Le 113è de Congo Reading

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


Lorsque des dons deviennent insistants au point d' instrumentaliser des prélats et de titiller le diable, il faut recourir à deux instruments de mesure...

 Des prélats " hommes-sandwiches"!

15.02.2010 RadioOkapi RTNyota      Le DCMP de Kinshasa s’est refait une santé en s’imposant par 3-0, devant la modeste formation centrafricaine des Anges de Fatima. Pour saluer l’exploit, le très sportif Moise Katumbi a offert à DCMP  20.000 dollars Us, qui équivalent à la prime du vainqueur de la Linafoot, le championnat d’élite nationale.

Jeeps-eveques.jpg16.02.2010    RTNyota  Mayonde Kolongo    Le gouverneur Moise Katumbi a offert 7 jeeps Nissan Patrol neuves aux deux archevêques et à cinq évêques du Katanga ( Kalemie, Kamina, Kilwa-Kasenga, Kolwezi et Sakania-Kipushi). Les hommes de Dieu n’ont pas manqué de manifester leur gratitude. L’année écoulée, il a réfectionné quelques églises catholiques dont la Basilique de la commune de la Kenya. D’autres confessions religieuses ont également bénéficié de son concours dans la construction de leurs édifices de prières, à l’instar de l’église Méthodiste-Unie de Lubumbashi.
 
17.02.2010  ACP    Bi
shop Auguy  Kabamba a remis à M. Moise Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga, une médaille de mérite de l’ordre chrétien des chevaliers de Constantin le Grand, pour les œuvres qu’il ne cesse de réaliser en faveur de la population du Katanga.

19.02.2010   LePalmares     Comprendre le Katanga aujourd’hui: ce sont les, liquidités des minings qui dictent la loi des équilibres dans la province. Au gré de cette nouvelle dictature basée sur l’argent peu importe la couleur politique. Au Katanga de Moïse KATUMBI, les alliances se font et se défont suivant la répartition de la manne... Il dépense de sa poche, sous  le prétexte que le trésor public sonne creux. Il est rare qu’une crise politique dans cette province, ne cache pas un conflit d’intérêts obscurs. Ceux qui tiennent à bouffer à leur tour deviennent très virulents pendant que les intermédiaires, et les différends relais essaient de faire ombrage aux premiers ou à revoir leur copie sur la grille de répartition. C’est ça le Katanga à l’heure des dollars des mines. A l’heure de la super liquidité d’un, gouverneur devenu l’icône d’un show financier qui n’a d’égal’ que l’extravagance des princes saoudiens avec leur pétrodollars. Tant que l’argent fera courir au Katanga, l’ on assistera à des feuilletons où la politique servira de couvre-chef aux conflits d’argent. A chacun de retenir la leçon.

Les Grecs anciens ont légué, encore que ce soit dit en latin: "timeo Danaos et dona ferrentes" ou " il faut se méfier des Grecs et de leurs cadeaux". Autrement dit, tout cadeau n' est pas un bienfait et nécessite de remonter la main qui le donne et l' esprit derrière a main.  Voilà des Evêques parlant latin qui acceptent sans sourciller des  jeeps 4X4, neuves et très médiatisées. Ils ne pourront plus se déplacer sans exhiber l' origine des véhicules, sans bonifier l' image du bienfaiteur.

 

Car ces dons ne sont pas innocents. Ils proviennent d' un homme politique, partisan et sectaire, champion de la pensée unique et qui n' a jamais caché que ses "générosités" balisaient des conquêtes politiques et la victoire électorale pour lui et les siens. Ces véhicules rutilants sont autant de panneaux publicitaires mobiles, et les Evêques, sont devenus de vulgaires hommes sandwiches. Cette instrumentalisation est particulièrement grave, car en ces temps de Carême, les mêmes princes aux mitres et crosses fustigent les dons ostentatoires des Pharisiens des Evangiles. Les jeeps anéantissent leur message pastoral.

 

Y- a-t-il moyen de résister aux donateurs envahissant lorsque des besoins matériels sont réels? Il y a une obligation à identifier la source du don et les intentions du donateur. Depuis la dernière décennie, l' argent a une odeur, une couleur. On traque l' argent de blanchiment provenant du terrorisme, de la drogue et, plus couramment de la fraude fiscale. On dispose de deux critères:

  
       -     S' il s' agit d' un don personnel, il faut que suivant le principe de " rendez à César ce qui est à César", le bienfaiteur exerce sa générosité sur le solde de sa fortune après avoir acquitté leurs impôts. Autrement les bénéficiaires seraient des receleurs et des complices de ce qui aura été volé à la communauté.
 
        -    Lorsqu' il s' agit d' interventions avec des fonds publics, il faut que ces dépenses émargent au budget national ou provincial. Sinon, on est complice de la privation des droits acquis par d' autres ( Nb salaires, soins de santé, etc). Pour une jeep donnée, combien de médicaments en moins? combien de morts de trop?