De drones à Marathon man

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


Quatre drones, deux humeurs

 
AfriquEchos    Quatre avions UAV (Unman Aeriel vehicule), avion sans pilote, ont quitté la Belgique par bateau pour  arriver en juillet arriveront à la base aérienne militaire de Ndolo à Kinshasa. Ces UAV sont la dernière génération de drones, équipés de matériels électroniques sophistiqués, pouvant retransmettre en temps réel, les observations au QG (Quartier Général) de l’EUFOR, la Force européenne de réaction rapide,  chargée de sécuriser les élections.Une équipe de 53 techniciens accompagnent les appareils. En plus des UAV, la Belgique, qui ne fournira pas de troupes, est chargée de construire le campement de l’EUFOR à la base aérienne militaire de Ndolo, au cœur de Kinshasa où sera installé l’élément avancé de l’EUFOR, composé de 850 soldats français
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LeSoft    Le Kasaïen se réveille soudain convaincu qu’il a perdu trop de temps dans une opposition anti-Mobutu et... anti-Kabila Père et fils trop contre-productive. Ont-ilse décidé de dépecer vivant le leader de l’Udps, Étienne Tshisekedi wa Mulumba? Les écrits contrastés sinon carrément critiques de l'élite kasaïënne sont désormais légion, même  dasn le «Phare» et le «Potentiel» qui a déserté avec armes et bagages «la luta». Il ne lui reste plus que Tshipamba Mpwila, son porte-parole de Bruxelles, et Soriano Raphaël Katebe Katoto, qui continue de pilonner, depuis son château classé de Bruges. «Lettre ouverte des 13 Intellectuels du Grand Kasaï à M. Étienne Tshisekedi wa Mulumba, Président National de l’Udps en prévision de l’échéance du 30 juin 2006» revient cinquante fois à charge à la charge sur le même refrain assassin: «Ayez le courage de le reconnaître: sous votre mandat, l’Udps a échoué!» . Avant de conclure: "nous sommes fatigués d’entendre et de dire continuellement «L’Udps vaincra» alors qu’en réalité, c’est le parti qui est totalement vaincu".
 
Albert Kisonga Mazakala ancien Ambassadeur de la RDC en Belgique  " Pour une fois, essayons d'être pragmatiques; cessons de confondre l'ombre et la proie. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Focalisons nos débats, nos intelligences et nos énergies sur des stratégies réalisables, qui ne se perdent pas dans les méandres de la passion. Le processus électoral actuel est exceptionnel et historique, de par la forte implication de la communauté internationale dans son organisation.  Même si on ne peut pas exclure la triche dans les ....53.000 bureaux de vote, on peut raisonnablement penser que la fraude peut être limitée. En tout cas elle ne devrait pas être de la même ampleur que si les élections avaient été entièrement organisées par les Congolais eux-mêmes. De sucroît, les ascesseurs qui seront dans les bureaux de vote sont des enseignants, des fonctionnaires, des magistrats etc...donc des personnes qui souffrent particulièrement de ce régime. Même si elles s'affichent PPRD. Empêcher le régime actuel de se maintenir au pouvoir est un devoir de salut public. Les rapports qui viennent du Katanga et du Kasaï indiquent que le pays est en train d'être vendu. La commission Lutundula, dont le pouvoir a empêché l'examen du rapport par le parlement, autant que le dernier rapport de Robert Crem, ne laisse aucun doute sur cette question. Lorsque le Congo voudra plus tard révoquer les conventions signées par l'actuel régime, il devra affronter des tribunaux internationaux, lesquels ne sont pas toujours réputés pour leur équité. Sur le papier, la formule 1+4, par l'équilibre du pouvoir qu'il devait instaurer, devait amener les protagonistes à plus de discipline de gestion, vu qu'ils devaient se surveiller et donc mutuellement se neutraliser. Au contraire, on a constaté que s'il y a un point sur lequel tous les acteurs se sont mis d'accord, c'est pour participer à la curée. L'opinion nationale n'a même pas pu obtenir que les dirigeants fassent connaître leur patrimoine, alors que la décision en avait été formellement prise à Sun City. 
 
Un bière pour un affreux
 
L'Avenir    LePotentiel  19 Sud-africains, 10 Nigérians et 3 Américains ont été les 32 mercenaires appréhendés par les services spéciaux de la Police Nationale. Tous ces éléments ont été recrutés par la société « Tactic cal intelligency investigations » avec la couverture de la société de gardiennage  « Omega Security ».  « Des documents séditieux ont été retrouvés dans les appartements qu’ils changeaient à tout instant » « Apparemment,c' étaient des militaires pour la plupart venus d’Irak , avec pour objectif  de renverser les institutions en place et de perturber le processus électoral en cours». Ils ont tous été expulsés.
 
Irin Madiacongo.net LeSoftonline    L’institut des études sur la sécurité (ISS) de Pretoria, en Afrique du Sud, a formellement démenti les allégations selon lesquelles les prétendus mercenaires étrangers arrêtés en République démocratique du Congo (RDC). Il aurait été insensé de fomenter un coup d’état pendant que près de 16 500 casques bleus de l’ONU sont déployés dans le pays. Ces arrestations pourraient donc être liées à des problèmes de politiques internes. Certains experts affirment qu' "il y a actuellement de grosses pressions sur le gouvernement de Pretoria, de la part d'entreprises de sécurité sud-africaines -un secteur en expansion- pour supprimer la loi sur les mercenaires", qui interdit cette activité à des citoyens sud-africains. "Le gouvernement veut, au contraire, renforcer cette loi. L'affaire congolaise tombe donc à point nommé pour les autorités sud-africaines, puisqu'elle montre qu'"une fois encore" on cite des Sud-Africains dans des scandales de mercenaires". Ces entreprises seraient nombreuses en Afrique du Sud, qu'"il y en a y compris aux mains de proches de l'ANC", le parti au pouvoir, et "ces sociétés font l'objet de rivalités commerciales" entre nouveaux entrepreneurs noirs et les Blancs qui ont lancé ce type d'entreprise. Un candidat à, la Présidence, Oscar Kashala, s’est trouvé impliqué dans ce «complot.» Cet enesignant de la Physique à Harvard et habitant le Massachussets considère qu‘une faction du gouvernement «a peur».. «Il n’y a pas de complot, il n’y a pas de mercenaires dans ce pays. On sait qui ont été mercenaires dans l’histoire de ce pays. On sait ceux qui ont vendu ce pays et qui l’ont mis en morceaux. Cette affaire-là doit s’arrêter».. .
 

Louis Oelofse  Shaun Smillie    Chris Sauer, who has returned from Kinshasa after being arrested on suspicion of being there to stage a coup. The first thing he planned to do when he arrived at his Port Elizabeth home was to open a beer. And he also plans to stay away from the Democratic Republic of Congo.   Three South African passport holders worked for a mining company, Mirabulis, as interpreters. 16 of the South African passport holders are members of the Omega, which has contracts with the DRC's national transport office for the training of security personnel in Matadi, Boma and Mouanda. The company provided integrated security solutions to the DRC National Transport Authority to upgrade their ports to comply with the International Ship and Port Facility Security (ISPS) Code standards. It also provided security services to the Cilo cement factory. The company was also assisting an American security company with "logistical and administrative support" for the VIP protection of Oscar Kashala, a presidential candidate in the DRC, during his election campaign in the DRC. "For the last three months the client has been in the DRC scouting a safe environment for Dr Kashala to operate from. As part of these services, Omega was approached to assist with security aspects due to their knowledge of the DRC and their record as a reputable security company in the DRC" .

Malachite et diamants mal acquis
 
LePotentiel  RadioOkapi   Une vive tension a été observée Chamubenda, à une quinzaine de kilomètres de Kolwezi Des creuseurs en colère ont mis le feu à un véhicule de la Gecamines pour protester contre la confiscation par un commandant de la garde industrielle de cette entreprise de quelques kilos de malachite. Ledit commandant avait surpris un groupe de creuseurs en train de charger de la malachite à bord d’un camion. Sur le champ, celui-ci a décidé de saisir le véhicule et la cargaison. Après discussion, les creuseurs auraient remis 60 000 francs pour obtenir la libération de leur minerai. Le commandant a empoché l’argent tout en refusant de remettre la malachite. Se sentant menacé, il a demandé du renfort. Les éléments de la police militaire qui ont accouru ont tiré en l’air pour disperser les creuseurs. Profitant du sauve-qui-peut s’en est suivi, le commandant de la garde industrielle de la Gecamines a également fui, abandonnant un véhicule GCM. Revenus sur le lieu, les creuseurs ont mis le feu au camion.
 
RadioOkapi    Les chefs coutumiers avaient protesté par des manifestations contre l’ attribution des titres miniers aux privés dans cette diamantifère du Kasaï-Occidental. Maintenant, les creuseurs et autres professionnels du diamant de la ville de Tshikapa peuvent à nouveau s’adonner à leurs activités comme par le passé dans les concessions attribuées à des entreprises privées. Un compromis a été trouvé entre les chefs coutumiers de la place et les entreprises concernées. La population de Tshikapa peut désormais se livrer à l’exploitation du diamant, à à la pêche et à l’extraction du sable sur la rivière Kasaï et ses affluents . Cependant, le compromis trouvé est assorti de quelques conditions. Ne sont autorisés à exploiter le diamant dans leurs concessions que des exploitants artisanaux regroupés dans des coopératives. En plus, toutes les transactions liées à cette activité doivent être portées à la connaissance du propriétaire de la concession de manière que toutes les parties en tirent profit.

Le fast Fufu ghanéen
 
Making fufuPackets of instant fufu

BBC Kwaku Sakyi-Addo Accra     Fufu tastes wonderful - especially with groundnut soup, dried fish and assorted vegetables - but it has traditionally taken many hours of laborious work to prepare. First, you make your soup. Then you cook the plantain or yam and cassava; and then you pound and pound and pound until the mix is soft enough to swallow without first chewing it. Now there are brands of instant fufu: you just mix the pre-cooked powder in water, stir it on the cooker for five minutes, or better still, just shove it in the microwave. Because of the increasing number of Africans overseas, the processing of local staples for export is now getting recognition as an international business with good long-term prospects. The African Development Foundation (ADF), a project of the US Agency for International Development, advises and finances food processing enterprises, with interest-free loans of up to $250,000. "And even here in Ghana, the demand is so high because the middle class are beginning to buy this food for themselves." But instant African food does not yet appeal to everyone. Some talke of the beauty of food prepared in the traditional manner.
 
La prochaine guerre sera pétrole

Kampala,      Efforts to explore oil in Uganda have gained momentum following the discovery of a carbon dioxide free oil well on Lake Albert by the Australian company Hardman Oil and Gas Company. The relevant tests on the oil were conducted, and the oil is at appraisal level to assess its environmental impact, ascertain its flow in the reservoir and pipeline construction and storage. As the oil contains hydro-carbons that certify its purity as the standard commercial fuel. Before that, many oil wells were discovered in the Lake Albert region but they contained carbon dioxide, which is a negative element in petroleum exploration. Neptune, Heritage, Energy Africa and Hardman are licensed to drill and explore the oil at  Waraga I, Turaco I, Turaco II, Turaco III, Mputa I and Mputa II, all around Lake Albert bordering the Democratic Republic of the Congo in the east of Uganda. Uganda spent 250 million dollars on petroleum products last year and the consumption rate is increasing at 6 percent per day.
 
Bill Clinton booste le "Vanda na Mboka"
 
*
 
LeSoir ( D'après BELGA)    Le ministère belge de l'Intérieur a lancé une campagne visant à décourager les Congolais de venir déposer en Belgique une demande d'asile qui risque de ne pas aboutir. Cette campagne s'appuie notamment sur un petit film "Vanda na Mboka" ("Assieds-toi au pays") qui présente les expériences pénibles vécues par des Congolais en fin de droit et qui racontent leur séjour dans des centres fermés pour demandeurs d'asile. "Nous voulons expliquer aux Congolais candidats à l'émigration clandestine en Belgique qu'ils feraient mieux d'investir au pays les sommes - parfois de l'ordre de 4.000 dollars - qu'ils payent, souvent à des filières organisées, pour faire le voyage et déposer en Belgique une demande d'asile politique qui a peu de chances d'aboutir" Des campagnes similaires ont déjà été menées avec succès dans d'autres pays de forte émigration vers la Belgique, comme le Niger, la Guinée et même le Kazakhstan.Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les demandes d'asile de ressortissants congolais sont en baisse constante depuis 2002, date de la fin officielle de la guerre civile. Elles sont passées de 1.789 à 1.200 environ par an (soit 8,2% du total). La RDC partage avec la Russie la première place parmi les pays fournissant le plus gros contingent de demandeurs d'asile.
 
Didier "Bill Clinton" Kalondji

By BBCPatrice Chitera , Kinshasa    A song warning of the dangers faced by illegal migrants in Europe has shot to the top of the music charts in Democratic Republic of Congo. Sans Papiers (No Papers) by Didier "Bill Clinton" Kalondji tells the story of people saving money to leave their homes for greener pastures in Europe. Kalondji says people should stay at home, rather than run the risk of being deported even if they reach the west. But in unstable DR Congo, many people still dream of emigrating. Kalondji says he once became an illegal immigrant himself, when he ran out of money while on tour in France and his visa expired. But his promoters came to his rescue. "I want to tell my countrymen that they can succeed with their lives even at home if they work hard." One woman had recently been deported from Belgium. "I wish I could stay here, but with the $10 a month that I earn working as a nurse, I am unable to support my family". She is determined to emigrate again - but says next time she will get the right papers. But not everyone in Kinshasa wants to leave. "Many people think that going to Europe is paradise but that is not the case.People should work hard to make their lives better here. There is life here but many people are lazy here."
 
Bateau: transport des pauvres

CongoForum Didier Kebongo. The Post     Kisangani-Kinshasa, un parcours en bateau de 1734 km sur le long et majestueux fleuve Congo. Sur le quai, le M/B Makuala continue le chargement à bord. Les passagers, près de 500, sont excités à l’idée de quitter enfin Kisangani, après plus de deux semaines d’attente. On nous installe à l’arrière de l’une des deux barges du bateau. Nous sommes, en quelque sorte, des ‘‘privilégiés’’. Mais le jour, ce coin sert de cuisine. Juste à côté, un des trois WC qui fait aussi office de douche aux passagers. Nous déroulons notre matériel de couchage : deux nattes avec deux petits matelas de 5 cm d’épaisseur et une moustiquaire. ‘‘A la guerre comme à la guerre’’. Car ‘‘ entre les bateaux ITB et le M/B Makuala c’est le jour et la nuit. Sur les ITB il y avait vraiment du confort : cabines, restaurants, bars, douches…". Quand il pleut, le spectacle est indescriptible. Comme des souris, dans tous les sens, tout le monde court s’abriter sous les bâches qui couvrent les sacs de maïs et autres marchandises. ‘‘C’est le moyen de transport des pauvres. Quand on a l’argent on prend l’avion. Tu verras, nous allons faire un mois là où l’avion met deux heures pour atteindre Kinshasa’’. Le coût du billet aller simple Kisangani-Kinshasa s’élève à 50 dollars. En avion, il en faut 490 pour un billet plein. Pas de choix donc pour les passagers : dans le bateau, ils préparent, boivent et se lavent avec l’eau impropre du fleuve. Contraints de vivre du trafic fluvial, exposés aux intempéries, aux maladies et aux risques de chavirage, les passagers ne peuvent y renoncer.
 
Docteur Positif, Tata Lobiko nigérian
 
CongoForum Mediacongo.net  ACP Buata   Dans les pavillons des hôpitaux où généralement se pratique la médecine moderne, il n'est pas rare d' y apercevoir des tradipraticiens étrangers. L'association " The group long life " du Nigeria menée parun " Docteur Positif ", dit " Papa Lobiko " veut promouvoir la médecine traditionnelle nigériane à travers l'Afrique. Depuis 6 mois, ces médecins tradipraticiens nigérians s'attaquent à différentes maladies même à celles considérées comme incurables, hormis le SIDA, tels le diabète, l'épilepsie, stérilité, etc. Ils guériraient, sans intervention chirurgicale des maladies tels que fibrône, miome, kyste, hernie, trompes bouchées, etc. " Docteur Positif " traite avec des plantes et écorces médicinales dont la majorité proviennent du Nigeria. Ils découvrent également certaines plantes et écorces médicinales des tradipraticiens congolais. Les médecins tradipraticiens nigérians ne pratiqueraient pas le maraboutage, ni le fétichisme ou d'autres pratiques. Par contre, ils font usage des pratiques spirites lorsque des femmes ou des hommes recourent à eux pour avoir de l'argent, des enfants, ou contracter le mariage. La médecine traditionnelle étrangère est de plus en plus sollicitée par les Congolais pour des raisons diverses. Si on n'y prend pas garde, elle risque de supplanter celle de la RDC étant donné que les produits étrangers sont offerts sous des formes modernes et attrayantes. De plus, en découvrant les plantes médicinales congolaises, ces tradipraticiens étrangers pénètrent le secret de la médecine traditionnelle congolaise.
 
Le dernier Marathon de Danny
 
 

Ian Reid Danny & Toronto Sun TOM GODFREY     Danny Kassap Tshidind ( sur la photo le Nr 970), 23, has won a number of Canadian marathons -- including the 2004 Toronto Marathon -- after he claimed refugee status after arriving in Ottawa to compete for Congo at the 2001 Francophone Games. But his claim to remain in Canada was denied by the Federal Court of Canada. However, it was ruled that Tshidind cannot be deported to the Congo right now because of the ongoing civil strife there. Canada has temporarily halted removals to that country. "He is a talented athlete, an accomplished long-distance runner,. He has earned some money from these activities."  Thidind is consistently a good three minutes faster that any Canadian marathoner. His mother has been a leader in a political movement in Lubumbashi before the regime changed. Danny fled to  Kinshasa, where met up with the national coach and hid out in the stadium where he had raced and trained.  This coach essentially smuggled Danny out of the country by getting him on the Francophone Games Team. Danny's horrid lack of fitness at the games attests to the fact that he was not there because he was fast.  Thus, after competing in the games, Danny "defected".
 
Pour être informé drectement des nouveaux articles,
inscrivez  votre adresse e-mail et cliquez sur le OK .
Suivez ensuite les étapes indiquées.