Glaciale Elena, sulfureuse Noëlla

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Elena a reculé de plus de 20 mètres en deux ans 
 

Le glacier Elena, niché dans les montagnes africaines Rwenzori, a reculé de plus de 20 mètres en l'espace de deux ans L'une de ces photographies est prise en juin et l'autre en janvier mais, selon les chercheurs, cette région du globe connaît les mêmes conditions climatiques à ces deux moments de l'année (Crédits : R. Taylor)


Futura-Sciences  Christophe Olry   Les montagnes équatoriales africaines, réputées pour leur faune et leur flore exceptionnelles, voient leurs glaciers tropicaux fondre à vue d’œil. Ils pourraient avoir complètement disparu dans vingt ans. Pour preuve, les glaciers des montagnes Rwenzori, à la lisière de la République Démocratique du Congo et de l’Ouganda,  et qui sont surveillés depuis près d’un siècle. A l’époque, ils s’étendaient sur 6,5 kilomètres carré. Hélas, ces glaciers ont réduit de moitié en l’espace de 20 ans. Ainsi, le glacier équatorial Elena recule de 10 à 15 mètres par an. Pourtant, d'après les géologues, il était déjà présent il y a 300.000 ans. Quel est le facteur à l’origine de ce phénomène ? En tout cas, « le recul des glaciers tropicaux montre bien que le climat est en train de changer dans la région ». Les données climatiques des 40 dernières années permettent de dire que la température a crû de 0,5 degré tous les dix ans, tandis que le taux des précipitations n’a pas évolué de manière significative : « Nous pensons que la hausse de la température est le facteur dominant ». Ce recul des glaciers n’est pas sans rappeler les récentes prévisions climatiques qui annonçaient que, bien que l’Afrique émette peu de gaz à effet de serre, c’est ce continent qui souffrira le plus du réchauffement climatique. En effet, avec la hausse des températures, les moustiques vecteurs du paludisme peuvent conquérir de nouveaux territoires
 
 
Pour convoler, Joseph se découvre catholique

Question de Jeune Afrique    Une question à laquelle vos compatriotes aimeraient trouver une réponse : quelle est votre religion ?

Réponse de Joseph Kabila    Que je sois catholique, protestant, méthodiste, kimbanguiste, ce n'est pas cela qui compte. Je crois en Dieu, je suis chrétien, je lis la Bible, je prie beaucoup, beaucoup plus que la plupart des catholiques et des protestants. L'essentiel est là.

RTL.be    Joseph Kabila se mariera le 4 juin avec Marie Olive Lembe devant le Sanctuaire Notre Dame, dans la commune de Limete. Ce sera à l' occasion de son 34ème anniversaire . La publication des bans, actée par l'Eglise catholique, permettrait de confirmer des origines familiales, que ses adversaires politiques n'hésitent pas à qualifier de 'Rwandais'. Kabila avait toujours résisté à l'idée de se marier officiellement (bien que son épouse et lui aient déjà une fille, Sifa). Suivant les conseils de ses proches, il a décidé de se marier 'le plus officiellement du monde'. Il souhaiterait une cérémonie chrétienne et relativement intime, mais déjà une forte délégation belge (comprenant le vice-Premier ministre et ministre des Finances, le ministre de la Coopération au développement, et la secrétaire d'Etat à la Famille et aux Personnes handicapées, Gisèle Mandaila séjournera à cette date à Kinshasa.
 
La cover-girl de Lubum
 
 


MediaCongo.net    La congolaise Noëlla Coursaris fait les couvertures de magazines de mode tels Black Beauty ,Black Hair, Hot Hair, Gat, Bolz,cd's covers pour Universal etc. Elle doit sa beauté mystérieuse à un père chypriote et à une mère congolaise. Née à Lubumbashi un 25 décembre, c'est naturellement que ses parents la prénomment Noëlla. Elle perd son père à l'âge de 5 ans, et rejoint sa tante paternelle en Belgique. Ensuite elle se rend en Suisse pour finir ses études. Elle a un diplôme de comptabilité. Désirant perfectionner son anglais, elle va en Angleterre où elle figure parmi les 12 finalistes sur 3.000 candidates mannequin d' un concours organisé par la marque de lingerie Agent Provocateur. Depuis, elle a fait des clips et des apparitions dans des publications comme GQ, New Women, Mens Health, Tense, Essence Magazine, etc. Mais aussi des publicités pour sleek, virgin mobile, barclays, I-pod. Elle tourne entre Paris, Rome, Londres et New York. Mais son cœur bat pour l'Afrique. Son rêve est d'y bâtir des orphelinats et des centres pour enfants. " Je suis une amoureuse de l'Afrique, de notre culture, notre musique... Elle a son site sur  http://www.noellacoursaris.co.uk

 
Tu ne pourras pas te donner un roi étranger ?

Libération  2001  CHRISTOPHE AYAD    Très en prise avec la vie quotidienne, les Eglises du Réveil avaient prospéré sur la misère et la guerre, avec la bénédiction du régime. Il s' agit de mouvements charismatiques d'obédience protestante américaine qui ont prospéré sur la misère et la guerre. Ainsi, au fond d' une cour, un bâtiment abritait des studios de télé ainsi que des bureaux. A l'étage, Fernando Kutino, le fondateur, se prélassait pendant que la foule entamait des cantiques en dansant. A 38 ans, il était à la tête de l'une des plus célèbres et des plus riches Eglises du Réveil. L'homme, qui se fait appeler "Archibioshop", a plus la dégaine d'un gangster de Los Angeles que d'un pasteur : bagouzes, gourmette en or, chaussures en croco et téléphone portable chromé. Il prêterait à rire s'il n'était pas à la tête d'un empire financier: "Je ne vous dirai pas quel est notre budget. Mais sachez que cela représente beaucoup d'argent. Il n'y a pas de honte à cela. J'aime l'argent. Ça aide à bien vivre".  Il avait même rassemblé quelque 100000 personnes au stade des Martyrs de Kinshasa. Autant attendaient dehors. Mais Fernando Kutino avait dû passer six mois en prison pour avoir brûlé une page du Coran en public. "Ce n'était pas le Coran, c'était une formule de magie écrite en arabe. Il faut combattre la magie; elle est contraire au message de jésus-Christ."
 


CongoIndependant    B. Amba Wetshi   Kutino Fernando, responsable de l’Eglise « Armée de Victoire », avait lancé le mouvement politico-religieux « Sauvons le Congo ». Après avoir déclaré que « le Congo est dirigé par des étrangers », il avait fui Kinshasa. A son retour après trois années d’exil, il a organisé un méga-culte au Stade Tata Raphaël. Selon des témoins, l’homme aurait tenu plutôt un discours conciliant, mais il aurait invité les « vrais Congolais » à se mettre ensemble « pour sauver le Congo ». Avec l' appui d' un verset biblique le Deutéronome 17, 14-15. " Si tu dis : « Je veux établir sur  moi un roi, comme toutes les nations d’alentour, c’est un roi choisi par Yahvé ton Dieu que tu devras établir sur toi comme roi, tu ne pourras pas te donner un roi étranger qui ne soit pas ton frère » . Kuthino a aussitôt été interpellé pour « détention illégale d’armes et incitation à la haine ».Kutino a été aussitôt arrêté pour détention illégale d’armes et incitation à la haine.
 
En jouant avec le méga-budget électoral,
la RDC est déjà une démocratie rétablie!!!

LibreBelgique MF Cros    Les ordinateurs ont fini de comparer les empreintes digitales des 25 millions d' électeurs et permis de découvrir quelque 290 000 inscriptions multiples d'un électeur, environ 2 000 étrangers ainsi que 290 militaires et 150 policiers, qui n' avaient pas le droit de voter. La province où les enregistrements multiples ont été repérés en masse est celle de l' Equateur (52 000), suivie par celle de Kinshasa (49 750).

Nations Unies RadioOkapi    « Si vous croyez que la paix coûte cher, essayez la guerre », a déclaré le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en République démocratique du Congo (RDC), Ross Mountain. Il présentait la première analyse globale des coûts des élections du 30 juillet qui totaliseront 430 millions de dollars. Mais ce budget accuse encore un déficit de 48 millions. Il y a deux catégories de coûts: les « coûts de base » (NB 75 millions) et les « coûts liés à l'intégrité du processus, à la sécurité des électeurs et des agents électoraux ainsi qu'à la transparence (3NB 355 millions). Si les premiers sont communs à tous les processus électoraux, les seconds varient largement en fonction de la situation d'un pays. Ainsi les élections coûtent un à trois dollars par électeur dans les démocraties confirmées et de quatre à cinq dollars dans les démocraties rétablies. Ils peuvent, en revanche, être beaucoup plus élevés dans les situations post-conflit, à savoir 12 dollars pour les premières élections au Nicaragua, 20 dollars pour celles d'Afghanistan et 45 dollars pour celles du Cambodge. Mais malgré ses 58 millions d'habitants, 25 millions d'électeurs, 33 candidats aux élections présidentielles et de 9 632 candidats aux législatives,  la mise en place de 52 000 bureaux de vote, et le déploiement de 300 000 agents électoraux et de 50 000 policiers, la RDC peut être classée parmi les démocraties rétablies avec un coût de base estimé à trois dollars par électeur. Pour Ross Mountain, le danger est que le choix des électeurs se fonde davantage sur l'appartenance ethnique plutôt que sur les programmes politiques et qu'après les élections, les perdants soient tentés de reprendre les armes s'ils se sentent écartés de la gouvernance du pays.    
 
 
Les bulletins de vote seront kilométriques.

 
Bébés malformés. La Polio revient par l' Inde.

GENEVA (AFP) -     Polio has been practically eradicated from the face of the globe. There were fewer than 1,900 cases of the disease around the world in 2005, compared to 350,000 in 1988.
It is still endemic in Nigeria, India, Pakistan and Afghanistan. Polio has returned to the Democratic Republic of Congo (DRC) for the first time in six years. A two-and-a-half year old girl has been paralysed by a strain of the polio virus which had been carried from India via Angola. Besides the DRC, so-called imported polio is also currently present in Bangladesh, Ethiopia, Indonesia, Nepal, Somalia and Yemen. The last previous case in the Democratic Republic of Congo was in 2000. Chaib said that experts are optimistic that they can tackle the disease there again, because the girl lives in the Bas Congo region, which is a haven of relative calm and has better health facilities than other parts of the strife-torn central African nation

The East African (Nairobi) Dagi Kimani    More babies in the DR Congo are being born with deformities due to the health effects of the ongoing conflict. "While infectious diseases and malnutrition due to poverty and social upheaval remain the commonly encountered and discussed public health problems in Congo, we have observed an unusual increase in the incidence of infants born with congenital malformations. Hardship arising from the war, significant impoverishment, severe socio-economic crisis and ongoing stress may explain the increase in observed cases." The report is based on a study of 8,824 babies delivered at the Centre Medical Evangelique (CME) Nyankunde Hospital, a 250-bed referral facility located in the Irumu administrative district of Ituri. The unit delivers at least 1,200 babies each year. The most frequently observed birth defects are clubbed foot, spina bifida and cleft palates. In total, nearly 0.5 per cent of all children born now have a noticeable birth defect. Stress among pregnant women because of the ongoing conflict could be a key cause in the increase in the number of birth defects. Thousands of women have either been displaced from their homes and often raped, creating a major mental health crisis.The medics also blame the increase of birth defects on a breakdown of antenatal programmes, such as folate and iron supplementation. Lack of such supplementation during pregnancy particularly makes the nervous systems of unborn babies susceptible to defects.Birth abnormalities can occur as a result of several factors, including genetic causes, the environment and drugs. The highest risk is during the first three months of pregnancy, when the developing foetus is most susceptible to changes in the womb.

Sulfureux leaders suprêmes et premières dames

Jeune Afrique François Soudan
     Les leaders suprêmes fidèles à leur première dame d'épouse se comptent sur les doigts d'une main - et encore. Pour la très grande majorité des chefs d'État et des hauts responsables, l'activité sexuelle est un attribut essentiel de l'exercice du pouvoir et un vecteur aussi indispensable que l'enrichissement personnel à l'affermissement de son autorité. Le vrai chef ne peut qu'exercer une sexualité active, sûre d'elle-même et dominatrice. L'exercice de la virilité sert également, dans la sphère des pratiques magiques et rituelles, à protéger et à renforcer celui qui, tel un vampire symbolique, aspire la substance la plus intime de ses victimes. . Très souvent, l'accession au pouvoir est synonyme d'une véritable explosion des relations sexuelles chez le nouveau chef. Un vertige quotidien qui voit des dizaines de jeunes femmes soucieuses d'enclencher le processus d'accumulation financière, ou tout simplement ambitieuses, défiler dans l'alcôve qui jouxte le bureau présidentiel, en général en fin d'après-midi. Au loin scintille la lagune, le fleuve ou la mer et les coups secs et répétés se succèdent ainsi pendant des mois à la manière d'un mapouka ou d'un ndombolo frénétiques. Avec l'expérience et l'habitude du pouvoir, vient le temps de la régulation. La politique est affaire de passions et de pulsions, soit, mais contrôlées - et surtout utiles. Fini le désordre, de la méthode. De son regard de lynx, le chef repère, lors des meetings ou des cérémonies, les proies putatives. Il glisse un mot à l'oreille de l'un de ses « porte-sacs », officier d'ordonnance ou chef du protocole, lequel, à son tour, murmure à celle de l'élue : « Le président t'attend. » Le plus souvent, cette technique s'accompagne d'une stratégie de conservation du pouvoir parfaitement rodée. Nombre de ministres femmes ont ainsi dû, en guise d'adoubement et de rituel de passage, transiter par le lit du chef avant de se voir confirmer. Les épouses des collaborateurs constituent également des cibles privilégiées et doublement tenues : tenues par la crainte du scandale et tenues de délivrer sur l'oreiller les petits secrets de leur époux.

Premières dames ou épouses légitimes, les femmes sont les grandes absentes de ce banquet aphrodisiaque qu'est le pouvoir. Pour une madame Zuma, qui a réglé le problème en divorçant de son mari volage - il est vrai que, ministre des Affaires étrangères, elle a sa propre carrière et ne dépend pas de lui -, combien de Hillary, de Danièle ou de Bernadette africaines contraintes, par stoïcisme, sens du devoir ou de leur propre intérêt, d'avaler leur chapeau ? Comblées de villas et de cadeaux, il leur arrive parfois de prendre amant, voire de disjoncter. L'une s'est rendue au quartier pour rosser sa rivale. Une autre a voulu faire raser l'hôtel où son époux avait ses habitudes. Une troisième fit diffuser dans la ville des photos de la tigresse dont s'était épris son homme, en tenue d'Ève. Toutes se battent à coups de fétiches et de poudres magiques, mais toutes ou presque se résignent. Elles savent que l'infidélité conjugale est inévitable, et elles veillent simplement à ce qu'aucune des maîtresses de leur mari ne s'impose et vienne brouter sur leur pré carré. Quant au sida, ces dames ont depuis longtemps appris à vivre avec les rumeurs récurrentes, malsaines et forcément invérifiables qui font de chaque chef d'État, ou presque, un contaminé - et un propagateur - en puissance. Sage à ses propres yeux, mais effarant au regard de tous les critères moraux connus, un président en exercice a trouvé la solution : il ne consomme, pour l'essentiel, que des jeunes filles vierges.