Instantanés de Lubum

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Photographier au Congo a toujours été difficile, pénible, parce que soi-disant interdit. En fait, c' est une activité dangereuse dans la mesure où elle permet d' être rançonné. Mais officiellement, il n' y a pas d' interdiction générale. En 1978, déjà, une note du ministère du Tourisme autorisait la prise de photos. Ce qui vient d’ être redit au contour de la circulaire Nr 409/Cab/min/Tvc/003/2010 de la ministre des transports et voies de communications. Les aéroports et les espaces portuaires, qui ne sont pas concernés par les secrets militaires, peuvent être librement photographiés. Ainsi et à fortiori, on peut shooter sans restriction en dehors des ports et aéroports. La vraie mort des interdits vient des téléphones qui logent désormais des appareils photos.  Des exemples d’ instantanés de Lubumbashi.

 

Pont-nulle-part.jpg

 

Un pont neuf a été posé sur le canal reliant la rivière Lubumbashi aux usines Gécamines. Mais personne n' y a accès, car le pont est dans la cour d' une habitation. Le pont qui ne mène nulle part a été oublié par son initiateur qui tire le portefeuille plus vite qu' il ne réfléchit.  

 

 Bill-board-copie-1.jpg

 

RD Congo, pays magnifique! Grâce au Lac Kasombo! La jeunese, cocoonée dans le ghetto de Lubumbashi, ne connaît pas d' autres merveilles de la nature congolaise, qu' une mine abandonnée?

 

Bateau2-lac.jpg

 

Le lac municipal s' est enrichi, pour une escale, d' une flottille de bateaux chinois en fibre de verre. Des bus de rivières et de lacs de 32 places, destinés à la brousse. Pour les broussards, où mettront-ils chèvres, bicyclettes et colis de légumes? 

 poste-lubumbashi2.jpg

 

Encore un apport des Chinois. La Poste n' existe plus que de nom. Les boîtes postales ont été arrachées et remplacées par des boutiques chinoises. Le hall de même. Il n' y a plus de courrier. Les jeunes ne savent pas ce que c' est un timbre-poste. Un écran géant sert à entretenir cette civilisation de l' inculture et de nouveau riche. Les spectateurs mécontents de l' arbitrage d' un match de football officié par un japonais, avaient lapidé et vassé l' écran. Il a été aussitôt remplacé en priorité des priorités.