De l' uranium à Lubum!

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Avec Hiroshima, Shinkolobwe était devenu synonyme de l' uranium congolais.
Mais en 2007, on pouvait apprendre qu' il s' en trouve ailleurs,
notamment dans les environs de Lubumbashi...
 
  
La " révélation" de juin 2007

RADIO OKAPI     Lwiswishi, aux abords de Lubumbashi, contient un taux de radioactivité en uranium supérieur à celui de la mine de Shikolobwe, selon des experts de l'Office congolais de contrôle du Katanga. Le ministre provincial des mines a confirmé que le site minier de Lwisuishi est suffisamment radioactif.
 
Le premier uranium avait été extrait à Lwishishi!

Fernand Lekime " La mangeuse de cuivre - Didier Hattier"    En février 1913, dans une sorte de poche du gisement de Lwiswishi, à une quinzaine de kilomètres d' Elisabethville, une analyse de laboratoire révèlera la radioactivité d' un curieux métal à haute teneur en oxyde d' uranium. La poche était de dimensions réduites et l' on n' en retira que 200 kilos environ, dont 15 furent expédiés à Bruxelles en octobre 1913...

En 1915 Sharp découvrit le gisement  d' uranium-radium de Shinkolobwe. " Quelque chose de jaune accrocha mon regard. ce n' était qu' une lourde pierre que j' examinai négligemment. Cependant mon intérêt fut éveillé par son poids, signe sûr de la présence de minerai. Il me semblait en avoir vu de pareille dans la mine de Lwiswishi..."
 Shinkolobwe (dont l’orthographe ancienne était Chinkolobwe) fut exploitée à partir de 1922 pour la production de radium (métal blanc argent utilisé alors en médecine et dans la Recherche) à raison de 20 à 60 g / an.  



 

L' uranophane de Lwiswishi: la photo


Luiswishi a une minéralisation à cuivre et uranium avec notamment la cuprosklodowskite en fibre, la vandenbrandéite en cristaux en burins et la sengiérite http://www.mindat.org/loc-4332.html

Mineral List:     Billietite; Chrysocolla  ; Cornetite ; Cuprosklodowskite ; Curite ; Kasolite ; Libethenite ; Malachite : Pseudomalachite ; Sengierite (TL) ; odowskite ; Soddyite ; Torbernite ; Vandenbrandeite et Uranophane ( Ca(UO2)2(SiO3OH)2·5H2O);

Health Warning:    Contains uranium - always wash hands after handling.
Avoid inhaling dust when handling or breaking. Never lick or ingest. Avoid prolonged exposure in proximity of the body. Store away from inhabited areas.

 

 

La polémique de juin 2007

Le Soft http://www.lesoftonline.net/phil.php?id=1054      ALUNGA MBUWA     George Arthur Forrest fulmine de rage.  Il a demandé que l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique fasse le voyage de Lubumbashi et lui dise sa vérité. «J’ai une stratégie d’industriel, je travaille sur du long terme. Je ne suis pas un oiseau volage à la recherche d’un coup - cela ne m’intéresse pas. Si on ne veut pas d’un industriel sérieux, qu’on me le dise ... J’ai tout investi et c’est parce que je crois à ce pays, que je n’ai jamais quitté».  Il brandit ses «résultats»: premier investisseur privé en R-dC, un chèque en 2006 au fisc de 34.307.000 dollars contre US/25.005.000 dollars en 2005, 9.500 cadres et agents au 15 avril 2007... 
 
Les explications d' époque
 
Le Soft http://www.lesoftonline.net/phil.php?id=1054  TSHIMANGA DOLAY     L’ OCC avait pris ses mesures radio-métriques sur différents sites (carrière, minerais en stocks et remblais stériles). Il y a une certaine disparité des valeurs mesurées du fait que les appareils sont de marques différentes et n’ont pas été étalonnés au départ. de même, la distannce des mesures a varié entre 5 cm (OCC) et 20 à 50 cm (CMSK, Gécamines, EGMF). Cependant, au poste d’observation des exportations de Kisanga, les mesures de l’OCC sur les concentrés de Lwiswishi sont comparables à celles des concentrés de Kipushi (0,64 mSv/h et 1,72 mSv/h). La firme finlandaise OMG-Kokkola qui reçoit les concentrés cuivre-cobalt de Lwiswishi dit que « le niveau d’uranium naturel de ces produits est bas, que les valeurs de radioactivité mesurées depuis des années sont au même niveau que la valeur ambiante en Finlande et donc qu’ils ne présentent aucun danger». Par ailleurs, «les valeurs observées dans les zones d’activité normale de la mine (0,20 à 1,40 mSv/h) restent inférieures au seuil admis de 10 mSv/h. Certaines valeurs plus élevées (2,03 à 56,94) ont été observées dans des zones abandonnées ou à l’écart de l’exploitation courante de la mine».

Pour Guy Yumba Ilunga, «  le gisement de Luiswishi présente une radioactivité moyenne de l’ordre de 0,35 mSv/h. Mais quelques poches des RAT grise minéralisées du flanc Nord au gisement 3 produisent une radioactivité de l’ordre de 2,5 à 3 mSv/h. La radioactivité dans la mine à ciel ouvert serait dangereuse au-delà de 10 mSv/h ». L' entreprise prend des précautions dans la manipulation des roches radioactives. Il s’agit de l’arrosage abondant du lieu de travail, l’interdiction d’accès à toute personne étrangère à l’opération, le port obligatoire du masque anti-poussière, la réduction de temps de travail à 4 heures, l’ excavation à la pelle mécanisée, le transport par bennes et le changement des habits et douche obligatoire à la fin de l’opération. 


En zones jaune ou organge!!!

Y. Sacha    Le Sv/h (milli-Sievert par heure) est en fait le Gray(Gy), qui représente la quantité d'énergie par kg absorbée par un corps, auquel on rajoute l' influence de la source rayonnante et surtout des tissus ( NB une exposition de la rétine est plus endommageant qu'une exposition des pieds).  Les limites pour Lwiswishi semblent en démesure par rapport aux limitations des installations nucléaires françaises. Ces valeurs nagent entre les zones jaunes et oranges (cfr ci-dessous).  La valeur moyenne d'absorption annuelle est de 17.5 mSv, soit 5 journée de travail (4h/jour) pour un niveau de 1mSv/h( valeur jugée inférieure au seuil admis). Le fait que Lwiswishi soit une mine à ciel ouvert ne permet de justifier un tel écart.

zone bleue de 2.5 à 7.5 µSv/h zone surveillée Plus de 80 μSv par mois, soit 1 mSv par an : ordre de grandeur du rayonnement naturel : limite réglementaire de l'exposition admissible du public aux rayonnements artificiels.
zone verte de 7.5 µSv/h à 25 µSv/h zone contrôlée Ordre de grandeur des expositions aux rayonnements dans les environnements naturels fortement radioactifs.
zone jaune de 0.025 à 2 mSv/h zone contrôlée (spécialement réglementée) Capacité de réparation de l'ADN des cellules supérieures aux dislocations induites. Vieillissement cellulaire éventuellement accéléré par les radiations (?)
zone orange de 2 à 100 mSv/h zone contrôlée (spécialement réglementée) Taux de cassure double brin de l'ADN (~1/cGy) de l'ordre du taux de réparation (~ heure). Apparition éventuelle de phénomènes spécifiquement radio-induits aux expositions prolongées.
zone rouge plus de 100 mSv/h zone interdite Cassures double brin de l'ADN supérieures au taux de réparation. Dislocations excédant les capacités de réparation cellulaires. Effets cumulatifs dépendant de la dose totale.