Cobalt au Cameroun, blâmes au Congo

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Toujours risqué d' être enterré vivant avec un chef décédé

Radio Okapi    Les habitants du groupement de Akantanda, dans le territoire de Luiza, voulaient enterrer vivant, avec leur chef coutumier décédé, un voyageur. L’étranger s’en est tiré grâce à l’intervention de son hôte. Mais ce dernier s’est attiré de graves sanctions de la part de sa communauté. L' administrateur de territoire de Luiza, explique que c’est une pratique dans ce petit groupement. Chaque fois qu’un chef de groupement meurt, cette communauté doit sacrifier une vie humaine.  « Quand ils ont appris que le chef était décédé, les membres de sa famille ont débordé. Ils sont allés dans le groupement voisin. Informés qu’il y avait là un voyageur venu de Tshitenge, ils ont demandé chez qui le voyageur restait. L’hôte a dit qu’il ne pouvait accepter à ce qu’on puisse prendre l'homme et l’assommer ». Le voyageur, alerté par la discussion, a pris la fuite. La famille du chef est revenue vers minuit et a incendié la maison de son hôte.

56 Monsieur Linea (Balou) de Osvaldo Cavandoli 
  

Osvaldo Cavandoli et sa créature en grande conversation

 
12 avril 2007 - 12 avril 2009

Troisième exposition de " Congo: nature & culture" au Musée national de Lubumbashi, après l' Unesco à Paris et Tervuren à Bruxelles. Conçue par le Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique), premier musée et institut de recherche au monde sur le patrimoine congolais, cette exposition propose un parcours multi-thématique pour découvrir les liens unissant l’homme et la nature , à travers les ressources naturelles, les langues, le symbolique et la vie quotidienne.

Visite de l' expo Unesco sur http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=22734&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

L' affaire de Wolfy
 
 
World Bank President Paul WolfowitzShaha Riza
 
LeMonde Alain Faujas    Paul Wolfowitz serait-il cet intellectuel attendrissant qui, en chaussettes trouées, visite une mosquée du XVIe siècle à Irdine, devisant de sourates du Coran avec l'imam ? Cet esprit curieux qui demande si vous connaissez le dernier roman d'Amin Maalouf qu'il est en train de lire en français ? Cet homme de conviction qui manifestait, adolescent, aux côtés de sa mère, dans le sillage de Martin Luther King et qui plaide pour l'égalité des chances de façon non feinte ? Ou encore ce "coeur qui saigne" quand il visite des malades du sida en Ouganda ? C'est en juin 2005 que Paul Wolfowitz, numéro 2 du Pentagone, est nommé, à l'âge de 61 ans, à la tête de la Banque mondiale. D'emblée, il se montre à la hauteur de sa réputation de néoconservateur "pur" : il avertit son conseil d'administration de sa liaison avec la responsable de la communication du département Moyen-Orient de la Banque, Shaha Ali Riza, d'origine libyenne et de nationalité britannique. Il demande au comité d'éthique comment éviter l'inévitable conflit d'intérêt. Le conseil d'administration lui suggère de la muter dans une annexe de la Banque, sans lien hiérarchique avec lui. L'intéressée s'y oppose. Paul Wolfowitz trouve alors judicieux, à l'été 2005, de la mettre à disposition du Département d'Etat. Il prévient le conseil qu'il n'y a plus de conflit d'intérêt. Fin du premier acte. Par la suite, on découvre que Paul Wolfowitz a ordonné au directeur des ressources humaines de la Banque d'établir un contrat par lequel Shaha Riza est promue et augmentée, en violation des règles de la Banque. " A titre de dédommagement pour sa carrière interrompue pour raisons sentimentales, le salaire de Shaha Ali Riza est passé de 133 000 dollars par an à 193 590 dollars net d'impôts, soit plus que la rémunération de la Secrétaire d'Etat Condoleezza Rice. Il lui a été aussi promis que, lors de son retour au sein du personnel de la Banque, elle bénéficierait, de cinq ans en cinq ans et jusqu'au seuil de sa retraite, de promotions la portant au grade de vice-président. Du jamais vu.

Gédéon n'est pas Peter Karim
 
maimai
 
Radio Okapi Après sa reddition au mois de mai de l’année dernière, Gédéon et quelques uns de ses proches dont sa femme et ses combattants étaient pris en charge par le gouvernorat du Katanga. La ration alimentaire pour cet ancien chef Mai-Mai et ses dépendants était évaluée à 100.000 francs congolais par semaine, cela jusqu' au début de l' année. Les nouvelles autorités ont accepté ä nouveau cette prise en charge pour un montant de 50.000 fc par semaine. C’est le 19 mai 2006 qu’un mandat d’arrêt a été établi à l’encontre de Gédéon. Jusqu’à ce jour, l’auditorat militaire mène des investigations pour confirmer ou non l’inculpation.


Radio Okapi     L'Etat major des FARDC a remis ses galons d'officier supérieur de l'armée nationale à 7 officiers du front des nationalistes et intégrationnistes. La décoration du colonel Peter Karim et de son assistant, le colonel Tsheda Delo Antoine a eu lieu sous la pluie. Quant au porte-parole du FNI, Désiré Lodziringa, il a reçu les insignes de lieutenant-colonel. Quatre autres responsables de ce mouvement ont reçu les grades de Major. « Jusque là, aucun préalable n’est posé. Nous qui sommes des chefs, nous sommes déjà sortis. Nous sommes désarmés. Y compris le colonel Peter Karim. Ceux qui sont restés dans la brousse ne sont que nos subalternes. Dans un bref délai, toutes les armes seront ramenées ».  « Ils sont actuellement au sein des formations initiales. Dès que les moyens seront disponibles, ils seront transférés soit à Lukusa, soit à Kisangani, soit à Rumangabo, ou soit à Kitona et, pourquoi pas, à Kamina. Ils doivent impérativement passer par les centres de brassage ». En outre, on a  a annoncé la libération d'une dizaine d'officiers des FARDC pris en Otages par le FNI depuis décembre 2006. 
 
Le bitume du Bas-Congo

LePotentiel     L’entreprise Congo-Bitume entame l’exploitation industrielle de bitume dans la province du Bas-Congo. La province a des réserves de bitume estimées à plus de 2 milliards de tonnes, dont 800 millions de tonnes dans la carrière de Kakongo (Mavuma), territoire de Lukula, dans le district du Bas-Fleuve qui est le grenier de la province. Selon l' entreprise Congo Bitume, l' exploitation créera plus de 400 emplois et durera plusieurs années. Cette entreprise bénéficie du partenariat d’une société indienne « Spige Group ». Le bitume ainsi produit servira à la réhabilitation des routes du Bas Congo. Congo- Bitume se propose aussi de construire une station d’eau potable et un générateur électrique, ainsi qu' une cité pour ses travailleurs. Selon les experts, le contexte géologique et minier du Bas-Congo se rapproche de celui du Katanga. De ce fait, le Bas-Congo dispose dans son sous-sol, de certains gisements miniers que l’on retrouve au Katanga et qui font l’objet d’exploitation. En plus, le Bas-Congo dispose du pétrole et d’autres indices miniers qui demandent des études plus approfondies. Mais contrairement au Katanga, l’industrialisation est encore insuffisante au Bas-Congo en dépit des atouts que possède cette province. En effet, le Bas-Congo a des ports maritimes, un réseau routier et ferroviaire satisfaisant, bien qu’à améliorer, l’énergie d’Inga. Outre les faibles rendements industriels, le Bas-Congo a entre autres problèmes la faible mise en valeur de ses ressources locales, la faible intégration industrielle, charges d’exploitation élevées, le faible effet d’entraînement du secteur industriel sur l’essor économique de la province (faible capacité de transformation de produits locaux), les difficultés de trésorerie non sans compter la faible compétitivité des produits locaux face aux produits importés du point de vue prix-qualité.

Du Cobalt au Cameroun, des blâmes au Congo
 
CongoPage Arnaud Labrousse     Depuis plus de dix ans ces messieurs américains de Geovic Ltd., société de droit caïmanais, lorgnent un méga-gisement de nickel et de cobalt au Cameroun.Jamais un projet de mine à ciel ouvert n’a été présenté au public d’une dictature tropicale avec autant de classe.  PANA  A partir de 2009, le Cameroun commencera à produire 4.000 tonnes de cobalt et 3.000 tonnes de nickel par an, pendant une période de 21 ans et utilisera quelque 300 personnes.  GabonEco     Les travaux vont démarrer en 2008 et le montant des investissements proposé par les Américains, près de 3 milliards de dollars, est le plus gros projet en terme financier réalisé par les Américains sur le continent africain. Mais  Niels Marquardt, ambassadeur des Etats-Unis auprès de la République du Cameroun déplore, cependant, le fait que cet important investissement se réalise au moment où le Cameroun accuse un retard dans la mise en place des institutions nécessaire à la lutte contre la corruption.
 
 
WASHINGTON, PRNewswire-USNewswire  --  RAID has released a report that proposes an economic rationale for renegotiating some of the key copper and cobalt mining contracts in the Democratic Republic of Congo (DRC). By way of illustration, "Key Mining Contracts in Katanga: the economic argument for renegotiation," analyses Katanga Mining Ltd's Kamoto contract. RAID commissioned the analysis in light of the continuing controversy surrounding key mining contracts with the DRC's state mining enterprise, Gecamines. "The intention is to assess whether the right balance has been struck between the financial rewards accruing to the private companies and the level of control and stake in assets retained by Gecamines," said Patricia Feeney, executive director of RAID. "Our hope is to also stimulate a debate on the distribution of the economic benefits and costs of all joint venture agreements." The report highlights two flaws in the Kamoto contract: The long-term copper and cobalt prices when compared with prices based on real historical data appear to have been underestimated, which skews the benefits stream. The considerable value of Gecamines' assets, which include the reserves of copper and cobalt as well as the plant and equipment, have never been properly assessed. According to RAID, there is a need to review the copper and cobalt agreements as well as equally problematic contracts related to gold, diamonds and other mineral reserves. The new DRC government, with encouragement from the World Bank and IMF, has announced its intention to review past mining contracts. RAID welcomes this announcement, but warns that it should not use the process to impose arbitrary levies on private companies and that a reputable international body of experts nominated by the World Bank should conduct the review.

Wallons dehors, émeutes à Londres, retrouvailles à NY
 
Rose Mapendo reunites with daughter
 
The Arizona Republic Laura Houston    Rose Mapendo fled her homeland's civilian and military unrest hoping to make a new life for her 10 children. Mapendo has now been named America's greatest hometown hero in the fifth annual Volvo for Life awards in New York City. She earned the honor for establishing Mapendo International, a non-profit organization that assists African refugees, especially those from Darfur and Somalia. But Mapendo received her greatest prize a day later: bringing her daughter Nanagabire home after 13 years. Nanagabire, then 6, was left behind in Africa when Mapendo fled the Congo's violence after the death of her husband. "In the beginning, we didn't know if she was alive," Mapendo said. "I could only imagine all my babies together." She credits prayer with giving her the strength to endure an African prison, becoming a widow and rearing a family in a foreign country. "If we plant the seeds, there will be the harvest," Mapendo said.

APA-London     Des combats et des émeutes ont éclaté entre 4.000 demandeurs d’asile en provenance de la République démocratique du Congo et des agents d’immigration britanniques suite à la décision du ministère britannique de l’Intérieur de les renvoyer dans leur pays d’origine. Les Congolais ont promis d’opposer une résistance à leur expulsion, préférant mourir plutôt que d’être rapatriés pour affronter la mort chez eux.Les émeutes ont duré trois heures.

Photo

BRUXELLES (BELGA)     Dans le bruit, des ressortissants congolais ont manifesté dans les rues de Bruxelles contre le régime Kabila et contre l'attitude d'autorités politiques francophones belges, dont le ministre de la Défense André Flahaut, le ministre de la Coopération Armand De Decker ou encore de l'ancien ministre des Affaires étrangères et commissaire européen Louis Michel. Les manifestants ont déclaré se sentir plus proches du ministre belge, néerlandophone, des Affaires étrangères et demandé  au gouvernement flamand de condamner la politique de Joseph Kabila et de peser davantage dans les négociations établies entre la Belgique et la RDC.
 
Congo's main opposition suspends role in parliament
 
Et sur Congo Reading:
 
 

Pour être informé directement des nouveaux articles:

1. inscrire son adresse e-mail dans la case de la colonne de gauche

2. cliquer sur le OK .

3. Suivre ensuite les instructions
4. puis confirmer le message d' abonnement gratuit