Le plus rare et le plus cher au Monde

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Le plus rare et le plus cher au Monde

LE MONDE Alain Faujas
    Le rhénium, vous connaissez ? C'est le métal des records (numéro atomique 75).  Son prix a plus que triplé en un an, pour atteindre 5 888 dollars le kilo en janvier 2007. Dernier élément à avoir été découvert, en 1925, il est le plus rare de l'écorce terrestre et ses inventeurs, les Allemands Noddack, Tacke et Berg, ont dû travailler dur pour extraire un gramme de rhénium de plusieurs centaines de kilos de molybdénite. En fait, le rhénium est une poussière de poussière, puisqu'il faut le tirer du molybdène, lui-même issu du minerai de cuivre. L'entreprise est si complexe que le Kazakhstan, la Russie, les Etats-Unis, le Chili, le Canada et la République démocratique du Congo (RDC) réunis n' en ont pas produit plus de 60 tonnes en 2006. Il fait partie de ces poudres de perlimpinpin au nom bizarre (gadolinium, niobium, praseodymium, etc.), qui, ajoutées aux "grands" métaux comme l'aluminium ou le fer, en modifient les propriétés pour les plier aux exigences de l'industrie. Le rhénium s'avère un remarquable désulfurant : on l'associe donc au platine comme catalyseur pour obtenir une essence sans plomb à fort indice d'octane. Sa résistance à la corrosion le destine à un alliage savant avec le molybdène et le tungstène pour les tubes à rayons X. Il résiste à des températures extrêmes, ce qui, en association avec le rhodium ou le tungstène, le destine à des thermocouples supportant les 2 500 °C. Cette résistance à la fusion explique que le rhénium soit aussi réquisitionné pour la fabrication du nez des fusées, des réacteurs qui propulsent les avions de combat, tout comme ceux des Boeing et des Airbus. Les grands producteurs de cuivre - comme le chilien Codelco -, qui pourraient distiller le rhénium comme sous-produit, le snobent car il est trop compliqué à fabriquer. Courriel       Le rhénium est récupéré notamment par UMICORE.Origines congolaises:Kipushi, terril de Lubumbashi, rejets ex METALKAT à Kolwezi Musmin.geo La mine de Kipushi présente une exceptionnelle association de minéraux secondaires de zinc, de plomb et de cuivre tels que smithsonite, hémimorphite, aurichalcite, veszelyite ( octaèdres bleu vif ), connellite et kipushite vert émeraude. La minéralisation primaire est riche en germanium avec la reniérite et la briartite. On y trouve aussi de la sphalérite verte et de la molybdénite à rhénium, ainsi que de la gallite. La paragenèse est très proche de celle de Tsumeb en Namibie.

Les chaussettes de Wolfie

Jeune Afrique TSHITENGE LUBABU M.K.     Non, ces chaussettes trouées et ces chaussures mal cirées n’appartiennent pas au clochard du coin de la rue, mais à… l’un des hommes les plus puissants de la planète. La photo a été prise à la sortie d’une mosquée, à Edirne, dans l’ouest de la Turquie, où Paul Wolfowitz, le patron de la Banque mondiale, se trouvait en visite officielle. Négligence d’intellectuel insoucieux de son apparence ? Possible. Après tout, depuis son récent divorce, « Wolfie », comme le surnomment ses amis, a une liaison avec une féministe d’origine tunisienne, Shaba Ali Riza, dont la passion pour les tâches ménagères n’est sans doute pas dévorante. .. Mais on peut aussi bien imaginer qu’à force de prêcher l’austérité à travers le monde, l’ex-architecte de la guerre en Irak en soit venu, par une sorte de phénomène mimétique, à opérer des coupes claires dans son propre budget habillement. Après tout, il ne gagne qu’un peu moins de 350 000 dollars par an !  JeuneAfrique ANDRÉ PAYENNE   Des dizaines de paires de chaussettes furent envoyées à Wolfie par des industriels turcs, et même des entreprises chinoises lui en firent parvenir à Washington ! Sa seule réponse fut que la gestion de la Banque mondiale était si prenante qu’il n’avait plus le temps d’aller faire les magasins.  Certains se souviennent que Henry Kissinger avait fait l’objet des mêmes plaisanteries au début de 1974. Sur une photo, il apparaissait en gros plan les jambes croisées au premier rang d’une réunion politique, il s’était déchaussé sans doute parce qu’il avait les pieds fatigués et l’une de ses chaussettes avait un énorme trou. Les photographes avaient tout de suite saisi ce moment, qui avait figuré en première page de la presse américaine. Kissinger, alors secrétaire d’État, avait voulu désarmer les critiques en disant que c’était pour cela qu’il devait prochainement se marier ; mais sa future et riche épouse, Nancy Maginess, n’avait certainement ni le temps ni l’envie de repriser ses chaussettes ou de courir en acheter. 

 
Paul Wolfowitz` socks


 
BRUXELLES (BELGA)     Le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz, et le commissaire européen au développement et à l'aide humanitaire, Louis Michel, effectuent une visite conjointe en République démocratique du Congo (RDC), destinée à dresser un état des lieux de la situation dans l'ex-Zaïre et de ses besoins. L'Union européenne a largement financé ce processus électoral et est un important donateur en ce qui concerne l'aide humanitaire à la RDC. La Banque mondiale finance pour sa part la réhabilitation d'infrastructures congolaises ainsi que le processus de désarmement, démobilisation et réintégration des anciens combattants de la guerre civile et régionale de 1998-2003. Bruxelles, 15 novembre 2006 Déclaration commune deJavier SOLANA, Haut Représentant de l'UE pour la PESC, Louis MICHEL, Commissaire européen pour le Développement, Paul WOLFOWITZ, Président de la Banque Mondiale, etJean-Marie GUEHENNO, Secrétaire Géneral adjoint des Nations Unies sur la République Démocratique du Congo. " Nous avons appelé à l' extension du mandat de la MONUC et à l'élaboration d'une stratégie de sortie basée sur la réalisation effective d'objectifs précis, la réforme du secteur de sécurité étant un des objectifs fondamentaux. Nous avons convenu de travailler avec les donateurs bilatéraux afin de mobiliser l'appui pour le nouveau gouvernement et, après consultation avec le gouvernement, nous développerons des mécanismes flexibles appropriés en vue de poursuivre notre engagement et d'assurer une coordination effective de l'appui au développement du pays."

Washington, DC     Durant sa visite en Afrique Centrale, Paul Wolfowitz, Président de la Banque mondiale, visite des programmmes pour ex-combattants au Burundi et en République démocratique du Congo (RDC). Leurs activités de démobilisation et réintégration sont supportés par des fonds du Programme Multi-pays de Démobilisation et Réintégration (MDRP). La RDC est le plus grand programme du MDRP, comptant pour approximativement la moitié de son budget. A ce jour, le programme a démobilisé un nombre estimé de 107,000 adultes et assuré le relâchement de près de 30 000 enfants, dont 80% ont été réunifiés avec leur famille. 41 projets de réintégration socio-économique ont été approuvés pour 69 000 bénéficiaires et 46 000 ex-combattants sont actuellement activement engagés dans des projets de réintégration.  Lancé en 2002, le MDRP soutient un cadre régional de planification et de financement pour la démobilisation et réintégration d'un effectif estimé actuellement à 400.000 combattants en Angola, Burundi, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République du Congo, Rwanda et en Ouganda. A travers ces activités, le programme a pour but de contribuer au processus de paix et de stabilisation dans la région élargie des Grands Lacs, et ainsi aider à établir une base pour un développement durable. Les principes de base du programme sont l'appropriation nationale et le partenariat. Le programme est financé par la Banque mondiale et 13 pays bailleurs de fonds - Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Norvège, Royaume-Uni, Suède et la Commission européenne. Le MDRP collabore également avec des gouvernements nationaux et des commissions, et avec plus de 30 organismes partenaires, y compris les agences des Nations Unies et des organisations non- gouvernementales.

Le maïs de Moses
 
ZAMBIE XINHUA        La Brigade anti-corruption zambienne a demandé l'extradition de Moses Katumbi, gouverneur de la province de Katanga.  M. Katumbi est recherché pour son implication dans un contrat de vente d'armes avec le gouvernement zambien, dont l'échec a coûté au gouvernement 20 millions de dollars. M. Katumbi toutefois, bénéficie des privilèges que lui accordent sa position de responsabilité au sein du gouvernement de RDCongo. M. Nkole a déclaré que son agence maintiendrait les poursuites contre M. Katumbi par des voies diplomatiques.

Times of Zambia  Zambian government has maintained that Democratic Republic of Congo (DRC) Katanga province governor, Moses Katumbi, will face the law if he came to Zambia because the Task Force on Corruption is still pursuing him. Vice-President, Rupiah Banda, told Parliament. Mr Katumbi was free to come to Zambia when the position had been that he was wanted for questioning by the Task Force on Corruption. “If Mr Katumbi was to come here, yes the law would visit him. This was my honest answer and I did not want to deceive my brother by saying no he is not wanted for questioning by the Task Force” Zambia and the DRC had for sometime enjoyed cordial relations which Mr Banda said should not be spoiled by Mr Katumbi. The Times of Zambia (Ndola)    The Zambian Task Force on Corruption is searching for former Chani Fisheries businessman, Moses Katumbi, for alleged criminal and civil offences involving over K151.2 billion. Mr Katumbi is wanted for interrogations over the arms deal case popularly known as the B.K Facility in which Zambia lost about US$20 million (K84 billion) for an arms contract that was never honoured. Some criminal investigations being conducted by the Task Force pertain to Mr Katumbi's alleged involvement in the K53 billion maize deal where part of the grain was diverted for private use. Mr Katumbi's involvement lies in the diversion of K17.2 billion to finance Tamba Bashila and Chani Fisheries, some of the firms he owned and are currently restricted. The Task Force wants Mr Katumbi to explain what happened to the funds and why he received $50,000 from the Zamtrop Account on January 8, 1999. The cases involving Mr Katumbi at both civil and criminal law were still active. The cases include properties restricted by the Task Force on Corruption such as MCK dumping mining trucks on the Copperbelt Province, Mansa Milling, Tamba Bashila and many more which were in the High Court of Zambia.
 
Problèmes et solutions d'argent

LePotentiel  Stephane Etinga  Les provinces auront la même configuration de dix ministères provinciaux.  1) Intérieur, Affaires coutumières ; 2) Agriculture, Pêche, Elevage et PME ; 3) Infrastructures, Affaires foncières, Transports ; 4) Plan et Budget ; 5) Economie et Finances ; 6/ Mines et Hydrocarbures ; 7) Justice et Droits de l’homme, 8) Affaires sociales ; 9) Environnement, Culture ; 10) Sports et Loisirs. LePotentiel    L’article 175 alinéa 2 de la Constitution consacre le bénéfice pour les Provinces de la retenue automatique à la source des 40 % des recettes à caractère national. En attendant, les gouverneurs nouvellement élus ont sollicité l’annulation immédiate de l’instruction permanente relative au gel de la rétrocession aux provinces ». Il s’agit en fait du retour à la rétrocession habituelle de 20 % dont quinze automatiquement et cinq par péréquation du ministère des Finances.
 
RadioOkapi    La Direction générale des Impôts (DGI) a réalisé 56 milliards de Francs congolais des recettes au lieu de 140 milliards attendus en 2006 ( NB 256 milliards de Franc congolais  pour l’année 2007).  Ceci ressort de l’évaluation du Fonds Monétaire international (FMI) et les responsables de cette régie financière à Kinshasa. Le FMI invite par ailleurs les régies financières congolaises à maximiser des recettes pour doter l’Etat des moyens de sa politique. Selon  Cyril Briancon, chef de division au département Afrique du FMI  : « Je crois qu’en termes de politique fiscale, c’est-à-dire en termes de distribution de taux pour les différents impôts, il y a des progrès qui ont été faits. Maintenant, il est question que les services même essayent d’augmenter la productivité. Nous avons mis l’accent sur les mesures à prendre pour augmenter cette production. Je crois qu’il y a un besoin pour la DGI de s’installer dans toutes les provinces pour que non seulement les recettes continuent de s’accroître à Kinshasa mais également dans les autres provinces… L’Etat a besoin des recettes. Les recettes globales sont encore faibles pour un pays aussi grand que la RDC. Il y a un besoin important des recettes, donc elle a besoin de faire encore des efforts »

LePotentiel RICH NGAPI Les quatre vice-présidents du gouvernement de transition ( Jean-Pierre Bemba, Azarias Ruberwa, Zaidi Ngoma et Abdoulaye Yerodia Ndombasi) bénéficieront, au cours de cinq années de la nouvelle législature, d’un régime de privilège décidé par le chef de Etat. Cette mesure a été convenue pour « préserver la paix » et récompenser « ceux qui ont beaucoup fait » pour l’aboutissement en douceur du processus de la transition. Selon un décret daté du 13 novembre 2006, les membres de l’ex-espace présidentiel toucheront une indemnité mensuelle équivalent aux trois quarts de leur dernier salaire. Ils auront, en outre droit, à une résidence, à un véhicule, à une garde rapprochée d’une douzaine d’éléments de la Police nationale et à deux titres de voyage par an, en first ou en business class, sur le réseau international. Ce n’est pas tout. Ils vont, par ailleurs, disposer d’un passeport diplomatique et leurs soins médicaux au pays ou à l’étranger seront pris en charge par l’actuel gouvernement. Il en sera de même pour les membres de famille à leur charge.

Pour être informé directement des nouveaux articles:

1. inscrire son adresse e-mail dans la colonne de droite
2. cliquer sur le OK .
3. Suivre ensuite les instructions
4. puis confirmer le message d' abonnement gratuit