Premiers et derniers

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Premiers cocktails Molotov, ultimes commentaires 

Photo

 
AP Photo/Schalk van Zuydam    Opposition party supporters look on as a burning bottle filled with fuel flies through the air, during a rally at Kinshasa. Thousands of opposition party supporters clashed with Congo riot police, burning President Joseph Kabila's campaign posters.

LeMonde Jean-Philippe Rémy    Parmi les choses dont s'enorgueillit la jeunesse du quartier Tshangu, qui borde la route de l'aéroport de Kinshasa, la force et la précision des jets de pierre figurent en bonne place, particulièrement lorsqu'il est question de politique. Sur le boulevard, à une centaine de mètres, des coups de feu claquent. Des hommes et des femmes courent, des voitures roulent pied au plancher. Le cortège du président vient de passer, et la jeunesse du quartier, comme promis, a jeté des pierres, déclenchant les tirs de la garde présidentielle. Tshangu, alors, entre en ébullition. " Y'a guerre sur le boulevard ou quoi ?", crie un mécanicien. "Est-ce qu'un président aimé ferait tirer comme ça sur son peuple ?", renchérit son voisin. Avant de menacer : "Si on essaye de nous imposer Kabila, on va se battre, on est prêt."

NPR   National Public Radio Ofeibea Quist-Arcton     The American head of the U.N. mission in Congo, William Swing, says it's time for the country to vote. "I think 15 years of transition, it would be a strange definition to call that premature," Swing says. "The country has had a transition that risks not finishing at all, because you had seven years of the national sovereign conference, you had five years of war and you've had three years of this transition. That's 15 years. And I think people understandably want to get on with their lives. They want to have the elections and go forward."

KINSHASA (Reuters)     Ross Mountain, No. 2 in the U.N. Democratic Republic of Congo mission, said the international community should not make the mistake of thinking that elections alone would provide a quick solution to the country's major reconstruction needs. Mountain said a debate was already under way within the United Nations about whether the mission should be cut back to allow peacekeepers and resources to be redeployed in Lebanon or Sudan's Darfur region, where such forces were now also required. "I think it's a real danger. I'd like to hope that the international community will see the value of sustaining this investment (in Congo)." . He said there was a risk that if the United Nations withdrew or scaled back in the Congo too soon, the country could slide back into conflict. "Peacekeeping may be expensive, but try war, it's a lot more expensive" . Organizing and training a new national army remained a priority for after the elections.
 
Photo
Congolese receive last minute voter education.
Some ballot papers look more like condensed phone directories than voting slips. REUTERS/Jiro Ose 
 
 www.culturek.net J.-P. Mbelu     La RTBF (radio et télévision belge francophones) a diffusé une petite interview d'un allemand et celle de Mr Louis Michel. L'allemand a affirmé, sans ambages, que la mission de l'Eufor au Congo rentrait dans le projet de la mise sous tutelle de ce pays pour avoir accès à ses richesses. Mr Louis Michel a qualifié ces accusations de ridicules, mais il a reconnu que certaines entreprises européennes exploitent de manière indue les richesses du Congo. Dans un contexte de non-existence de l'Etat, cette exploitation était possible. D'où toute l'importance que revêt pour lui les élections pouvant conduire les Congolais à avoir un gouvernement contrôlé par un parlement responsable. « Si les choses se passent bien ».

AFP Lubumbashi    Le bulletin de vote? A Lubumbashi, quatre pages portant le nom des candidats, leur numéro, le nom de leur parti, ainsi qu'une photo couleur d'un centimètre de côté. L'électeur devra cocher, ou mettre son empreinte digitale,  dans une case en face de son candidat.On a peur du nombre de bulletins nuls...Reste un regret central: que la sensibilisation pour le vote de dimanche n'ait pas été accompagnée d'une campagne expliquant, avec la même énergie, une autre composante essentielle de la démocratie: les lendemains de vote. "On a préparé les électeurs sans préparer les esprits à accepter les résultats. Les candidats, comme la population, n'ont pas été préparés à l'idée de la défaite". Cela fait peser une "menace" sur la période post-électorale.

CultureK Turine Ngwala & DIA    Selon l’agence catholique Dia les candidats à la députation ront dû réunir  presque 100.000 dollars américains pour leur campagne. Il faut 1500 dollars pour la location de panneaux publicitaires sur les grands axes routiers, jusqu’à 3.000 affiches au format A4 et à 11 $ dollars américains et 20 à 30$ pour de plus grandes dimensions, des milliers de banderoles à 9 $, la location de stades et de salles pour la tenue d' environ cinq meetings, des charrois automobiles. Etc Un nombre restreint a littéralement confisqué l’espace audiovisuel au vu du nombre imposant des spots publicitaires en leur faveur (ministres en fonction, députés en place et gouverneurs en fonction, à l’opposé d’autres qui sont quasi absents. De plus beaucoup des zones d’ombres demeurent sur les indications, la nature et la hauteur des financements.
 
Signes timides d'un renouveau lushois 
  
AFP LUBUMBASHI - Depuis trois ans, l'ancienne Elisabethville, ville "la plus organisée" du pays, montre des signes d'une renaissance liée à la fin de la guerre et à l'envolée des cours du cuivre et du cobalt. "Il y a une reprise, timide certes, mais une reprise.. On assiste à une reprise de l'économie qui est d'autant plus forte qu'elle était tombée très bas. La ville a été en léthargie pendant une dizaine d'années. Si les élections se passent bien et que les cours des métaux non-ferreux restent élevés (...) cela peut être spectaculaire dans les trois années qui viennent". Le lancement de la restructuration de la Gécamines, dans un manque de transparence régulièrement dénoncé par nombre d'ONG, a aussi ouvert de nouveaux espaces, même si la plupart des initiatives se développent dans l'informel et échappent à toute forme de contrôle. En l'absence de véritable système bancaire, les affaires s'appuient aussi sur "la présence des Indiens et des Chinois qui viennent ici avec du capital et sont prêts à investir directement". Reste un énorme point de blocage: Le délabrement des infrastructures dans cette ville de 1,5 million d'habitants qui a accueilli ces dernières années nombre de personnes chassées par la guerre de 1998-2003 et les violences qui perdurent dans le nord de la province. L'état des routes aux abords de la ville est alarmant, l'alimentation en eau est chaotique, les coupures d'électricité quotidiennes. La Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), dont le siège est à Lubumbashi, vivote: Son parc de locomotives est largement dépassé, nombre de ses infrastructures remontent à l'époque coloniale. "Chaque année qui passe est une année de plus qui ajoute à la vétusté des services".


Un belge et trois illustres disparus

Le Palmarès    Ancien ministre des Sports sous Mobutu Sese Seko et ancien Sénateur dans le Parlement de transition, est décédé à Dilolo des suites d’un accident de circulation. Candidat député de la circonscription électorale de Dilolo, l’homme était en campagne électorale.

Le Softinternational  Jean-Paul Kanga Boongo, 53 ans, est mort à Mbandaka, foudroyé par une crise cardiaque. Il était le directeur de campagne du parti présidentiel PPRD. C'est la troisième personnalité influente de la scène politique nationale qui disparaît, l'autre ayant été Malumba Mbangula, membre du MLC de Jean-Pierre Bemba, mort au tout début du processus électoral.

Photo


David Lewis/Reuters    A Belgian Air Force officer inspects a surveillance drone at the European Union mission's headquarters in Kinshasa. A drone flying over Kinshasa as part of EU efforts to keep Congo's historic elections safe has crashed, setting a house on fire and injuring five people, European military sources said. The unpiloted Belgian craft was flying its first reconnaissance mission over the capital when it crashed into the house. The five injured people were suffering burns.

Un drone belge de la force européenne (Eufor), déployée à Kinshasa pour la sécurisation des scrutins, s'est écrasé en bordure du fleuve Congo, à moins de deux kilomètres de la base aérienne de Ndolo, où Eufor a installé son état-major. "Le drone a eu une perte de signal alors qu'il regagnait la base. Il s'est écrasé près d'une usine de tabac, une partie est tombée dans le fleuve et une autre sur une maison qui a pris feu. Nous ne connaissons pas encore les raisons de la perte de signal" qui permet le guidage de l'appareil, qui "ne transportait aucune arme ni aucun produit dangereux".
 
Pour être informé directement des nouveaux articles:
1. inscrire son adresse e-mail dans la colonne de droite
2. cliquer sur le OK .
3. Suivre ensuite les instructions
4. puis confirmer le message d' abonnement gratuit