A cause des désagréments, Dieu aurait-il aménagé du confort en enfer?

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

 

Flamboyants( Suite) Sous les flamboyants, les sages diraient que tout ce qui brille n’ est pas or. Et les apparences de beauté, de propreté et de fonctionnalité d' un poste ronalier, c' est installer davantage le transport routier. Une très grave erreur d’ aiguillage! et de pilotage! On n’ a jamais bâti un pays en ignorant ses particularités, son histoire et les leçons du passé. Ce pays a les trois. Le Katanga est un scandale minier, certes, mais dans un territoire enclavé, la richesse des mines repose sur le rail. Voilà un siècle qu’ on sait cela, qu' on a réalisé cela et qu' on a prospéré durablement avec cela. Le chemin de fer avait atteint Elisabethville, le 27 septembre 1910. Une gare était déjà installée.

 

Chemin-de-fer.jpg

 

       ... la seconde mort du rail

 

Marcel Yabili http://www.congoforum.be/fr/analysedetail.asp?id=159989&analyse=selected

Tout le transport minier a toujours été ferroviaire tant à l’ exportation qu' en liaisons locales entre les sites d’ extraction et de traitement des minerais. Le trafic minier ferroviaire local représentait trois fois le volume des exportations, jusqu’ à 1,5 millions de tonnes/an pour 300 millions de tonnes-kilomètres. En même temps, les revenus générés par les convois miniers soutenaient les investissements pour le transport ferroviaire des personnes et des autres produits, en sorte que le rail était l’ épine dorsale du développement du pays.    

 

Mais ils se sont emparés des mines et du pouvoir, ils ne connaissent que le transport routier. L’ Etat amnésique autorise des projets miniers avec leur propre logique d’ exportation par route et par le plus court trajet à l’ intérieur du pays.
 
Désormais, la relance minière est payée par la seconde mort des chemins de fer nationaux. Pärcequ' ils n' on tenu qu' un seul discours: la sortie routière de Kasumbalesa est prioritaire, et l' avenir: elle exporterait jusqu’à 2 millions de tonnes de minerais par an. Et à cause de la méconnaissance des réalités et des intérêts du pays, cette voie routière unique vers le Sud était condamnée à être engorgée. Et Kasumbalesa est vite devenue un enfer chaotique et coûteux.  
 
Kasumbalesa-enfer.jpg

 

Les pompiers devraient d' abord idenifier les pyromanes! Mais jamais à cause de tous les désagréments, Dieu lui-même n' aurait amélioré le confort de l' enfer! Même à Kasumbalesa. 

 

Chaque jour, 24.000 tonnes de marchandises nécessitent 600 camions de 40 tonnes, 600 chauffeurs, 600 contrôles douaniers et 600 passages de frontières, totalisant un facteur 60.000 d’ émissions de CO2. ( Nb 25% de pollution en France sont causés par les poids lourds).

 

Pour les mêmes 24.000 tonnes, le transport ferroviaire nécessiterait 20 locomotives, 20 machinistes, 20 contrôles douaniers et 20 passages de frontières, pour 460 de facteur d’émission de CO2. ( Nb 0,5% de pollution en France sont causés par le transport ferroviaire).

 

 

 (A suivre)