Un capital de 1000 dolls pour 100.000 dolls par jour

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

IMG00451-20111121-1040-copie-1.jpgSous les flamboyants, les sages rappellent qu’ on n’ apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. Les gouvernants font flamboyance de “ leurs” réalisations? Le schéma est rodé. On part de la détresse du pays, de la désorganisation. Tout le monde est d’ accord. On part de besoins réels et de la perspective d’ obtenir ce qui aurait été normal, normalement. Un étranger peu connu, mais providentiel, propose des solutions et ses services pour alléger l’ enfer et, même augmenter les recettes publiques. A partir de ce moment, tout le monde doit se taire! Il n’ y a ni études du projet, ni appel d’ offres. L’ étranger obtient le contrat. Ses services sont obligatoires. Ses services providentiels sont payants. Cher. L’ étranger bénéficie d’ une concession exclusive de plusieurs années pour engranger les recettes. Parfois, les deniers publics sont prêtés à l’ étranger. Politiquement, l’ Etat fait la promotion généreuse d’ entrepreneurs étrangers, alors que les nationaux sont toujours oubliés. Juridiquement, lorsqu’ on impose un fournisseur de services publics, ses prix constituent une taxe et un impôt. C’ est illégal. 

 
Le nouveau PPP/BOT à la katangaise

 

 
Dans les PPP ( Partenariat Public Privé) , l’ Etat fait l’ économie d’ une dépense publique qui est assumée entièrement par un opérateur privé. Ensuite, le privé qui a construit, exploite l’ installation pendant quelques années, avant de la remettre à l’ Etat ( BOT).

 

 

Kasumbalesa-Province-katanga-v-Zambia.jpg

 

Pour le poste zambien de Chililabombwe, la Zambie a été obligée d’ adopter une loi autorisant les PPP. A la suite de cela, l’ Israélien Avishay Dvir a créé la Zambia IP Border Crossing Company Limited (ZIPBCC) qui a amené les fonds d’ une banque pour engager un projet de 25 millions de dollars. Tout cet argent n’ a pas encore été dépensé réellement. Mais c’ est du "O" ( zéro) dépense pour le gouvernement de Lusaka. La ZIPBCC exploitera pendant vingt ans. La 21ème année, les installations reviendront à l’ Etat Zambien.

 

Pour le poste congolais de Chililabombwe, la RDC n’ a pas de loi pour encadrer les PPP. Le poste frontalier relève du gouvernement central. Mais Kinshasa n’ a rien payé. Ce n’ est pas non plus l’ opérateur israélien qui a payé. Les fonds ont été avancés par la Province du Katanga pour un enveloppe de 15 à 25 millions. Le dossier est secret. Mais les installations ont été remises aux Israéliens. Ils exploiteront pendant vingt ans. La 21ème année, les installations reviendront à l’ Etat congolais. 

 

Kasumbalesa-2-Province-katanga.jpg

 

 

 

L’ histoire commence ici

 

 

Kasumbalesa-KBC.jpgLe 26 octobre 2011, les Israéliens lancent les opérations de la Katanga Border Post Company ( KBP). Le jour-même, la société est immatriculée au registre du commerce sous le Nr 2274. Elle a pour activités la construction, le transport et le commerce général. Il manque les services frontaliers! Son siège social est logé dans l’ immeuble de l’ OCC à Kasumbalesa. C’ est le site Whisky qui était en développement mais qui a été biffé. Les actionnaires de la KBP sont père et fils. Eitan Dvir, le père, né en 1954 a 70% et Mor Dvir, son fils, né en 1980 a 30%.

 

Le capital social de KBP est de ... 1.000 dollars.

 

Donc, mille dollars pour une concession de vingt ans et visant à générer 100.000 dollars par jour!

 

S’ ils ne sont pas fous, au moins les Congolais auraient de la dignité?

 

Ils ne sont même pas capables de faire dénommer l’ entreprise en français, la langue officielle.

 

Le Directeur général de KBB est le même, et en même temps, que celui de la ZIPBCC, Mr Samuel Sandi.