Les indignés de Che et de Semira

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

L’ histoire immédiate apporte aussi des leçons. Le printemps arabe a montré les limites du machiavélisme politique et du mépris de la dignité des gens. La Belgique qui se porte bien alors qu’ elle n’ a plus de gouvernement depuis une année, apprend qu’ elle est un Etat véritable: un Etat  doit honorer l’ honneur 
 
La colère des indignés 
 
Pour commémorer l’ enterrement en 2010 de Floribert Chebeya, le CHE, sa disparition violente a été sanctionnée par des peines de mort.
 
 
Mais les ONG ne décolèrent pas et parlent de "l’incapacité de la justice congolaise à faire toute la lumière et à établir toutes les responsabilités”, après que.. “ le chef de la police nationale n’a jamais comparu en tant qu’accusé ...en raison d’une impunité institutionnalisée". Ou bien: “ seuls les exécutants ont pu être condamnés mais l’auteur intellectuel, moral et le suspect Nr 1 n’a pas été inquiété “. Ou encore: “ on a voulu protéger le général Numbi tout simplement puisque c’ est un proche du Chef de l’ Etat” .. Etc
  
La Justice sert à rétablir la paix sociale.
A apaiser les consciences.
A raffermir l’ Etat.
Elle le devrait.
 
 
Les critères universels
  
Semira-Adamu.jpgSeptembre 1998  A l’ aéroport de Bruxelles, la nigériane Sémira Adamu, 20 ans doit être expulsée sur ordre de l'Office des Etrangers. C' est la sixième fois que les autorités belges tentent de la reconduire à la frontière. Elle est embarquée de force dans un avion à destination du Togo d’ où elle avait gagné clandestinement la Belgique. Les gendarmes belges lui appliquent sur la bouche un coussin pour l'empêcher de «faire son cinéma» dans l'avion. Elle est étouffée, tombe dans le coma et décède à l’ hôpital.
 
 
Cinq policiers sont poursuivis au tribunal. Trois, pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Deux autres, responsables du déroulement des opérations, pour homicide involontaire par négligence et non-assistance à personne en danger. Le tribunal condamne quatre policiers à des peines d’un an à 14 mois avec sursis.
  
Mais dès le lendemain du décès de Samira Adamu, le ministre belge de l’ intérieur Louis Tobback, a déclaré qu'il assumait «totalement sa responsabilité». Il a annoncé qu'une réforme de la politique belge en matière de droit d'asile était à l'étude. Mais au bout de trois jours, on apprend que l’ un des gendarmes était un récidiviste et avait déjà été suspendu pour violence sur un candidat réfugié. Le ministre Louis Tobback démissionne.
  
Le ministre belge n' avait pas attendu des preuves de la culpabilité ni la condamnation judiciaire des gendarmes. Il n' était même pas leur supérieur direct ni proche.
 
 
Les critères congolais
 
 
24.04.2008 Joseph Kabila est interviewé par Colette Braeckman:
 
 
Q/- On vous reproche souvent d’être lent à réagir, de ne pas sanctionner des gens qui se réclament de vous pour commettre des exactions  
 
R/-  Il y a parfois des cas que j’’ ignore. Parfois aussi les enquêtes sont en cours. Ce que je dis, c’’est que si vous avez une liste avec des preuves incriminant des membres du gouvernement, de l’ ’entourage du président ou du président lui-même, il faut me donner ces preuves, je prendrais des mesures. Mais je suis un homme juste, je n’ ’aime pas l’’ arbitraire et je trouve que c’ ’est à la justice de faire son travail... Quant à ma lenteur, je crois qu’ ’il faut surtout être sage. Ne pas prendre de décision trop vite, au risque de tout casser. Il faut être d’autant plus sage que le Congo est un grand pays.  
 

M. Jaber La “présomption d’ innocence” a des allures de démocratie. Sans nul doute?Voit-on encore des arrestations arbitraires et des détentions abusives? Des amigos et des cachots irréguliers? Des lieux de torture? Armand Tungulu, le lapideur de la voiture présidentielle, est-il mort dans un cachot de la Présidence, sans soins, et après y avoir séjourné au delà des 48 heures de garde à vue? Combien de nouveaux riches qui étalent les preuves de leurs forfaits par des “signes extérieurs de richesse”, et sans feuilles d‘ impôts, peupleraient les prisons, dont les portes sont “largement ouvertes” grâce à “l’impunité zéro”?.  

 
L’ honneur de l’ Etat
  
Le fait réel est la condamnation de cinq officiers supérieurs de la Police. Le jugement les décrits comme experts en terrorisme et en tortures mortifères qui ne laisseraient pas de traces. Ils se sont illustrés par le maquillage de la scène de mort de Che qui se serait fourvoyé dans les bras d‘ une fille de joie avec Viagra et préservatifs.  
 
Ces condamnés étaient surtout des collaborateurs directs du chef de la Police auprès duquel ils avaient des bureaux spéciaux. 
  
Déjà, la première question, avant toute considération de culpabilité judiciaire, avait été l’ éclaboussement des supérieurs hiérarchiques, dans leur incapacité réelle ou complaisante de s’ être entourés de gangsters. Et au delà, dans la confiance exigée pour exercer la charge de la sécurité des personnes et de leurs biens. Maintenant les lourdes condamnations sont lourdement infamantes pour la Police et l’ Etat. 
 
Sans sens de l’ honneur,
il n’ y a pas de Justice.
Il n’ y a même pas d’ Etat. 
  

Che n’ est pas mort, on peut toujours lui envoyer un email:

 

A relire chebeyaf@yahoo.fr

Sur   http://congograndbeauetrichepays.over-blog.com/article-chebeyaf-yahoo-fr-60129188.html