Y disent ce qu' y z' osent ( coups de plume)

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

 

Des coups de gueule partent de la majorité silencieuse et somnolente:

chez ceux qui ne veulent pas pourrir, même en pensées, alors qu' ils ne sont pas encore morts!

 
L ' argent seul ne suffit pas

Ravinder Rena    "  Dans tous les pays du continent noir, le capital humain est plus nécessaire au développement que le capital financier car seul le premier peut être transformé en véritable développement. Si nous ne changeons pas de stratégie, nous aurons beau envoyer tout l' argent du monde, l' Afrique restera pauvre "

 

On se croirait en 1996

Vital Kamerhe à Coklette Braeckman:  " Je n’ai jamais été informé de quoi que ce soit et je crains que le Congo ait conclu un marché de dupes. Voici que l’armée rwandaise a été autorisée à manœuvrer au Nord Kivu et au Sud Kivu, tandis que l’armée ougandaise mène déjà des opérations en Province Orientale contre l’Armée de résistance du Seigneur, la LRA…C’est comme si nous étions ramenés aux débuts de la première guerre, en 1996, lorsqu’avaient été conclus les fameux accords de Lemera entre Laurent Désiré Kabila et ses alliés du moment, le Rwanda et l’Ouganda… A l’époque, ces deux pays voulaient intervenir militairement sur notre territoire pour neutraliser leurs opposants, mais en fait, ils voulaient accéder aux ressources du Congo et être présents dans les structures politiques congolaises. C’est pour mettre fin à cela que le 27 juillet 1998, Laurent Désiré Kabila avait exigé le départ de James Kabarebe, qui, à l’époque, était chef d’état major de l’armée congolaise ! Le 2 août, le même Kabarebe avait entamé la guerre à l’Est. Et le voilà qui revient maintenant au Kivu, avec l’accord de Kabila ! Et Kabila, lui, désamorce la pression qui était mise sur le Rwanda, en disant que ça va aller, qu’un accord est en vue !"

La Libre Belgique    MFG  Selon la Southern African Monthly Regional Bulletin (MRB), le chef des Affaires politiques du bureau présidentiel ougandais, Moses Byaruhanga, a déclaré que Kampala appuierait... une fédération des provinces congolaises du Kivu et Orientale, voire leur indépendance si Kinshasa l'acceptait. Ce point de vue serait soutenu par le porte-parole de l'armée ougandaise, le major Felix Kulayigye, qui a évoqué le précédent du Sud-Soudan, dans l'attente d'un référendum sur son autodétermination.

 

 

Morte, la RDC en train de pourrir

Dr Jérôme Ngoy Kamangamanga     A vous tous, malfaiteurs et traîtres, servant votre propre cause! Jusques à quand allez-vous fouler aux pieds la patience et l'avenir de ce pays? Vous pillez, vous poignardez dans le peuple dans le dos. Vous hypothéquez le redressement. Vous empêchez le progrès. Ce sont les générations futures que vous condamnez au retard permanent et à la marginalisation. C'est le pays tout entier que vous asphyxiez .  Le dernier cas en date concerne l'achat d'instruments chirurgicaux destinés à la Salle d'Opération Sud de Lubumbashi. La direction de l' hôital avait fait parvenir à la Hiérarchie une demande urgente de renouvellement des instruments chirurgicaux courants devenus vétustes. Trois mois plus tard, un petit lot d'instruments, pouvant tenir dans un petit carton, a été réceptionné. La facture qui accompagnait le matériel a fait scandale. Le lot d'instruments qui vaut 650 USD a été payé 27 000 USD. La facture porte les sceaux ({ Paid »et ({ Livrée ». Il n'y a pas lieu de parler ici de stocks extérieurs ni de cours de route. Cela n'est mentionné nulle part sur ce document. Le détournement des fonds est flagrant. Le Personnel Infirmier de la Salle d'Opération m'a déclaré: ({ Professeur, il ne sert à rien de réagir. Ces voleurs resteront impunis!» En effet, ces abus sont très fréquents à la GECAMINES. Des sanctions, on n'en voit nulle part! Le pillage systématique de la Société est un défi persistant qui réduira inéluctablement l'entreprise à l'état de Mudila Fwifwi... Nous  approchons du point de rupture. Le peuple exercera un jour la justice  immanente par des représailles. L'impunité conduit à l'implosion. Abyssus abyssum invocat. L'abîme appelle l'abîme. Le Congo a-t-il atteint un point de non retour? Est-elle déjà morte? Est-elle en train de pourrir?


Bar' baries au Bar' reau


Balance Avocat" <balanceavocat@yahoo.fr>    « Je dénonce la pratique de certains avocats. Un candidat Bâtonnier est entrain de donner de l'argent à certains confrères non en règle des cotisations moyennant une procuration ou un engagement de l'élire. Cette pratique de marchander les voix est bel et bien de la corruption. Je me demande comment un Bâtonnier qui achète les voix peut-il demain sauvegarder le prestige et la moralité du corps. Peut-il condamner et dénoncer la corruption qui ronge notre monde judiciaire ? Par ailleurs comment les listes des avocats non en règle des cotisations sont elles parvenues à ce Candidat? Le personnel du secrétariat ou les membres du conseil ne sont il pas tenus au secret professionnel? Ces avocats inconscients et irresponsables qui se laissent corrompre de cette façon  sont ils dignes d'être encore appelés avocat ? Voyez où nous allons avec notre barreau. Il est temps de dénoncer et punir sévèrement ces avocats qui font la honte de notre corps. J'invite les confrères peut être victimes de cet achat de conscience de revenir à la raison ,il n'est pas encore tard, de voter des hommes capables honnêtes au bâtonnat et au conseil de l'ordre. Qu'ils sanctionnent en ne votant pas le trafiquant des voix. Je suis simple dans mon langage… »

MY    Ce type de corruption avait déjà été signalé lors de scrutins antérieurs. C' est dire que la pratique est entrée dans les mœurs. Faut-il se limiter à la moralisation de la profession ou y mettre fin. Tout cas de corruption ou de tentative de corruption est un motif de disqualification d' un candidat à des élections. Il faut prouver cela. La voie directe, mais difficile est celle de émoignage, mais il y a de nombreux éléments de preuve par "présomptions graves, précises et concordantes".  Les avocats corrompus sont identifiables parmi ceux qui règlent les cotisations pour pouvoir voter, mais n' y participent pas en personne et se font représenter. Le candiday corrupteur peut être identifié s' il réunit directement ou par des proches des procurations émanant de retardataires. Comme les criminels laissent habituellement des traces, on peut rechercher qui a payé les cotisations: est-ce le retardataire en personne ou à partir de son propre compte en banque?  .


 

 Sortir des parenthèses tous les cannibales

 

Asadho/katanga    COMMUNIQUE DE PRESSE No 002/2009    En 1998, en vue de contrer l’avancée des troupes rebelles du RCD/Goma soutenues par le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, et pallier à la débâcle des forces loyalistes,  les pouvoirs publics congolais avaient armé la population civile en l’organisant au sein d’une institution paramilitaire dénommée Forces d’Autodéfense Populaire (FAP). Sous prétexte de protéger les populations civiles contre les exactions commises par les forces loyalistes déployées au front du Nord Katanga, ce déserteur de l’armée, Tshinja Tshinja,  organisa une milice de + 1500 hommes composée de nombreux enfants. Afin d’étendre son autorité, et contrer toute rivalité, celui-ci commit des crimes graves précités sur l’axe Malemba Nkulu - Kabongo - Kabalo  sur la population civile et les forces loyalistes, et a eu à bénéficier, pendant longtemps de la protection d’anciens Gouverneurs de la province du Katanga Messiers Ngoie Mukena et Urbain Kisula Ngoy.

L’opération  de pacification du Nord Katanga menée par le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda de l’ ONG PAREC (Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation) en début 2005 qui consistait en l’échange d’une arme de guerre par un ex milicien en contre-partie d’un vélo, a permis à Tshinja Tshinja et ses hommes de déposer les armes. C’est ainsi que sur instruction du Gouvernement central, il fut aussitôt amené à Kinshasa, siège des institutions nationales, avec comme promesse qu’on  attribuerait à lui et à quelques-uns de ses hommes des grades d’officiers supérieurs (Général et Colonel) dans l’armée à l’instar d’autres ex-seigneurs  de guerre de l’Ituri, Nord et sud-Kivu. Tshinja Tshina fut arrêté le 8/04/05 à Kinshasa, puis transféré à la prison de Makala où il est détenu préventivement depuis plus de 3 ans par l’Auditeur général alors qu’il a le droit de se défendre devant un juge et que les principales victimes basées à Kabongo continuent à réclamer justice. En outre, son juge naturel, le Tribunal militaire de garnison du Haut Lomami à Kamina, n’a jamais été saisi d’un quelconque acte d’accusation en provenance du parquet militaire de Kamina qui ne dispose même pas du prévenu. Il y a d'’autres seigneurs de guerre du Nord Katanga auteurs des crimes contre l’humanité et crimes de guerre et connus tristement célèbres pour leur cruauté - dont Mvuende et Makabe à Malemba Nkulu et Bakanda Bakoka à Kamina. 

 

Sur les traces de Mobutu


JournalChrétien    Jean Paul BWANA , pasteur évangéliste   http://journalchretien.net/article17345.html    Plus d’une année après le lancement de travaux de la commission de révisitation chargée de relever l’impact négatif sur le redressement des entreprises publiques et le développement national. Le gouvernement congolais est incapable d’examiner 60 contrats miniers léonins. C’est à l’initiative de la communauté internationale sidérée par la cupidité de dirigeants congolais que Kinshasa avait fini par consentir de réexaminer les irrégularités flagrantes ayant accompagnées la signature de ces contrats. L’ambigüité de la position du gouvernement traduit à suffisance la complicité au sommet de l’Etat. Il n’y a pas pure trahison pour tout celui qui se veut homme d’Etat, soit-il président de la république, ministre d’Etat, ministre, élu du peuple, mandataire public. Il n’y a pas autre qualificatif que de parler du mercenariat d’Etat. Nous sommes d’avis que tous les trois régimes politiques qui se sont succédés à la tête du Congo Kinshasa, après l’éviction de Joseph Kasavubu, tous sont des vrais prédateurs. Jamais ils n’ont œuvré pour l’intérêt supérieur du peuple congolais. Autant le régime politique de Joseph Désiré Mobutu, autant celui de Laurent Désiré Kabila et pour finir celui de Joseph Kabila, tous ont comme dénominateur commun, l’absence de l’idéal d’Etat et le faible pour l’enrichissement sans cause

 

 
Les lois sarko de la géographie

Nicolas Sarkozy    « la violence s’est une fois déchainée. L’option militaire n’apportera aucune solution aux problèmes de fond qui se posent de façon récurrente depuis dix ans. Cela met en cause, la question de l’avenir du Rwanda, pays à la démographie dynamique et à la superficie petite. Cela pose la question de la République Démocratique du Congo, pays à la superficie immense et à l’organisation étrange des richesses frontalières. Il faudra bien qu’à un moment ou un autre il y ait un dialogue qui ne soit pas simplement un dialogue conjoncturel mais un dialogue structurel : comment, dans cette région du monde, on partage l’espace, on partage les richesses et on accepte de comprendre que la géographie a ses lois, que les pays changent rarement d’adresse et qu’il faut apprendre à vivre les uns à côté des autres ».

SARW    George Bokondu    La question de l’avenir du Rwanda n’a pas de rapport avec l’espace et les richesses de la RDC. On doit plutôt aider le Rwanda à résoudre le conflit entre les Hutu et les Tutsi rwandais, les aider à vivre ensemble, à créer à un moment donné un dialogue qui ne soit pas simplement un dialogue conjoncturel mais un dialogue structurel, un dialogue entre frères.