La dépense d' argent n' est pas du développement

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

L' abondance de meurtriers et d' assassins ferait que le ridicule ne tue plus! Histoire d' une pelouse synthétique au pays "poumon du monde".
  
2005    Les "projets Goal"  de la FIFA (fédération internationale de football association) visent la construction de sièges, de centres techniques, de terrains ou d'écoles de football. La Fifa fournit également des moyens financiers et un conseil technique au travers des Programmes d'Assistance financière (PAF).  

Le projet Goal «en Afrique avec l'Afrique » équipera un stade dans une cinquantaine de pays africains avec une pelouse synthétique.

22.10.2008    Après le Stade des Martyrs à Kinshasa, le Bureau Goal décide la pose d' une pelouse artificielle au stade Kenya à Lubumbashi pour un coût total de 800.000 USD, dont la moitié est financée par la Fifa. 

Pelouse-Fifa-goal.jpg

 

 03.03.2010   ACP    La pelouse du stade Kenya va coûter un peu plus de 1.230.000dollars, en cofinancement de la Fifa 40% ( 530.000 ) et du gouverneur du Katanga ( 700.000 ).  Les travaux sont exécutés par la société EGB Kiboko Construction, la même qui avait installé la pelouse synthétique au stade des Martyrs, à Kinshasa.  

 

23.07.2010    Inauguration, avec une année de retard, de la pelouse du stade Kenya- Kibasa Maliba. 

 

Stade Kenya pelouse artificielle

 

Pelouse à développements artificiels
  
  

Octobre 2008 et Août 2010    Les pelouses naturelles devraient être privilégiées dans un pays qui bénéficie d' une excellente pluviométrie et qui souffre de l' absence de création d' emplois, même peu qualifiés. Il a toujours été étonnant que l' association privée du Golf Club de Lubumbashi entretient du gazon sur 18 parcours et greens dans un domaine de 60 Ha, et que cela est impossible pour un stade national de 1/2 hectare. On aurait pu résoudre cette contradiction et relever le défi, plutôt que d' applaudir comme "un progrès" ou une " performance" le placement de pelouses artificielles. Pour toute vision politique, l' horizon est donc à l' ostentation et à la frime, au culte de l' argent et de la dépense d'argent. Cela ne crée du développement. Dans le cas de la pelouse, des pépinières auraient pu se créer et, ensuite, alimenter le marché de décoration et d' entretien d' infrastructures publiques et collectives, de résidences privées, avec une prime environnementale pour l' absorption du C02, et une diversification avec d' autres plantes et la création de centaines, voire de milliers d' emplois.
 
Pour le Mondial 2010, en Afrique du Sud, tous les stades avaient du gazon naturel
...