Plus cathos que le Pape

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

                   Si on ne tolère pas des erreurs, même de mots, au Pape ... c' est qu' on le veut infaillible!


Question de Philippe Visseyrias de la télévision française France 2 dans l' avion qui conduisait Benoît XVI au Cameroun.  "
Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage?"

La réponse du Pape

Je dirais le contraire: je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte conte le sida est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, et tant d’autres, à toutes les sœurs qui sont au service des malades.

Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec de l’argent, pourtant nécessaire. Si on n'y met pas l'âme, si les Africains n'aident pas [en engageant leur responsabilité personnelle], on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs: au contraire, ils augmentent le problème.(1) :

La solution ne peut se trouver que dans un double engagement: le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un envers l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles.

Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.»


(1) La version officielle du Vatican a rectifié : " au contraire, cela risque d’augmenter le problème. "

 

DECRYPTAGE     C' est le buzz de ce temps de carême. La recherche des termes " pape préservatif " donne sur Google 528.000 références en français et 2.480.000 en anglais! Mais Yahoo passe à 52,700,000 de textes! Partout on s' est interrogé si le Pape et l' Eglise catholique sont contre le préservatif. Certains les blâment de saboter les efforts pour contenir la pandémie du Sida. D' autres concluent que l' usage du préservatif serait interdit par la religion catholique! Après le « politiquement correct », serait venu le temps du « sexuellement correct » !


L’ affaire est pourtant banale. Dans l' avion qui le conduisait au Cameroun, Benoït XVI avait été interrogé sur " la façon de lutter contre le Sida". Benoît XVI n’ a pas sorti de bombe, il n’ a rien dit de nouveau. Dans sa réponse de 282 mots, il a cité une seule fois le terme « préservatif ». Cette pénurie de vocable montrerait que le Vatican n’ est pas en croisade contre le latex. Il suffit de lire les 4 paragraphes et 21 lignes du Pape. Sa gaffe planétaire est due à une sorte de lapsus, car il lui aurait suffi de glisser le mot « risque » à l’ augmentation du problème du Sida .


Pie IX avait fait adopter par le premier concile du Vatican en 1870 l' infaillibilité du Pape. On a contesté largement ce dogme au point que Vatican II en a limité le champ aux seuls cas où le Pape " proclame, par un acte définitif, un point de doctrine touchant la foi et les mœurs". Autrement dit, l' Eglise catholique est du même avis que les autres religions et de la même opinion que les athées et les agnostiques. C’ est le Vatican qui affirme – a contrario qu' en d' autres circonstances, LE PAPE PEUT SE TROMPER.
Tous ceux qui ne pardonnent pas à Benoît XVI l' omission du mot « risque » dans l’ affaire du "préservatif" voudraient considérer que le Pape est infaillible, en tout ? Les contestataires se comportent en « plus catholiques que le Pape »!


Le buzz papal montre qu' on a oublié que le Pape est le chef d' une Eglise et que ses propos ne concernent que les catholiques. A eux seuls de s’ émouvoir valablement. Mais tout le monde y va de son commentaire. C' est que le personnage est médiatique, avec une stature internationale. On le regarde, on l' écoute. Cela a un prix étonnant. En effet, la logique veut que tous ceux qui s' arrogent le droit de désapprouver le Pape sur le préservatif acceptent également, que lorsque le Pape a raison, ils le suivent !



--
Envoyé par grandbeauetrichepays dans Congo Reading et Décryptages le 3/29/2009 07:00:00 PM