord et ce sont les autorités zambiennes qui s’attaquent à un quartier anarchique à Lusaka. Encore plus au Nord, on apprend que le nouveau gouverneur du Katanga a utilisé des bulldozers de son entreprise privée pour raser un quartier de Lubumbashi. Les mêmes engins ont été mis en action à Kinshasa et une visite d’ inspection de Joseph Kabila augure que d’ autres habitations seront détruites dans la capitale congolaise.
 
Le cas de Lubumbashi est particulier. Le gouverneur de Province aurait autorisé en 2005 un nouveau lotissement. Mais son successeur décide en 2007 d’ annuler la décision ancienne. D’ où la question de savoir s’ il s’ agit réellement de constructions ou d’ autorités anarchiques. Il est évident que la décision de 2007 ne peut rétroagir et placer dans l’illégalité les personnes qui ont bénéficié de la décision de 2005. La nouvelle autorité doit par conséquent assumer les conséquences de la décision antérieure, ce qui mène à l’ indemnisation des constructions. Ceci signifie qu’ il y a une faute administrative qui permettrait des dédommagements au-delà de la valeur des maisons détruites. Et même, il ne semble pas que le gouverneur du Katanga ait pris la peine d’ expertiser les habitations et cette absence d’ évaluation favorisera des prétentions démesurées.

 

Il reste la question de l’ opportunité de la mesure. Il s’agit manifestement d’ une action d’éclat, d’ un show médiatique, pour impressionner les administrés et, surtout, montrer qu’on a le pouvoir de faire pire en d' autres circonstances. Bref, une sorte de terrorisme. Au lendemain de sa prise de pouvoir, Mobutu avait veillé à pendre publiquement quelques politiciens. La Nation terrorisée a été muselée pour les trente années suivantes. Que cherche monsieur le gouverneur ?

 

Mise à jour : mai 2007    Le gouverneur n’ a pris ses fonctions que le 7 mai 2007, après l’ adoption de son programme et l’ installation de son gouvernement par l’ Assemblée provinciale. Autant dire que la décision de démolitions du mois de mars n’ a pas été prise par un gouverneur attitré.