La guerre Michel sur Internet

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Ils ont menti

IRIN,    La Belgique a présenté au peuple congolais, par la voix de Louis Michel, ses " sincères regrets " pour le rôle qu'elle a joué dans la mort, en 1961, du premier ministre Patrice Lumumba. " Certains membres du gouvernement d'alors et certains acteurs belges de l'époque portent une part irréfutable de responsabilité dans les événements qui ont conduit à la mort de Patrice Lumumba. Le gouvernement estime qu'il est indiqué de présenter à la famille de Patrice Lumumba ... et au peuple congolais ses profonds et sincères regrets " a déclaré M. Michel à l'occasion d'un débat convoqué devant le parlement à propos des conclusions de l'enquête sur la mort de Lumumba. 

 
AmnestyInternational Jean Van Lierde    Louis Michel a ensuite déclaré, au nom du gouvernement « ses profonds et sincères regrets et ses excuses pour la douleur infligée par cette apathie et cette froide indifférence ». Réparer ? Une fondation Lumumba, financée par le gouvernement sera vouée au développement démocratique du Congo. La famille de Patrice Lumumba sera associée à la gestion de ce fonds.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tony Busselen     Cécile Rolin    Lorsque Léopold II a planifié la conquête du Congo, il a commencé par créer une fondation pour la recherche scientifique au Congo. Accusé quelques années plus tard de crimes contre l'humanité dans la colonie fraîchement conquise, il a réagi en créant une commission d'enquête parlementaire. Louis Michel procède de manière inverse: il a commencé par créer une commission d'enquête. Celle-ci s'est bien gardée d'établir la responsabilité pénale des autorités belges. La commission s'est limitée à parler vaguement de "responsabilité morale" et de "l'apathie et l'indifférence à l'égard du sort de Lumumba". Alors que tout indique que le gouvernement belge de l’époque avec le roi Baudouin a trempé dans le meurtre de Lumumba.
 
Ils ont des cortèges rouges
Ulysse de Binza Lettre ouverte à Mr Louis Michel    "Vous voilà de retour au Congo afin selon vos propres termes de tenter de sauvegarder le processus de transition. Une fois de plus vous venez jouer les pompiers après avoir généreusement distribué des allumettes au pyromane. Vous nous dites que dans le souci de ramener le calme, il est opportun de ne pointer personne du doigt. Après trois guerres et des millions de morts, ce fameux « compromis à la Belge »  n’est au mieux que de la lâcheté, au pire de la complicité".
 
LeBlogDuCongolais Tony Katombe    Kinshasa est la capitale des cortèges officiels. Gare donc aux chauffeurs distraits. Il faut ici avoir l’ouie exercée et tous les autres sens en alerte maximale quand on roule sur les grandes artères de Kinshasa, pour libérer la chaussée  à chacun des passages des bonzes de la transition. Sinon, on se fait surprendre et on pique une crise d’hypertension. Parfois on s’en sort même avec des coups de matraque pour avoir eu l’outrecuidance d’avoir emprunté la chaussée au même moment qu’une de leurs excellences. Est bien malin celui qui en donnerait le chiffre exact. Il y a d’abord les cortèges de l’espace présidentiel : Kabila, Bemba, Ruberwa, Yerodia et Z’ahidi, ensuite celui du parlement : Kamitatu et Marini (je vérifierai quand même pour ce dernier. Je suis un peu protestant et je ne voudrais pas pécher gratuitement contre le prince de mon église), sans oublier chaque ministre et chaque vice-ministre, le chef d’état-major général, le chef d’état-major général adjoint, les 3 chefs d’état-major des forces terrestres, aériennes et navales et leurs adjoints, chaque général, chaque colonel, le chef de la police, le gouverneur de la ville, le chef des renseignements, des migrations … et pour finir Louis Michel. Eh oui l’homme est à Kinshasa chaque deux semaines et jouit d’un cortège digne de noko (oncle).
 
 
 
Ils donnent trop de leçons
 
Libre Belgique    Karel De Gucht déclare "Que peut-on attendre des élections? L'émergence d'une nouvelle classe politique, ancrée dans les populations locales, qui vienne s'ajouter à la classe politique actuelle.  J'essaye de traiter cela en termes de solution et pas de conflit. Je ne dis pas cela par précaution. Mais parce que je suis convaincu que l'on ne peut pas avoir un changement brutal au Congo".

www.    A propos de la crise en RDC, Louis Michel, commissaire européen « joue au colon » pendant son récent séjour kinois estime Tendances, arguant que « le traitement qui est fait de nos dirigeants nous humilie. Ils ne sont en fait que des valets de Bruxelles ».

L'Intelligent     « La transition doit réussir . Les Congolais doivent faire preuve de plus de responsabilité pour autant que l’on est maintenant tout près de la réussite", dit  Karel De Gucht. "Les élections clarifieront les rapports de forces politiques. Nous devons éviter que les perdants ne soient marginalisés.  Face au risque que certains groupes reprennent les armes,  il me semble valoir la peine de réfléchir à l'opportunité, après les élections, d'une large équipe d'union nationale".
 
KINSHASA,  (AFP) - Le ministre belge des Finances, Didier Reynders, a appelé à Kinshasa à "une révolution culturelle dans la gouvernance" en République démocratique du Congo (RDC) pour lutter efficacement contre la corruption et contrôler les dépenses publiques. M. Reynders a mis en avant "deux conditions" essentielles à la poursuite et à l'amplification de l'aide et de la coopération belge avec la RDC: "le respect du processus électoral" par l'ensemble des acteurs politiques congolais et "la bonne gouvernance", à travers une restructuration de la Banque centrale du Congo (BCC) et un assainissement des finances publiques, "seul moyen pour attirer les investisseurs".  Il a annoncé la suppression de la comptabilité des intérêts d'une dette d'un montant actuel de 93,8 millions d'euros (dont 29 millions d'intérêts cumulés depuis l'ouverture d'une ligne de crédit par la Banque nationale de Belgique à la BCC en 1972). Avec l'accord du Conseil des ministres belge cette dette pourrait être totalement annulée, pour aider la BCC à "se restructurer".

KINSHASA, (AFP) - Le ministre belge de la Défense, André Flahaut, a plaidé pour la formation en République démocratique du Congo (RDC) d'une armée plus "réduite" et souligné la nécessité de "correctement payer" les militaires. "Il faut saisir l'opportunité ici de mettre en place une armée d'un type nouveau, réduite et plus efficace. Il vaut mieux avoir 12 brigades bien formées et bien payées que 18, avec des hommes de troupe sous-équipés et démotivés. Le Congo est un pays immense, un continent. Mais il n'y a pas des problèmes partout. Il vaut mieux cibler les efforts en déployant les troupes où il y a encore des violences, plutôt que de tenter de couvrir cet immense territoire".

www    Javier Solana, Haut représentant pour la politique extérieure de l’UE et de Louis Michel ont poussé les parlementaires à se pencher à nouveau sur la question de la peine de mort. Au final, si la nouvelle Constitution n’abolit pas la peine de mort, elle l’exclut du texte constitutionnel, ce qui, à l’avenir, donnera aux avocats des armes pour plaider l'inconstitutionnalité de lois prévoyant cette peine.

KINSHASA,  (AFP) -     Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso est arrivé à Kinshasa pour mettre en garde contre toute perturbation du processus électoral, dans une allocution devant le Parlement. "Tout le monde doit maintenant se fixer sur l'objectif principal de la transition (l'organisation des élections) pour que le processus électoral se déroule de façon paisible. Ceux qui iraient à l'encontre de cet objectif par la fraude, l' incitation à la violence ou par la haine ethnique seront rejetés par la communauté internationale. Ils seront rendus responsables devant l'histoire de la faillite d'un processus. Cette transition est une opportunité unique et vous n'avez pas droit à l'échec. Nous apportons tout notre soutien à cette transition et rien qu'à cette transition-ci. En aucun cas, la transition ne pourra dépasser la date du 30 juin 2006 sous peine que les institutions et les hommes qui sont à la tête du pays perdent leur légitimité. Il a demandé aux congolais de "concentrer" leurs efforts "afin que la transition aboutisse dans des conditions dignes d'un Etat qui veut entrer à juste titre dans la modernité".
Ils ne sont pas aimés

CongoForum Cheik Fita     les congolais de Belgique viennent de reprendre les actions de rue pour leur pays, , après une année 2005 très active, avec en apothéose la giga marche du 30 juin qui avait déversé 4000 personnes dans les rues de Bruxelles. La première action de l’année sera le sit-in qui aura lieu le mercredi 1er février 2006 de 11h00 à 14h00 à la place de la Bourse de Bruxelles.Sit in des Congolais à Bruxelles contre Louis Michel. Une des raisons de ce sit-in, est dénoncer l’immixtion inacceptable dans la politique du Congo de Louis Michel, ancien ministre belge des affaires étrangères, et actuel commissaire européen au développement et à l’action humanitaire. Pour les congolais vivant en Belgique, le cerveau des interférences étrangères au Congo a un nom : Louis Michel. S’il fait le « Zorro » quand il débarque au Congo, ici en Belgique il est vulnérable via l’opinion publique de son pays. Les congolais de Belgique ont décidé de jouer à fond cette carte.

Congolite Cheik Fita     Durant près de deux heures, à la Place de la Bourse de Bruxelles, une trentaine d’activistes congolais ont animé un sit-in avec deux banderoles lisibles à cent mètres : « Louis Michel, le Congo n’est pas à vendre. Non à l’esclavage » « RD Congo Elections : Oui. Pas pour légitimer les criminels ».  "Si nous nous sommes réunis c’est pour trois choses : dénoncer l’ingérence intempestive, téméraire d’un sujet belge à tous les niveaux du processus électoral au Congo, nous citons, Monsieur Louis Michel. Ainsi, nous lançons le message suivant au Commissaire Européen Louis Michel. Le Congo n’est ni à vendre, ni un bien sans maître. Les congolais ne sont ni des naïfs, ni des candidats à être colonisés de nouveau. Nous nous battrons jusqu’au dernier d’entre nous contre toute tentative d’asservir notre peuple. Pour l’opinion belge Il est possible que s’établisse entre nos deux peuples de vraies relations de coopération dans le respect mutuel. Mais que le peuple belge ne se laisse pas piéger par l’aventurisme de certains de ses fils, et l’affairisme de certaines entreprises."

LeSoir    Des membres des communautés congolaise de Belgique et belge d'origine congolaise ont lancé une pétition dénonçant l'  ingérence ostentatoire et inacceptable" de Louis Michel pour avopir qualifié Joseph Kabila d'"espoir" pour la RDC. "Il s'agit d'une insulte à la mémoire des quatre millions de Congolais morts des suites directes ou indirectes de la guerre civile ayant opposé d'une part les Kabila et d'autre part leurs anciens alliés rwandais et ougandais ainsi que les mouvements rebelles fantoches créés par ces derniers. L'ingérence du commissaire européen (...) sous le prétexte que l'Union européenne est le principal bailleur de fonds du processus électoral en cours en RDC participe d'un paternalisme et d'une idéologie coloniale totalement anachroniques au 21ème siècle"   

Jeune Afrique    Selon Louis Michel , " personne n’a pris fait et cause pour Kabila ! Cela étant, il faut reconnaître que la transition a été relativement bien menée. A qui faut-il en attribuer le mérite ? Sûrement à Joseph Kabila .."

Misna     La tutelle "excessive" de la communauté internationale vis-à-vis de ce processus électoral a également fait l’objet de critiques : selon certains observateurs locaux, les intérêts économiques étrangers liés à l’exploitation des ressources minières pourraient favoriser un maintien de l’état actuel des choses, de façon à ne pas altérer les équilibres construits ces dernières années par l’actuel gouvernement à travers les concessions minières. "Nous ne sommes ici que pour aider" a voulu préciser Morillon, "non pour imposer quoi que ce soit, mais pour mettre notre expérience au service des Congolais". Les perplexités sur les risques d’un scrutin ‘piloté’ par la communauté internationale apparaissent sur les sites de la diaspora et de nombreux forums en ligne. Pour soutenir les coûts de ces élections, dans un pays aussi grand que deux tiers de l’Europe de l’Ouest, la communauté internationale devrait débourser environ 380 millions d’euros.

Ils sont harcelés
 
gabriel2


Anthony MK KATOMBE     Les communautés congolaise de Belgique et belge d’origine congolaise critiquent les ingérences de Louis Michel  sous le prétexte que l’Union européenne est le principal bailleur de fonds du processus électoral . Il  participe d’un paternalisme et d’une idéologie coloniale totalement anachroniques au 21 ème siècle. Suivant Père J. ROUSSEL, traité de Déontologie coloniale,1956,p.141 écrivait que « les autochtones ont des devoirs : devoirs de reconnaissance et de gratitude.  Respect, docilité, collaboration loyale et sincère sont les grandes vertus que doit inculquer à ses frères noirs tout colonial épris d’idéal.   Que les populations voient, qu’elles sentent, qu’elles comprennent et apprécient la dette immense qu’elles ont envers les métropoles.  Qu’elles se rendent compte d’une façon évidente que cette dette doit s’amortir, du moins partiellement, par une juste considération et une rétribution dans les domaines économique et politique.»

Email   Louis Michel, le grand Negrier-Exploiteur hanté par le rêve de son grand-père Leopold II: "Posséder le CONGO!"  . Au débat Télévisé du 8 avril 2006 21h00Sur TROPICANA Jean-Baptiste BOMANZA, porte-parole de l’UDPS, prenant tout Tshikapa à témoin, partage aux téléspectateurs le contenu du carnet de son récent voyage au Kasaï Occidental où il est allé découvrir que Monsieur Louis Michel, non content de disposer pour son compte d’une entreprise d’exploitation du diamant est en train de faire une concurrence déloyale à un compatriote, du nom de NTUMBA, propriétaire de la société NTUMINES, en l’empêchant avec la complicité des responsables nationaux et locaux, alors qu’il a avec lui tous les documents en règle, de procéder à l’exploitation du produit du sous-sol de ses ancêtres.
Lutte ouvrière    Les grandes compagnies étrangères ne sont pas les seules à profiter des fabuleuses richesses du pays. Comme le dénonce l’historien congolais Elikia M’Bokolo, «il est presque de notoriété publique que certains hauts fonctionnaires de l’Union européenne et des Nations unies sont en connexion avec les trafics», et il poursuit: «Les fonctionnaires internationaux se conduisent comme des seigneurs de guerre en territoire conquis. Louis Michel (commissaire européen au développement et à l’aide humanitaire à la Commission européenne -NDLR) se comporte comme Léopold II à son époque, comme si le Congo était sa propriété.»

Le Potentiel CARLY KANYINDA     Au siège de la Commission de l’Union européenne à Bruxelles, Louis Michel, a rencontré une délégation des Congolais de Belgique. Dix au total, parmi lesquels deux femmes. L’objet de cette rencontre était la clarification concernant la campagne anti-Louis Michel, présenté comme « un corrompu qui soutient aveuglement le pouvoir en place à Kinshasa ainsi que les actions de M. Forrest, l’homme d’affaires belge installé au Congo et impliqué dans le rapport de l’Onu sur les pillages des richesses de la Rdc».  Louis Michel a souhaité rencontrer les Congolais pour clarifier la situation. « Mais surtout pour écouter leurs doléances et leurs récriminations ».  Les deux représentants des Bana Congo n’y sont pas allés par quatre chemins. Pour eux, quelle que soit l’attitude de Louis Michel, ce dernier est appelé à retenir que « le peuple congolais vaincra et que le 1+4 doit démissionner pour avoir été incompétent ». Et les Bana Congo d’enfoncer le clou : «si vous Louis Michel, vous vous obstinez à soutenir la position anti-peuple congolais, les Congolais de Belgique ainsi que autres Africains vont orchestrer une grande campagne contre vous et votre parti (Mr) aux prochaines élections».
 
Ils sont sur pied de guerre

CongoForum Cheik Fita     Pour les congolais vivant en Belgique, le cerveau des interférences étrangères au Congo a un nom : Louis Michel. S’il fait le « Zorro » quand il débarque au Congo, ici en Belgique il est vulnérable via l’opinion publique de son pays. Les congolais de Belgique ont décidé de jouer à fond cette carte.

Fenêtre sur l' Europe     Lettres de menaces, enveloppes contenant des produits suspects (dont de la poudre), et coups de téléphone anonymes se sont succédés dans le bureau bruxellois du commissaire Louis Michel. Résultat : une voiture blindée, et un, voire deux gardes du corps pour chaque déplacement de M. Michel. Ainsi, deux agents des services de sécurité de la Commission l’ont accompagné en République démocratique du Congo. Rappelons que Louis Michel est fréquemment pris à partie pour les actions qu'il a conduites, lorsqu'il était ministre belge des Affaires étrangères, notamment en faveur du système «1+4» (un président et quatre vice-présidents). En mai dernier, à Bruxelles, par exemple, des manifestants congolais avaient scandé des slogans hostiles au commissaire.

LibreBelgique  M.F.C.    Le commissaire européen est victime d'une campagne d'injures sur Internet. Il a annoncé son intention de déposer plainte contre le représentant de l'UDPS pour «propos injurieux». Depuis décembre dernier, le commissaire Michel bénéficiait déjà d'une voiture blindée et d'un renforcement de sa sécurité rapprochée en raison de menaces proférées à son encontre par «des personnes qui se trouvent dans la mouvance de ceux qui se sont exclus eux-mêmes du processus et qui m'en veulent parce qu'ils m'attribuent le fait que le processus va, sans doute, réussir». Louis Michel est la cible privilégiée de longues diatribes qu'il diffuse tous azimuts sur Internet. Il le traite ainsi régulièrement d' «esclavagiste sadique», de «prédateur vorace», de «pyromane» ; assure qu'il «conteste» le «statut d'êtres humains» des Congolais et est «à l'origine de tous nos malheurs depuis janvier 2001 ( assassinat de Laurent Kabila); qu'il a «entraîné tout le personnel politique belge, toute l'Union européenne et toute la communauté internationale dans ses crimes ourdis contre notre patrie et contre notre peuple» ; affirme qu'il «a déjà signé ( avec le président Kabila) des contrats léonins pour piller les richesses naturelles de la RDCongo (notamment les mines de diamants qu'il exploite déjà sauvagement à Tshikapa)». M. Michel s'indigne également de la mise en cause de son fils Charles, «accusé d'être marié à la fille de Forrest et de siéger au Conseil d'administration de celui-ci - alors que Charles ne sait pas de quoi on parle, qu'il vit normalement avec sa compagne et n'a jamais mis les pieds au Congo! Quant à moi, je suis un Belge moyen, je n'ai pas d'actions dans des sociétés, seulement quelques bons de caisse, et certainement pas une mine de diamant, ni à Tshikapa ni ailleurs!».

Pierre Lohohola  Monsieur Michel nous donne, en effet, la chance que les responsables belges d'hier n'ont pas donnée à Patrice Lumumba. Celle de pouvoir s'exprimer pour dire la vérité devant un tribunal.Mettons le temps à préparer ce procès du siècle sur tous les plans.
 
Il recommencerait à zéro

LeMessager  Question: " En Rdc, certains vous agonisent d’injures, d’esclavagiste, de colonisateur, et autres gentillesses.Cela vous touche ? Vous avez parfois envie de tout abandonner ? 
Réponse de Louis Michel: "Ce qui m’intéresse dans ce pays, ce n’est pas de savoir qui sera président, c’est qu’il y ait des élections démocratiques, un président et un parlement légitimés, et un gouvernement le plus inclusif possible. Alors oui, parfois je suis découragé face à des accusations personnelles irrationnelles ou injustes. Mais c’est vite oublié. Si vous choisissez d’être un homme politique, vous n’avez pas droit au découragement. Même s’il fallait tout recommencer à zéro, je serais partant. J’ai eu deux grandes récompenses qui m’ont prouvé que j’avais eu raison d’être un peu poète et romantique sur la question : d’abord les files de gens misérables, qui parfois, avaient marché 25 ou 30 kilomètres pour recevoir une carte d’électeur. Ils avaient conscience d’être enfin vus comme des êtres humains. Cela m’a ému. Ensuite, la ratification de la constitution. Tous n’ont peut-être pas compris tout ce qu’il y avait dans le texte, mais ils ont senti que c’était un moment d’histoire".
Pour être informé immédiatement
et directement des nouveaux articles,
inscrire l' adresse e-mail
et cliquer sur "OK" .
Suivre ensuite les étapes indiquées.