CDP: échanges de génocides, escroqueries et religions

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

" La  majorité des hommes politiques ne s' intéressent pas à la vérité mais au pouvoir. Pour maintenir ce pouvoir, il est essentiel que les gens demeurent dans l'ignorance, qu' ils vivent dans l'ignorance de la vérité. Ce qui nous entoure est donc un vaste tissus de mensonge". Harold Pinter, prix Nobel de littérature

Le Rwanda ou Mobutu? 5.400.000 ou 183 000 morts?


La Libre Belgique    Deux démographes belges s' en prennent aux politiciens, ONG, internautes qui créeraient, justifieraient ou attiseraient la haine des Congolais contre les Rwandais, en soulignant que la guerre rwandaise a tué "bien plus" que le génocide rwandais, qui a fait près d'un million de morts. Pour ces démographes,  la totalité des décès au Congo entre 1998 et 2004 a été de quelque 7 700 000. Si on leur enlève les quatre millions de morts qui seraient dus à la guerre de l' Est, cela signifierait que l'espérance de vie au Congo, ces années-là, aurait été de 60 ans, alors qu'en dehors de ces dates elle stagne aux environs de 42 ans.  Dès lors, le chiffre de quatre millions de morts serait "burlesque". Selon eux, quelque 183 000 personnes auraient péri. De plus, ces morts seraient plus la conséquence de la déliquescence du régime Mobutu que celle de la guerre rwandaise..

Janvier 2008  IRC   L' enquête de mortalité
http://www.theirc.org/congocrisis   conduite par l’International Rescue Committee et par l'Institut Burnet et couvrant la période allant de janvier 2006 à avril 2007 a indiqué que le conflit et la crise humanitaire en RDC ont coûté la vie à 5,4 millions de personnes depuis 1998 et continuent de tuer 45.000 personnes chaque mois. "Le conflit et ses conséquences, en termes de victimes, surpassent tout autre conflit depuis la Deuxième Guerre mondiale. Depuis l' étude de 2004, il n'y  a eu aucun changement du taux de mortalité national, qui dépasse de près de 60% la moyenne subsaharienne" .
 
Les USA étaient retournés à Bindo

1990    Mbokamosika    Jules Bagalwa Mapatano
http://books.google.fr/books   Fils d'un diplomate, Bindo s'était fait connaître vers 1990 à travers tout le pays, grâce au jeu de l'avion dans lequel il réussit à embarquer tout le monde.Comme il fallait s'y attendre, il avait fini en prison. Les "Bindo-Promotion" étaient soutenus par Mobutu en personne, car elles essaimaient dans les grandes villes. Y compris dans les camps militaires. Elles ont brassé des montants dépassant le budget ammel de l'Etat. Des gènéraux, et même des PDG d' entreprises publiques misaient pour gagner l000% d' intérêts après 7 à 45 jours, au lieu des 30% annuels pour les placements ban­caires. La masse monetaire des « Bindo-Promotion" dépassa celle détenue alors par la Banque du Zaïre et les banques commerciales. La faillite amènera le gouvernement à ne rembourser que les mises perdues des militaires (JEWSIEWICKI, 1992:55-70), certainement pour éviter une mutinerie.

2008    Bernard Madoff, ponte de la finance américaine, a été arrêté pour une " fraude pyramidale " qui aurait coûté 50 milliards de dollars à ses clients. Il a été dénoncé par ses propres fils.   La société Bernard L. Madoff Investment Securities (BMIS) était fondée sur le fameux « schéma de Ponzi ». Et cela a fonctionné pendant 48 ans, de 1960 à 2008. L'utilisation de modèles mathématiques financiers, des clients réputés, des postes élevés dans l'administration, l'assuraient d'un prestige important. Lorsque de nombreux clients ont souhaité retirer leurs avoirs de sa société d'investissement en 2008, ils se rendirent compte que les caisses étaient vides et qu'ils avaient perdu tout leur argent. « Je n'ai absolument plus rien. Ce n'est qu'un énorme mensonge ». Charles Ponzi a historiquement donné son nom au système en 1920 à Boston. Il était devenu un millionnaire en six mois en promettant un rendement de 50 % en 90 jours. Environ 40 000 personnes investirent environ 15 millions de dollars, dont seulement un tiers leur fut redistribué. Schématiquement, la chaîne de Ponzi repose sur des promesses de profits inédits, entraînant un afflux de capitaux, qui entretiennent le « contrat » initial.

 

Premier cas d' un "K" à la barre

Asadho     Des membres de la famille présidentielle (FP) usaient de cette qualité pour commettre de abus graves. Mais dernièrement, le capitaine Bébé KIBAWA, cousin de Joseph Kabila, a été mis en accusation par l’Auditorat militaire. Il avait violé, puis rendu grosse sa belle-sœur mineure de 16 ans et brûlé les parties intimes de l’une de ses nombreuses épouses qu' il soupçonnait d’infidélité. Il avait aussi donné des coups de poing et de genou à sa belle-mère qui lui réclamait 30 USD pour les soins de sa femme. Accompagné de 9 militaires armés, Bébé KIBAWA avait également enlevé deux agents du parquet militaire en mission ainsi que son beau-père de 62 ans; tous  avaient été entassés dans le coffre de son véhicule, puis acheminés à la ferme Maman Kibawa où ils furent torturés.

Entretemps d' autres membres de la même famille présidentielle restent impunis. En juin 2002, Pétronie KABILA, tante paternelle du Président de la République, avait ordonné à ses gardes de torturer son travailleur M. Kabeya Kitenge, soupçonné d’avoir volé quelques épis de maïs et qui en était mort. Toujours en 2002, Jules Dassin Ngandu Mwana Muyombi avait été arrêté arbitrairement et avait subi des violences physiques et traitements dégradants à son domicile, de la part des militaires aux ordres de Dieudonné Kabila alias Dydo, alors qu' ils recherchaient son fils soupçonné d' avoir volé 2 900 $ US. En 2003, Salvatrice MATAGA, tante maternelle du Président de la République, avait fait arrêter et détenir illégalement M. Bony LILITIYO, vérificateur à l’Office des Douanes qui exigeait les frais des douanes pour ses 4 camions citernes de produits. En 2004, le taximan Sylvain KIPESA, avait été arrêté au coin des avenues Des Plaines et Lilas, au motif qu’il était interdit de parquer devant la parcelle habitée par un membre de la famille présidentielle, non autrement identifié; il avait été introduit dans cette résidence où il fut ligoté et tabassé copieusement. En octobre 2008, M. Ibrahim KABILA, qui sème la terreur à Kasumbalesa, avait fait enlever et de torturer une personne à l’Hôtel UHURU appartenant à Mme KIBAWA, après qu' il ait failli renverser la victime.

18 ailes autorisées , et une décrétée

LaProspérité      Au 18 décembre 2008, 18 compagnies aériennes congolaises ont été reconnues comme en ordre administrativement et techniquement:. Trans Air Cargo Service ; Cetraca Aviation Service ; Mango Air Lines ; Galaxy Kavatsi ; Hewa Bora Air Ways ; Compagnie Africaine d’Aviation (CAA) ; Malu Aviation ; Blue Airlines ; Air Tropiques ; Filair ; Air Katanga ; International Trans Air Business (ITAB) ; Wimbi Dira Air Ways; Doren Air Congo; Safe Air Company; Services Air ; Air Kasaï, Entreprises Word Airways (EWA). A cela s' ajoute les Lignes Aériennes Congolaises (LAC), sur la base d’un décret présidentiel.


Bush et la Chine échangent leurs de religions

OuestFrance   FranceInfo      Pendant des années, George W. Bush a rabaché que le rôle économique du gouvernement devait se restreindre à créer un environnement favorable à l' économie de marché. Et la libre entreprise était l'un des grands principes invoqués par M. Bush au sommet du G20 pour s'opposer à une refondation complète du système financier. Il déclare maintenant avoir "abandonné les principes de l'économie de marché pour sauver le système d'économie de marché". Il s'est dit "désolé" d'avoir recouru aux interventions de l'Etat fédéral face à la crise de l'immobilier, puis du crédit, et des constructeurs automobiles américains.

 Euronews   L'Express   Après des millénaires d’histoire tumultueuse, la Chine aurait enfin trouvé sa voie en se plaçant ces trente dernières années et avec succès entre capitalisme et socialisme.

Pour le président chinois: “Seul le social-capitalisme peut sauver la Chine, seule la réforme peut développer la Chine, développer le capitalisme, et développer le marxisme.
La réforme et l’ouverture correspondent aux aspirations du Parti et du peuple, elles évoluent avec la course du temps. Nos réussites sont indéniables. Stopper la réforme ne mènerait qu‘à une impasse”. "Nous devons tirer les bénéfices de la civilisation politique, mais nous ne copierons jamais le système politique occidental",