Maudits paparazzi de Béni

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

Moi, prêtre de la libération, ancien canditat à la présidence


aaabany.gif

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Demain Le Kasai    L'abbé Banyingela Kasonga, avait été le candidat numéro 1 sur la liste alphabétique des présidentiables, mais il était arrivé en 14ème position au premier tour du scrutin. Banyingela avait appelé à voter pour Jean-Pierre Bemba au deuxième tour, avant de se retirer en Belgique où il prépare une thèse de doctorat sur la doctrine de l'Incarnation. Il parle de son combat théologico-politique. " J’ai été suspendu de l’exercice de certaines fonctions sacerdotales parce que dans l’entendement de mon actuel Archevêque, il existe une incompatibilité entre l’exercice du sacerdoce catholique et l’engagement politique. A la suite de cela, je ne dois pas dire la messe en public, ni non plus entendre la confession dans les circonstances ordinaires. Mais pour le reste je suis et je demeure prêtre. La première théologie de la libération a été la théologie noire nord-américaine qui fut développée par les esclaves Noirs aux Etats-Unis en réponse à l’oppression et à l’exploitation dont ils étaient victimes de la part de leurs maîtres blancs. Ces Noirs n’avaient fait rien d’autre qu’interroger l’évangile à partir de leur expérience. Plus proches de nous, les Noirs d’Afrique du sud ont fait la même chose en rapport avec l’apartheid. La théologie de libération latino-américaine est un approfondissement de l’enseignement de Vatican II en rapport avec l’expérience particulière de l’Amérique Latine. Cette réflexion a eu lieu d’abord à Medellin, en 1968, puis plus tard à Puebla en 1973. La situation de l’Amérique latine à l’époque n’était pas tout à fait différente de celle du Congo. C’était une situation où les dictatures militaires étaient soutenues par des oligarchies qui détenaient toute l’économie de leurs pays dans leurs mains au détriment de la grande majorité de la population. Dans tous ces cas vous aurez remarqué que toute situation de non-libération en appelle à une théologie conséquente qui doit être une théologie de la libération. Une reprise de toutes ces actions dans un discours scientifique de la foi c’est cela la théologie de la libération. Je préfère parler d’une « théologie de l’action collective de transformation », une relecture en Eglise de l’évangile en vue de la transformation sociale.

Le flou Katumbi

Lubumbashi – (D.I.A.) – Les services douaniers de la province du Katanga viennent de réaliser des recettes de l'ordre de 8 millions de dollars américains pour le seul mois de mars 2007. Généralement ces recettes s'élèvent à 3,5 millions par mois. Ces informations sont données par le gouverneur de ladite  province, monsieur Moïse Katumbi. Le Potentiel Le porte-parole du gouvernement zambien a tenu à fixer l’opinion sur les prétendues poursuites judiciaires qu’aurait engagées son pays à l’encontre du gouverneur du Katanga Moïse Katumbi.  C’est plutôt l’Etat zambien qui doit à Moïse Katumbi une bagatelle de sept millions de Usd. Cette somme représente la valeur de la quantité de maïs fourni par ce dernier. Quant au prétendu dossier judiciaire qui serait réactivé à Lusaka, il s’agit d’un montage grossier d’une certaine presse zambienne à la solde des groupes impliqués dans le commerce illicite en RDC des minerais congolais. Et dont les camions ont été bloqués à Kasumbalesa pour exportation frauduleuse de marchandises. ZNBC Information Minister Vernon Mwaanga has denied telling "Le potential" that the Zambian Government owes Moses Katumbi $7 million as reported. The story was confusing because only recently vice president, Rupiah Banda, told parliament that the government would arrest Mr. Katumbi if he came to Zambia. Mr. Mwaanga said when the journalists asked him, if his meeting with president Kabila discussed Mr. Katumbi's's cases of theft while living in Zambia, he said he had heard reports about the theft. He further said Mr. Katumbi was claiming that the Zambian government owes him $7 million for the maize he supplied during the 2001 elections and that he could not go into details as his cases where pending in the Zambian courts. He said his explanation to the press in DRC was clear and it did not contradict any government position.
 
Du gravier riche pour un parking
 
Trends.be J-Y. H. Les archives du Musée royal de l'Afrique centrale à Tervuren reçoivent beaucoup de visiteurs. Et pas uniquement des groupes scolaires ! Les représentants de géants miniers comme l'australien BHP Billiton, le sud-africain De Beers ou le français Areva apprécient énormément les cartes toutes auréolées d'humidité laissées en héritage par les colonisateurs du Congo. «Nous devrions en faire un business», confiait récemment l'archiviste en chef du Musée de Tervuren au quotidien The Wall Street Journal , une pointe de mélancolie dans la voix. Selon un géologue, les relevés soigneux, les prélèvements et autres cartographies réalisés pendant 80 ans par les Belges fournissent davantage d'informations que n'importe quel système satellite ou sonar. En 1940, le gouvernement colonial avait notamment ordonné une cartographie complète des ressources minières du Congo pour l'effort de guerre des alliés. Ces données sont uniques. Cependant, les échantillons et autres traces laissées en double au service national congolais de géologie ont disparu; de nombreux documents ont été pillés, et les cailloux ont été concassés afin d'en faire du gravier pour un parking... Grâce à sa visite au Musée royal de Tervuren, le groupe BHP Billiton aurait ainsi déjà évité un investissement hasardeux dans un gisement de bauxite, à l'ouest du pays. Un groupe australien ( Anvil Mining) y aurait déniché un filon de cuivre qu'il exploite depuis 2002.

Lobito va s' aggrandir

Macauhub    Benguela    The administration of the port of Lobito in Angola plans to build a new dock in the next five years for loading mining products from some Southern African countries. The reconstruction of the Benguela railroad, gave the company good prospects as soon goods from some countries in the region could be loaded at that port. The creation of a dry dock for container goods an vehicles is a measure taken to prevent goods congestion at the main port area, due to the number of ships expected over the next few years. In 2006 the port saw over 800 long haul and fishing vessels dock at its facilities. The port currently has a dock with a capacity for eight long haul ships. Lobito port was born of the need for countries such as Zambia, the Democratic Republic of Congo and others from the interior of Southern Africa to ship their goods.
 
Le gaz du Kivu
 
Le Potentiel     Il n' y a que trois lacs au monde contiennent une forte proportion de gaz dissous: les lacs Nyos et Monoun au Cameroun et le lac Kivu qui contiendrait une quantité de gaz mille fois plus importante que le lac Nyos avec 3/4 de gaz carbonique et 1/4 de méthane. La présence du gaz méthane dans le lac Kivu a été signalée pour la première fois en 1937. Son exploitation a été conclue entre Kinshasa et Kigali dans la « Convention de Bukavu », signée en 1975. Les projets d’exploitation ont été élaborés depuis 1963. L' exploitation a été confiée à un organe technique, EGL, l’Organisation de l’énergie pour les pays des Grands Lacs. La société française « Data Environnement » a mis au point une station pilote à Goma, pour l’extraction du méthane à des fins énergétiques et proposé diverses applications. Le gaz du lac peut fournir 500 Mw de l’énergie électrique., alors que la ville de Goma n’a besoin que de 20 Mw... Les réserves du lac Kivu en gaz méthane sont évaluées actuellement à 55 milliards de Normaux mètres cubes (Nm³) dont 40 milliards sont économiquement exploitables. Sur les 65 km3 de gaz dissous dans le lac, 28,3 km3 sont faciles d’exploitation et donneraient 22,6 km3 de méthane pur TPN ; 15 km3 sont accessibles mais plus difficilement et donneraient 12 km3 de méthane pur TPN ; 17 km3 sont considérés comme non rentables. Et le volume total du méthane extractible serait de 34,5 km3.

The African methane extractor
 

Mars 2003  NewScientist Nicola Jones    The gas reserve of the Lake Kivu should be enough to supply the country's electricity needs for 400 years. Tapping the gas will reduce the risk of a massive gas explosion killing people who live near the lake, as it happened in 1986, at Lake Nyos in Cameroon. Michel Halbwachs from the University of Savoie in Chambéry is proposing using a single 360-metre-long pipe (see graphic) that will hang down into the depths of the lake from a raft a few kilometres from the shore. In his scheme, a small pump starts sucking gas-filled water up from the bottom of the lake. The higher the water goes up the pipe, the lower its pressure gets, forcing the three gases to bubble out of solution. These bubbles rise, pulling up water behind them in a process called entrainment. You can then stop the pump as no further energy is needed to keep drawing water up the pipe. So the scheme is cheap and self-sustaining. To separate out the methane, the gases are bubbled through a chamber of fresh water 20 metres below the surface. Here the pressure is such that the unwanted hydrogen sulphide and carbon dioxide dissolve back into the water. The methane output in tests was 85 per cent pure - more than good enough to burn.
 
La cité des cochons

Syfia/LP, via mediacongo.net Eliane Tshilobo    A Kipushi , un petit nombre des agents de la Gécamines mis en retraite se sont tourné vers l’agriculture,. Mais la grande majorité a investi dans l’élevage des cochons. 675 éleveurs possèdent ainsi près de ( 35 mille) têtes de bétail (mâles, femelles et pourceaux). Craignant les vols des bétails très fréquents dans les fermes, ils ont préféré construire des enclos d’élevage dans des parcelles et villas rachetées à leur ancien employeur. Ainsi, sept parcelles sur dix ont de petites porcheries entourées de fils barbelés. Quatre-vingts pour cent des cochons élevés restent dans ces enclos. Les autres sont dans la rue. Mais à 18 heures, chaque éleveur lâche ses bêtes, qui se mettent à courir dans tous les sens. La pagaille est alors totale… Profitant de ce moment de liberté, les animaux se répandent dans Kipushi. Certains vont vers les champs et la rivière tout proches, d’autres prennent d’assaut une grande poubelle installée dans un espace vert, ou se dirigent vers le marché… Les animaux en divagation font des dégâts partout, notamment chez les agriculteurs. Les plaintes ne manquent pas. Les bêtes rentrent généralement tard la nuit dans leurs enclos. D’autres s’égarent parfois. Le lendemain, leurs propriétaires se lancent à leur recherche et ont de la peine à les retrouver parmi d’autres. Un cochon rapporte 30 à 50 $. De quoi payer les frais en trois tranches d’une année à l’Université. «C’est notre seule source de revenus. Si jamais ils tuaient mes cochons, je vais les ensorceler», dit un éleveur.

Les paparazzi de Béni

Syfia/Grands Lacs/Rdc Le Potentiel    Sale temps pour les hommes âgés de Beni, trop habitués à courir derrière les mineures. L' ONG "Great Lakes human right program", a formé et envoyé sur le terrain des photographes pour surveiller leurs moindres faits et gestes. En moins de deux mois, ces chasseurs d’images ont permis l’arrestation et le jugement de plusieurs personnes. En deux mois, une vingtaine de pères de famille ont écopé des peines de prison de un à cinq ans, pour détournement et viol de mineures. Ce qui réjouit la quinzaine d’Ongs de défense des droits humains de Beni, qui ont constitué depuis fin 2006 un front commun appelé « Parlement Ecole des femmes ». Elles se sont liguées pour battre campagne et combattre les viols des filles mineures, en nette recrudescence ces dernières années à l’est de la RD Congo. Selon une enquête de la section Centre d’encadrement des femmes de l’Ong Ligue des lecteurs de la Bible, révèle que « dans certaines écoles secondaires de Beni, des jeunes filles issues souvent des familles pauvres sont plus chic que leurs parents. Elles portent des bijoux et chaînettes en or, friment avec des téléphones portables dernier cri… ».  Pour ces Ongs, l’origine de ces biens de valeur ne constitue pas un mystère. Les douaniers sont, le plus souvent, les premiers à courtiser de toutes jeunes filles. Un enseignant raconte: « Un jour, j’ai surpris en plein cours une élève dont l’écran du téléphone affichait la photo d’un homme âgé. Immédiatement, la fille a été conduite à la direction de l’école, avec son portable… et un collectif d’associations féminines a déposé une plainte contre l' homme. Cette campagne est sans répit.  Embusqués dans les lieux de plaisance, les photographes prennent, eux, des risques qui mettent leur vie en danger. L’un d’eux affirme avoir été menacé par les proches d’un homme d’affaires condamné à cinq ans de prison ferme, pour viol d’une mineure. « Ils m’ont soupçonné d’être l’auteur de la photo qui l' a incriminé cet homme ». "Great Lakes human right program" a mis un avocat à leur disposition, en cas de pareille menace… « Désormais, chaque fois qu’un photographe surgit, les vieux se font discrets ou vident les lieux ».
 
Zéro indemnisation à Kin, mais peut-être à Shinko

Gabon Info  De source officielle il y aurait eu 70 morts à Kinshasa     Le Monde Philippe Bernarda En visite dans un centre hospitalier de Kinshasa, le ministre des affaires sociales congolais a procédé, jeudi 29 mars, à une distribution de (135) cercueils. La séquence figurait en bonne place, "remerciement des familles"     Le Potentiel    Selon le ministre des Affaires sociales, le gouvernement ne pourra pas dédommager toutes les familles touchées, car « tout le monde en a été victime d’une manière ou d’une autre ».   Radio Okapi Mais les opérateurs économiques,eux, ont pris la décision de supporter les dégâts matériels, tout en sollicitant certains avantages, notamment le report des déclarations fiscales d’un mois.  « Nous ne voulons pas prendre le prétexte de ces événements malheureux pour commencer à demander aujourd’hui à un Etat qui cherche les moyens pour être indemnisés. Nous nous remettons immédiatement au travail. Toutes les entreprises touchées devront prendre elles-mêmes en charge les dégâts matériels pour montrer notre solidarité non seulement avec le gouvernement mais aussi avec le peuple. C’est nous qui donnons du travail et créons de l’emploi. Si nous attendons que le gouvernement nous indemnise, c’est la population qui sera frappée.»
 
KINSHASA, (AFP) - Des familles de victimes de l' éboulement en 2004 dans la mine d'uranium de Shinkolobwe , aujourd'hui fermée, ont demandé des réparations à l'Etat, poursuivi pour négligence devant un tribunal du Katanga . " L'audience d'introduction a été consacrée à l'identification des parties et à la confirmation de l'action engagée devant le tribunal de grande instance de Likasi". Deux acocats de l'Association africaine de défense des droits de l'Homme (Asadho) défendent les plaignants.  Ce site est officiellement fermé depuis 1960. Mais il a été depuis régulièrement envahi par des mineurs artisanaux, attirés par les réserves de minerais de cuivre et d'uranium de cette zone.  L'accident de 2004 a fait selon le bilan officiel huit morts, mais "au moins 50 personnes" selon l'Asadho.  "Les familles des victimes exigent des réparations à l'Etat qui a placé à la mine des policiers et militaires qui ont encouragé l'exploitation du site par des mineurs artisanaux contre le versement de pourboires. Le gouvernement n'a jamais mené d'enquête pour établir les responsabilités. Faute d'enquête, nous ne pouvons engager de poursuites au pénal, mais nous avons entamé une procédure au civil pour que les victimes soient au moins indemnisées avec 50.000 dollars par famille". Pour l'Asadho, cette affaire "constitue un test de l'indépendance du pouvoir judiciaire vis-à-vis de l'exécutif".
 
Ils continuent à émigrer
 
story.couple.ap.jpg
 
Associated Press CARRIE ANTLFINGER MILWAUKEE - A Congolese couple who claimed they would be tortured or killed if deported to their African homeland has been granted asylum, bringing them one step closer to becoming American citizens. David and Regina Bakala sobbed and celebrated after an immigration judge made the ruling. "We are very happy, you know, I don't know how to talk," Regina Bakala, 44, said. Her husband, David Bakala, 54, later added: "Today is a sunny day." About 400 children from St. Mary Parish School waved small American flags and held welcome-home signs as the couple and their 7-year-old daughter Lydia and 6-year-old son Christopher walked into the church.

ABC Victoria    To Congolese swimmers failed to board their flight home after competing in the World Swimming Championships in Melbourne. If they seek asylum, they will have a good chance of achieving refugee status. The conflict in Congo would give the men a strong case for refugee status. "You would have to say on the face of it, that if you came from the Democratic Republic of Congo your chances are very good, because you would be aware it is the bloodiest conflict since the Second World War, with more than 4.5 million dead."The swimmers, Aymard Lumuamu-Dimbu and Iglay Dangassat-Sissoulou, have valid visas until June 21. A spokeswoman for Immigration Minister says the men's case will not be helped if they become illegals. If they have any (asylum) claims they wish to make, we can put that process in train". Herald Tribune MELBOURNE Forty athletes and officials, many from Africa, sought asylum in Australia following the Commonwealth Games last year. Among them were six athletes from Sierra Leone who vanished from the Games and later turned up in Sydney. Of  the 37 visa applications decided so far, 32 had temporary protection visas approved and five were refused. Temporary protection visas allow applicants for asylum or refugee status to remain in Australian

... Et davantage sur Congo reading
 
 

Pour être informé directement des nouveaux articles:

1. inscrire son adresse e-mail dans la colonne de gauche
2. cliquer sur le OK .
3. Suivre ensuite les instructions
4. puis confirmer le message d' abonnement gratuit