Petit problème pour une domination géostratégique

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

  
Une chose est certaine: on ne peut pas commettre des milliers de crimes parfaits. La vérité prendra certainement du temps, mais ce moment arrivera.
C'est certain et irrémédiable ( Roberto Garreton).
  
1997    J-D Kabila qualifie le sort des hutus massacrés de "petit problème". Par la suite, le régime kabiliste couvre les massacres commandités par Kigali et sabote systématiquement les enquêtes onusiennes. Le rapporteur spécial Roberto Gerreton est même déclaré "persona non grata" de 1997 à 1998.
 
Massacres.jpg
  Mai 1997, un « petit problème »:
des victimes à bord d’un train de marchandises  entre Biaro et Kisangani  KADIR VAN LOHUIZEN/NOOR
 
1998    Les alliés étant devenus des ennemis, Kabila retourne sa veste et dénonce Kigali à la tribune du XIIè Sommet des Pays non Alignés:  " ces gens sont des méchants, des tueurs sans états d' âme". Mais plus personne ne l' écoute.
 
2005    En vertu du principe de «compétence universelle», le juge espagnol Fernando Andreu est saisi de l’assassinat en RD Congo, entre 1994 et 2002 de neuf Espagnols, six religieux et trois humanitaires.

01.10.2005    AngolaPress      Plus de 300 corps ont été découverts dans sept fosses communes à Kirinda (Nord Kivu). Ces personnes auraient été massacrées un certain 30 octobre 1996 après l`entrée dans la ville de Rutshuru des militaires rwandais tutsis qui accompagnaient l`Alliance des forces démocratiques et de libération (AFDL, au pouvoir en RDC). Ce jour-là, les soldats auraient, et ensuite séparé les femmes de leurs maris qu`ils auraient tués sans pitié avant de les enterrer dans les sept fosses communes qui viennent d`être découvertes. A Civanga, dans le territoire de Walungu (province du Sud Kivu), les mêmes soldats tutsis rwandais de l`AFDL auraient tué de la même manière plus de 500 personnes (hommes, femmes et enfants confondus de l`ethnie hutue) sous prétexte de les réunir en vue de leur remettre une ration alimentaire.  Des Congolais affamés qui s`étaient rangés aux côtés des Rwandais auraient été également exécutés. Les localités de Bunagana et Bugogo, au Nord Kivu, recéleraient également des charniers.
  
Andreu09.02.2008 Libération Christophe AYAD     L’Audience nationale, la principale instance judiciaire espagnole, annonce des poursuites contre 40 militaires rwandais, dont 11 généraux ( dont James Kabarebe), pour «génocide, crimes contre l’humanité et terrorisme» commis dans les années 90. Le président Kagame, dont la responsabilité est désignée sans ambiguïté, est épargné, pour l’instant, en raison de son statut de chef d’Etat en exercice. Le juge Andreu cite notamment un incident au cours duquel Paul Kagame en personne aurait fait usage d’une mitrailleuse lourde contre des civils hutus. C’est en RDC qu' il y a eu toute l' horreur, avec les massacres de réfugiés hutus en 1996-1997 puis le pillage des richesses minières de l’est du pays. Fernando Andreu estime à 4 millions les victimes de cette politique de «domination géostratégique».
 
08.02.2009    LePalmares  http://www.digitalcongo.net/article/56410     Le Premier ministre congolais apprend, avec année de retard, les 40 mandats d’arrêt international contre des officiers rwandais pour crimes commis en Rdc. C' est le  sénateur espagnol Père Saupol qui lui amène un extrait de la décision du tribunal espagnol.

30.06.2010    Des militants de parti sont mobilisés pour acclamer Paul Kagame, invité au défilé du cinquantenaire de l' Indépendance. Cinq millions de victimes de la  «domination géostratégique» sont passés à la trappe.
  

JP Mbelu        Kagame a marché sur un tapis rouge dans la capitale du pays où les témoins espagnols de ses massacres ont été tués, là où des millions des Congolaises et Congolais ont été victimes de la barbarie des miliciens du FPR ; quand nous savons que Kagame est arrivé dans cette ville, avec deux heures de retard, pour le défilé de la fête de l’accession du Congo à sa souveraineté nationale et internationale et qu’il n’y a eu aucune protestation officielle ni de la classe politique ni des ONG des droits de l’homme, ni de quelques magistrats épris d’un certain sens de justice, il y a des hypothèses qui peuvent être émises sur notre devenir commun en tant que peuple.

 
01.07.2010    Le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’homme annonce la cartographie des massacres commis durant les années de guerre au Congo. le document a mobilisé 33  enquêteurs qui ont passé plus de huit mois sur le terrain.
 
 

Que les possibles présumés  « criminels » congolais ne se frottent pas trop vite les mains. Le rapport onusien de 545 pages couvre les années 1993 à 2003. La période 1993-1996 est congolaise. Sans doute aussi, katangaise!

 
16.07.2010     Le chef du gouvernement espagnol refuse tout contact avec Paul Kagame lors d' une réunion sur les Objectifs du millénaire et du développement (OMD). En cause:  les mandats d'arrêt pour "génocide" lancés en 2008 par le juge espagnol Fernando Andreu contre 40 militaires du régime rwandais.

21.07.2010    RadioOkapi  Le chanteur congolais Koffi Olomide se rend à Kigali. « C’est un plaisir pour moi de soutenir la candidature du président Paul Kagame pendant cette campagne électorale ».

26.08.2010     Le Monde du 27 août titre  sur " dix ans de massacres au Congo: 1993-2003" http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/08/26/l-acte-d-accusation-de-dix-ans-de-crimes-au-congo-rdc_1402933_3212.html#ens_id=1259967. Des faits de "génocide" ont été commis en RDC par des militaires rwandais ou soutenus par le Rwanda. A savoir l' Armée patriotique rwandaise (APR) et l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila et  de son successeur. Le rapport décrit "la nature systématique, méthodologique et préméditée des attaques dans chaque localité et sur une très vaste étendue du territoire, l' ampleur des crimes et le nombre important de victimes, probablement plusieurs dizaines de milliers, l' usage extensif d'armes blanches (principalement des marteaux) et les massacres systématiques de survivants".
 

"Lettre ouverte aux Congolaises et aux Congolais" de Roberto Garreton
http://www.afrique-express.com/archive/CENTRALE/rdcongo/rdcongopol/238demissiongarreton.htm

  roberto-garreton

J' ai passé " huit années au cours desquelles, le Zaïre est devenu République démocratique du Congo et le drapeau tricolore enflammé par le feu sacré a été remplacé par un drapeau bleu à étoiles jaunes. Huit années au cours desquelles trois présidents se sont succédés et deux guerres ont ensanglanté et ravagé ce pays. La guerre dite de "libération" a ensuite fait place à une autre guerre qualifiée elle "d'agression". Cependant, malgré ces changements d'hommes, de contextes, de situations, de vocables et de symboles, les victimes ont toujours été les mêmes: la population civile congolaise. Population acculée, population éprise de liberté, population affaiblie, mais population, résolue, fière et convaincue.

 
L'enquête sur les massacres des réfugiés doit être conduite et la vérité doit être établie. Certes, il ne sera certainement pas possible de connaître le nombre exact des victimes ni d'identifier ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ont péri. Cependant une chose est certaine: on ne peut pas commettre des milliers de crimes parfaits. Même si la vérité ne peut être établie pour toutes ces victimes, elle le sera, je le souhaite ardemment, au moins pour certaines d'entre elles, afin que la mémoire de toutes les autres, restées inconnues, perdure.

  

Cela prendra certainement du temps, mais ce moment arrivera. C'est certain et irrémédiable.

 

Genève, le 18 octobre 2001.


Les rapports Garreton:  sur le site internet du Haut Commissariat aux droits de L'Homme (http://www.unhchr.ch/html/menu2/7/a/mcon.htm