Dcp: expropriation pour cause d' utilité commerciale

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Décryptage du 13 décembre 2007    Tel un martien qui lutte contre une expropriation pour cause d' utilité commerciale et la sauvegarde du seul quartier  culturel de Lubumbashi.
 
 Des affaires bouclées avant la prise de fonctions

Février 2007  Le Soft   Alors que Moïse Katumbi n’a pas encore pris ses fonctions, le gotha financier du monde défile dans son énorme villa avec courts de tennis…Des Anglo-saxons chaussés de Timberland et habillés en kaki et portant du képi avec sac à dos pour qui il n’a que de l’admiration.  Au resto italien la Casa , il déboule, fait le tour du resto, serre, sourire en coin, amicalement toutes les mains. Il invité par des Anglo-saxons.

Un VRP de Pick 'n Pay et/ou Shoprite

February 26, 2007     Businessreport http://www.busrep.co.za/index.php?fSectionId=553&fArticleId=3721361   Moise Katumbi made a statement about Pick 'n Pay and Shoprite's possible investment in the DRC.The Katanga province is the DRC region closest to the Southern African Development Community, where most commercial deals are happening. Infrastructure that could spearhead development is in a poor state. Improving infrastructure will increase trade, resulting in lower cost of products and services to the locals. With this infrastructure, the province can attract local firms that have retail know-how. This is the context in which executives from these firms travelled to the DRC to meet officials of Katanga. http://www.busrep.co.za/index.php?fSectionId=563&fArticleId=3701611          By Tom Robbins    Pick 'n Pay Stores denied a report that it was seeking to invest in the DRC. A report quoted DRC official Moise Katumbi saying the retailer and rival Shoprite Holdings were looking to open stores in that country. Pick 'n Pay said it was focusing on existing businesses, which were mostly located in South Africa.    http://www.busrep.co.za/index.php?fSectionId=563&fArticleId=3714044     Shoprite Holdings was investigating the possibility of opening stores in the DRC. Shoprite officials were part of a delegation that visited the southern province of Katanga for talks with its governor Moise Katumbi. Shoprite would be the first local retailer to operate in the DRC.
 
LeSignalDuContinent    Selon le pasteur Molete Tsele, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RSA en RDC, le Congo connaîtra son développement rapide, à l’instar de la République sud-africaine, si elle garantit la sécurité juridique aux investisseurs et se dote d’une administration efficace basée sur la rigueur dans l’application des textes légaux. Le diplomate a eu des contacts avec Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga. Il a annoncé l’implantation prochaine au Katanga de la société sud-africaine Shoprite, spécialisée dans l’agro-alimentaire, avec des magasins à grande surface pour soutenir le programme de développement de la RDC.

Présidence de la cérémonie du lancement de Shoprite
 
12 Décembre 2007    The largest supermarket group in Africa, Shoprite is at the brink of investing US $80 million to build two modern supermarkets in and Lubumbashi. Both projects contain houses, offices and hotels. A ceremony marking the start of works in one of the project sites in Lubumbashi was attended by the Governor of Katanga Province, Moise Katumbi. The Kinshasa and Lubumbashi centers cover an area of 14,000 m2 and 5,500 m2 respectively. A chain of stores covering an area of about 8,500 m2 and a space for 600 parking spaces are also part of the Lubumbashi project. Shoprite said the stores will be rented by local and international traders. A total investment of about US $30 million is earmarked for the project that starts in the second quarter of 2008 and ends in the middle of 2009. The Kinshasa project, which includes a 24,000 m2 retail shopping center, is expected to be built by a local company and Shoprite. Shoprite will build a supermarket, a string of stores and 400 parking spaces, costing US $50 million. Shoprite will not only build modern supermarkets busy with a wide variety of cheap quality products, but it will also provide employment opportunities for the country.

 


 

DECRYPTAGE  Décembre 2007    L' amalgame politico-affairiste du gouverneur du Katanga est sans conteste inquiétant. Le journaliste du Soft a fort bien décrit combien le mandat du nouveau gouverneur était déjà balisé de contrats anglo-saxons. Et la presse anglo-saxonne faisait écho dès février 2007 d' arrangements commercialo-politiques, alors que Katumbi n' a occupé ses bureaux qu' en mars et pris officiellement ses fonctions qu' en mai 2007.  Voilà donci un jeune dirigeant qui se met aux antipodes de la gouvernance moderne, toute soucieuse de moralité. Ailleurs, on décillerait des yeux si une autorité s' amenait au pouvoir avec un bouquet d' affaires. Ce n' est tout simplement pas PC ( politically correct). Et même, depuis 2002, un code de conduite de l' agent public congolais interdit le commerce et les conflits d' intérêt.

 

Ce dossier de Shoprite remonte à 2005. Katumbi avait essayé d' obtenir le terrain entre l' Hôtel Karavia, le Golf Club et le lac de Lubumbashi pour ce supermarché.Mais le maire Kaseba était opposé à la perte de cet espace vert.  Et il avait engagé une course contre la montre. Katumbi prétendait que le terrain était vide, et la Commission urbaine de reboisement avait rapidement planté quelques rangées d' arbres. Mais la vigilance d' un côté a laissé le champ libre pour d' autres lieux d' implantation.

Nul n' aurait pu penser qu' après avoir perdu la bataille pour les arbres de la  Karavia, c' est le quartier culturel du Théâtre de la Ville qui serait exproprié pour cause d' utilité commerciale.
Je n' ai rien contre les commerçants, encore que la mythologie grecque les plaçait dans la même catégorie que  les "voleurs", mais j' ai tout pour la Culture et la sauvegarde des lieux de nos vies au quotidien. Aussi, lorsque j' ai appris la pose de la première pierre de Shoprite, le 12 décembre 2007, j' ai saisi de mes protestations l' autorité urbaine.

 


 
«  Dans mon adresse, lors de la journée de l'Arbre, le 5 décembre 2007, j'avais invité l'Autorité à faire preuve de grandeur d'âme et de vision, et à concevoir les rues et les espaces collectifs en grand. Il n' est pas nacceptable que des rues et espaces conçus pour une population de zéro à 100.000 habitants soient réduits au moment où la ville compte 15 fois plus de population.

Les plans de la ville sont que la zone du « Plateau» bénéficie d' une perspective qui va de l' institut Maadini relié par un boulevard au Théâtre de la Ville ainsi qu'au Palais et au Parc du Cinquantenaire, flanqués par le Musée et l' Ecole de Musique, avec au-delà, les centres sportifs comprenant le Bassin de la Ville, le Stade de la Victoire etc jusqu'à l'avenue Lumumba.

Le carré du Théâtre de la Ville est dédié exclusivement à la Culture.

L'espace que vous venez de remettre au commerce est le dernier parc public et la seule esplanade où les populations pourraient être réunies pour de grands évènements, tel que ce fut le cas lors de la visite du Pape Jean Paul II en 1985.

Pour rappel, à la Conférence Nationale Souveraine, on avait déjà fustigé l' appropriation d'une partie du terrain culturel par un particulier. Depuis, vous avez, dernièrement, privatisé le boulevard. Le Théâtre de la Ville sert aux assises du Parlement Provincial. L'école de musique est devenu un studio de radio-tv. Etc. C' est la décadence totale.

De plus, l' érection d'un centre commercial apporte des nuisances, ne serait-ce que par l' afflux de personnes et de véhicules. C'est aussi un lourd dossier d'autorisations administratives, de désaffectation du domaine public, de changement de destination ainsi que d'enquêtes de commodo et incommodo. Cela a-t-il été fait au préalable?

Je saisis cette occasion pour vous informer des contradictions maintenues entre le projet d'un hypermarché et la multiplication des boutiques qui ceinturent les maisons, en violation des règlements urbanistiques. II faudrait davantage de cohérence ».

 

Janvier 2009                       Je reste seul, tel un martien, à lutter non pas contre Shoprite, mais contre l’ emplacement du futur supermarché. Contrairement aux annonces tonitruantes, rien n’ a encore été construit. J’ ai saisi le président de l’ Assemblée Provinciale qui occupe le Théâtre de la Ville et le Palais du Cinquantenaire. Il a refusé de me recevoir pour finir par m’ écrire que la question relevait du Maire à qui j’ avais écrit en premier.

 

Le silence ou le musellement de l’ opinion publique sur ce projet d’ emplacement commercial est un indice alarmant. C’ est l’ échec de la démocratie avec l’ absence de dialogue entre gouvernants et gouvernés. Chacun n’ ayant rien à dire ou rien à entendre. George Eliot, romancière anglaise a écrit que "La vie publique conditionne la vie privée. Et lorsque le gouvernement est mauvais et que personne ne se sent concerné, c'est l'ensemble de la société qui est en danger." Et Richard Ford, écrivain américain d' ajouter: " On prend alors l'habitude de penser sans but. Une démarche susceptible de générer le totalitarisme et la démagogie. Où de simples évidences se transforment en mensonges".