Une Famille, et la République

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

19.10.2010   CongoIndépendant   "La garde de Zoé Kabila a battu un policier de roulage au rond-ponint Socimat". Selon la Radio Okapi,  « les gardes du corps de Zoé Kabila n’auraient pas apprécié le fait que l’agent de roulage ait changé la direction de priorité au même moment où leur cortège allait passer» 
 

Rp-Socimat.jpg

Rond Point "Socimat" : incident "Zoé"  ( R0)

 

DECRYPTAGE

1.    D' après la Constitution, une seule personne a été élue président de la République, "pour ses qualités individuelles". L' élu bénéficie des avantages liés à son rang, dont l' escorte et la garde rapprochée.

2.    D' après le Code de la Famille, les collatéraux ( frères, soeurs,  grands parents, oncles, tantes et cousins) ne font pas partie de la famille légale: mari, épouse, et enfants à charge.
 

3.    Il n' existe aucun concept de "famille présidentielle", dans les lois de la République.

   

UNE LONGUE HISTOIRE, INCESSANTE 
 
12/06/02, Mme Pétronie KABILA, tante paternelle du Président de la République, avait ordonné à ses gardes de torturer son travailleur M. Kabeya Kitenge, soupçonné d’avoir volé quelques épis de maïs dans sa ferme sise Route Kafubu. Ce dernier en était mort.

15/06/02, M. Jules Dassin Ngandu Mwana Muyombi, Divisionnaire à la Cour d’Appel de Lubumbashi, avait été arrêté arbitrairement, subi des violences physiques et traitements dégradants à son domicile, de la part des militaires agissant sous les ordres de Dieudonné Kabila alias Dydo, parce que ces derniers étaient à la recherche de son fils nommé Alain Ngandu,  soupçonné de vol de 2 900 $ USD.

29/07/03, Mme Salvatrice MATAGA, tante maternelle du Président de la République, accompagnée de 10 éléments du Groupe Spécial de la Sécurité Présidentielle (GSSP), avait fait arrêter et détenir illégalement M. Bony LILITIYO, vérificateur à l’Office des Douanes parce que ce dernier exigeait les frais des douanes requis pour le dédouanement des 4 camions des produits pétroliers appartenant à celle-ci.

10/01/04, le taximan Sylvain KIPESA, avait été arrêté par 3 policiers de garde, au motif qu’il était interdit de parquer devant une parcelle habitée par un membre de la famille présidentielle, non autrement identifié. La victime a été introduite manu militari dans cette résidence où il y sera ligoté et tabassé copieusement.

En 2005    RadioOkapi                                                                                                                            Suite à la méconduite des siens, Joseph Kabila  réunit sa famille élargie.                             La famille s’  engage à ne plus commettre des méfaits.
 

Janvier 2005 APA    Le prévenu Ibrahim Kabila, frère du Président Joseph Kabila, a été condamné à deux ans de servitude pénale principale (Spp) ferme sans sursis avec arrestation immédiate. IL avait été inculpé par le Parquet pour les menaces de mort et injures proférées aux magistrats et pour la destruction des biens publics.
 
26.08.2005  Radio Okapi      Certains membres de famille du chef de l’Etat ne cessent de multiplier des exactions sur les paisibles citoyens. Ibrahim Kabila, jeune frère du président de la République a grièvement blessé au couteau un homme en pleine rue à Lubumbashi. De son côté, Dieudonné Kabila, neveu du chef de l’Etat, aidé par un major des FARDC, a passé à tabac un jeune dans une boite de nuit.
 
27.12.2005    RadioOkapi    Patrick a été enlevé par Ibrahim Kabila.  « La mère de Patrick lui devait 824 $US qui devaient être payés à la fin du mois. Ibrahim est passé avec trois éléments de la garde présidentielle pour enlever Patrick, le fils de la débitrice, vers une destination inconnue.  Interrogé par radiookapi.net, Ibrahim Kabila a proféré des injures et des menaces de mort contre le journaliste.

Octobre 2008, M. Ibrahim KABILA ordonne aux éléments de la Garde Républicaine qui l’accompagnaient d’enlever et de torturer une personne pour raisons de sécurité à l’Hôtel UHURU appartenant à Mme KIBAWA, alors que  c' est le véhicule de cette dernière qui avait failli le tamponner.
  
24/12/08.   ASADHO    Enfin, Bébé KIBAWA est traduit en justice.  Il abusait de ses qualités de membre de la famille présidentielle et de militaires GR armés avec lesquels il avait commis plusieurs violations des Droits de l’Homme. C’est ainsi qu’il avait  successivement violé, puis rendu grosse Mlle J.M sa belle-sœur mineure de 16 ans ; brûlé, le 9/08/08, les parties intimes de Mme N. M. l’une de ses nombreuses épouses car la soupçonnant d’infidélité ; le 10/09/08, en présence des éléments de la GR, donné des coups de poing et de genou à sa belle-mère Mme Masala Kiluba qui lui réclamait 30 USD pour apurer les factures de l’Hôpital Flora où N.M. était internée pour soins intensifs. Recherché par le parquet militaire, le Capitaine Bébé KIBAWA, accompagné de 9 militaires armés de la GR, avait enlevé le 16/10/08  deux agents du parquet militaire en mission de protéger sa belle-famille contre ses menaces de mort. Il ordonna aussi que son beau-père  de 62 ans Lwamba Kabungo soit aussi enlevé. Les 3 infortunés furent entassés par les militaires de la GR dans le coffre de son véhicule, puis acheminés à la ferme Maman Kibawa où ils furent torturés.
 

30.07.2010    La Garde républicaine met la main sur Ibrahim Kabila, au moment où il voulait faire sortir frauduleusement des sacs de  ciment et de sucre. Auparavant, Ibrahim Kabila avait terrorisé les douaniers parmi lesquels le sous directeur de la DGDA/Kasumbalesa. Il exigeait la libération des quatre véhicules importés et pour lesquels la procédure douanière était en engagée.