Fusibles et pontages

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Les rafistolages politiques sont comme les bricolages; on peut renforcer les fusibles et faire des pontages, mais au risque de tout faire sauter...
 
  
Fin mars 2010    Des députés, majorité et opposition déposent, puis retirent une motion de censure contre le premier ministre. Mais d' autres motions se mettent en préparation et les ministres Olivier Kamitatu, José Endundo et Mbusa Nyamuisi et le député Modeste Bahati, tous kabilistes, créent le "Centre libéral et patriotique » (Clp).
 
CongoNewsAgency RFI  LePhare, L' Avenir  AfricaNews Vive colère de Kabila qui convoque et remet tout le monde au pas.  
Premier moyen de dissuasion. Les trois ministres ont été sévèrement sermonnés et accusés de fomenter la rébellion au sein de la majorité présidentielle. " On me rapporte que vous voulez faire comme à Madagascar, un coup d'état’ ... si vous étiez dans l'armée, on vous fusillerait ...heureusement que le Congo n'exécute plus".
 
Second moyen de fidélisation. Les membres de la Majorité Présidentielle ont passé trois journées très chaudes à Kingakati, la ferme de leur « Autorité morale ». Des collaborateurs du chef de l’Etat ont apporté leur contribution par un travail de rat, de fourmi abattu avec les services de sécurité menés par Pierre Lumbi. Les frondeurs sont revenus à la raison.

On ne nous dit pas tout

1.    Il y a un précédent. Début 2009, le premier ministre devait s' expliquer devant le parlement sur l' entrée des troupes rwandaises. La convocation d' une session extraordinaire a fait éjecter Vithal Kamerhe, sur les directives politiques de Kabila. Christophe Lutundula avait expliqué que : « le président de la République a demandé à tous les membres du bureau appartenant à la majorité de déposer leur démission. Il est clair que je devais suivre les instructions de l’autorité morale de notre famille politique ». Et selon le Soft, Kabila avait donné ses dernières instructions aux députés : «Vital Kamerhe est un indiscipliné. Vital a manqué de loyauté. Il n’a pas dit la vérité. Je ne suis pas d’accord avec lui. Vital n’a aucun choix: il doit démissionner ».

2.    Mais Chef de l' Etat ne peut se permettre d' être chef partout. Selon l' article 96 de la Constitution.  " Le mandat du Président de la République est incompatible avec toute responsabilité au sein d’un parti politique ».

 

Il y a aussi le problème de l' utilisation des services de sécurité de l' Etat, pour le racolage politique.

Il y a surtout la répétition des interventions de l' autorité morale de la majorité qui mène à l' article 165 de la Constitution qui dit qu' il y a " haute trahison lorsque le Président de la République a violé intentionnellement la Constitution".

 

3.  Le premier ministre est un « fusible » pour le Chef de l' Etat. Mais à trop renforcer le fusible, pour qu' il ne saute pas, et à le remplacer par un pontage, on expose directement ce qui devait être protégé. Parfois, à pire désastre.