Les emprunts ne sont pas gratuits

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Lycee-Kiwele-campagne.jpg 
 
25 novembre Lubumbashi. Début de la semaine, on s’ activait pour la réfection de la petite toiture cônique du Lycée Kiwele. C’ était pour une prise de photo pour une affiche géante de campagne électorale. On l' a installée bien en face de la Cathédrale Saint Pierre et Paul. Pour que les fidèles sortant de l’ Eglise puissent adorer ... “ la volonté de bâtir”???
vue-aerienne-V.jpg
Et si les Belges avaient été un rien démago, comme c' est de mode, ils auraient été élus? Et, à voir le stock des réalisations matérielle, ils auraient été réélus pour l’éternité?
Mais on ne s’est pas approprié du véritable patrimoine légué par l’ oeuvre coloniale.
 
Il y a d' abord l' architecture. Le complexe scolaire est de Jacques Strebelle, l’ architecte du Théâtre de la Ville – Cinquantenaire qui est squatté, dévalorisé et fermé aux manifestations culturelles et artistiques.
Il y a ensuite l' éducation. Au temps de sa construction, l’ Athénée Royal était une école de “blancs”, pour une population de 8.000 "européens". En même temps, une école laïque pour à la fois une fréquentation mixte ( filles -garçons) et non confessionnelle, et l’ hébergement en internat des enfants dont les parents travaillaient dans l’ arrière pays.  Mais en même temps, à l’ autre bout de la ville avait été bâti l’ Athénée de la Katuba, pour la population noire.
 
La discrimination raciale s’ arrêtait là. Les enseignements des deux côtés étaient du même niveau, et les finalistes noirs et blancs avaient les mêmes diplômes homologués à Bruxelles et le même parchemin pour entrer à l’ université où ils pouvaient évoluer côte à côte. En fin!
 
Mais en 2011, il n’ y a pas un début d’ idée pour relancer l’ enseignement, une éducation véritable et de qualité, donnant les mêmes chances à tous. Et dnnant une chance au Pays.
 
La véritable volonté de bâtir, ce n’ est pas de réfectionner des tôles du passé, mais de bâtir ... la jeunesse, l’ avenir!    
 
 
Rais.jpgLes rues, et les écrans télés débordent du slogan de “RAIS”.   Le mot a la même racine que “REIS”, “ROI”. C’ est un titre de dignitaires dans certains pays arabes.              
    
Mais quelle idée que d’ arabiser le parler national. D’ emprunter une appellation de potentats! Au moment où les Arabes eux-mêmes écartent le Raïs Ben Ali de Tunisie , le Raïs Moubarak d’ Egypte , le Raïs Mouammar Kadhafi de Lybie, le Raïs Ali Abdallah Saleh du Yemen, le Raïs Bachar el-Assad de Syrie. Etc.
 
Aurait-on trouvé séant le prénom de "Guide" ( à la Mobutu, Mao Zedong, Mouammar Kadhafi)? “Guide” qui se traduit également en Führer (Adolf Hitler) ou Il Duce (Benito Mussolini) ou Conducător (Ceauşescu) ou El Caudillo (Francisco Franco)?
 
Pour représenter et promouvoir des valeurs républicaines, aurait-on osé mettre un casque colonial? ?