Deux ponts aux excroissances

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Pays au corps immense de dinosaure, avec un long cou étroit et une petite tête, 
cherche désespérément de sortir de son enclavement



Des frontières qui bougent?

Léopold II avait obtenu un immense territoire, mais sans de débouché sur la mer. D' où l' aménagement des frontières par Bruxelles et Lisbonne, avec l' excroissance de la fenêtre atlantique, et l' aménagement de l' enclave portugaise de Cabinda. En 2012, l' Angola va réunir son territoire avec une autoroute et un pont suspendu sur le fleuve, le " Cabinda Link". Cet investissement représente plus de la moitié du budget congolais! Kinshasa a marqué son accord, sans que là-bas on ait pensé à l'' aménagement une bretelle sur Banana pour lequel on rêve toujours d' un port en eau profonde; les Angolais ont décidé que leur autoroute débouchera sur Boma.

Dans les années 1950, Londres avait sollicité de Bruxelles une révision de l' autre excroissance territoriale qu' est la botte de Sakania. L' Indépendance n' a pas permis l' aboutissement des négociations, mais le besoin pour la Zambie de relier ses provinces du Copperbelt et du Luapula est demeuré. Mobutu signa un traité qui a autorisé la Zambie à tracer et à entretenir, à ses frais, une route reliant Mokambo à Chembe ( La Pedicle Road), pour le prix de loyer annuel de 1 dollar symbolique. Les véhicules zambiens qui traversent le Katanga versent un péage entre les mains de leurs autorités. Mobutu s' était méfié des congolais pour les laisser gérer cette caisse. Les sommes payées pour le Congo sont converties en dollars et versées régulièrement dans un compte de la RDC à Lusaka. En 2009, la Zambie a jeté un pont sur la rivière Luapula. Elle projette d' asphalter la route trans-katangaise.


Pointe Noire ou Banana?  

ACP/MCN    La société allemande " Swistae " évalue à 4,5 milliards euros les travaux de construction du port en eaux profondes à Banana, en raison des structures d'encadrement mis en place par l'autorité provinciale en vue de protéger et de sécuriser des investissements tant nationaux qu'étrangers.

 

Le Potentiel    Le NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) veut l’interconnexion des réseaux ferroviaires d’Afrique centrale, orientale et australe. D' où le projet route-pont-rail Kinshasa-Brazzaville pour assurer la liaison ferroviaire entre le port de Pointe Noire au Congo et Kinshasa, en passant par Brazzaville. Un nouveau rail relierait Kinshasa à Ilebo et Lubumbashi et également Dilolo-Lobito ainsi que Kindu, Dar Es Salaam, le Zimbabwe, le Mozambique et l' Afrique du Sud.  Le gouvernement  va entreprendre une étude complémentaire sur l’incidence de ce pont sur l’économie de la province du Bas-Congo, les ports congolais de Boma et de Matadi et le projet  du port en eaux profondes de Banana.

  
Cabinda Link

Angop    Depuis 2002, le Gouvernement angolais a asphalté 3.325 kilomètres de routes, et construit 10.400 autres kilomètres de routes.

L' ouvrage le plus spectaculaire sera un pont routier et ferroviaire de 25 km et large de 30 mètres. La travée centrale enjambera le fleuve sur 1.600 mètres, à 47 mètres de hauteur. La route aura une longueur de 260 km, dont 119 km en RDC.

Au sortir du pont, deux bretelles à deux voies relieront Moanda à Cabinda et Moanda à Boma.

La société China Road and Bridge Corporation a gagné ce marché de 2,5 milliards de dollars et livrera l' ouvrage en octobre 2012. 


 

 

Le Corridor Nord     (Acp) La 20ème réunion des transports sur le corridor Nord (l’Ouganda, le Kenya, le Burundi, la Rdc et le Soudan comme pays observateur) a examiné es voies et moyens d’améliorer le transport dans cette partie d’Afrique, d’en faire un véritable pool d’attraction économique susceptible de contribuer à l’épanouissement de la sous région. Elle a recommandé d’accélérer les études de faisabilité de l’implantation de la ligne ferroviaire entre Mombassa (Kenya) et Kisangani (Rdc) et d’actualiser le projet consistant à relier le port de Mombassa sur l’océan Indien au port de banana (Rdc), sur l’océan Atlantique par un système de transport multinational.

Le Corridor Nord-Sud     
Xinhua    BBCAfrique     Le Marché commun de l'Afrique australe et de l'Est (COMESA), la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) ont lancé le "Programme de Corridor Nord-Sud". L' initiative, dont le coût total est estimé à un milliard de dollars, a pour but d'améliorer sur une période de dix ans l'accès des producteurs aux marchés régionaux et internationaux, en vue d'une stimulation de croissance et d'investissements. " Les coûts des transports en Afrique australe sont 73% plus élevés que ceux dans l'Union européenne et aux Etats-Unis, ils pourraient être réduit de manière remarquable par les investissements dans les infrastructures routières et ferroviaires, bénéficiant aux communautés, aux hommes d'affaires, aux producteurs et aux gouvernements sur un plan à long terme". L’ acheminement de marchandises de la Tanzanie jusqu’aux ports d’Afrique du Sud, via la Zambie, nécessite de lever les points de blocage et la remise en état de 8 000 kilomètres de routes et 600 kilomètres de voies ferrées. Le projet de corridor devra ramener le temps d’attente aux frontières qui est actuellement de 3-4 jours à 2 heures, grâce à la rationalisation des procédures. Cela permettra également de réduire le taux de transmission du SIDA, les camionneurs ayant moins de temps à passer en compagnie des prostituées à la frontière.

Par Walvis Bay    
La Zambie et la République démocratique du Congo (RDC) ont augmenté leurs échanges commerciaux maritimes en utilisant le port namibien de Walvis Bay. L'axe Trans-Caprivi relie le port de Walvis Bay à la Zambie et à la RDC et la réalisation d' un pont reliant les deux pays à ce port a permis une croissance du volume des livraisons de marchandises par cargo. Au cours des cinq dernières années, les échanges entre les deux pays dans le port de Walvis Bay sont passés de 200 tonnes par mois en 2004 à près de 13.000 tonnes par mois.  

 



Le Levy Mananawsa Bridge

RadioOkapi    Un pont de 320 mètres de long, 16 mètres de large et 15 mètres de haut, a été jeté sur la rivière Luapula, à Chembe. Par le passé, la traversée de la rivière Luapula était assurée par un bac. Mais ce dernier ne pouvait pas supporter de gros engins.

L' ouvrage a été mis en chantier en 2001 et a été construit par l’entreprise chinoise Chininan pour un coût de 876 000 euros. Il aurait une durée de vie de100 ans.

DailyMail       Zambian Government will look for money to tar the Pedicle Road, which links the Luapula and the Copperbelt provinces through the Democratic Republic of Congo (DRC). Zambia and DRC should open a new border at Chipushi in the North-Western Province and implement a one-stop border system between the two countries.