CDP: mensonges et dissimulations

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


Le drapeau congolais de Laurent Nkunda a du zairois

<<<     Selon la MONUC, le Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) et de Laurent Nkunda,  défie l'autorité de l' Etat, notamment par le hissement du drapeau CNDP dans sa zone, le déploiement d'une police et de poste de douanes.
    

  
Le Zaire fut pionnière du cellulaire ... au Monde!

http://allafrica.com/stories/200809181023.html     Cindy Shiner    Gatt and the company he co-founded, Telecel, stepped in to bypass Zaire's decrepit fixed-line telecommunications system and install a mobile network that was among the first in Africa to defy expectations. Telecel began with about 500 phones in Zaire. By 2006, companies across the continent had more than 192 million cellular subscribers. Mobile phones overtook fixed telephone lines in 2001 and now outnumber them by nearly seven to one, according to the International Telecommunications Union. Gatt talked about what it was like to set up a mobile company in Zaire in the early days of cellular technology.

" The cell phone revolution started in October 1983 in the United States. Washington was the first place where Motorola put the first system.Fortunately for us President Mobutu [Sese Seko] came to the United States at that time, in 1985 [when he met with President Ronald Reagan] and we were able to get cellphones from National Car Rental. Thank God it worked because even then [the technology] was in its infancy in the States. But it did work and Mobutu was able to call his people at the palace and at his office in Kinshasa. Having done that we went back to Zaire and convinced the government to let us put in a pilot project.Then came the problem of the equipment. Manufacturers were not that many. Europe had not started with cellular – they only came into it in 1992 and here we are seven years earlier. We were looking for equipment that was affordable and easy to put into Africa. We were able to buy a system for about 500 people. I think Motorola charged 3,000 dollars a phone and we were able to sell them at 5,000 dollars a phone. For a year only the government personnel would call each other or call overseas.During Mobutu's era, all of the government bills were paid – just like any government, with delays, but they were paid. The problems we had were when there was a shift in government when [Laurent-Désiré] Kabila came to power in 1997. Then the government really started picking up arrears. The receivables came in to the tune of about 25 million dollars. It was very hard to continue operations under those circumstances and we had to cease operations in 2004".

Humanitaires: aventuriers africains et professionnels occidentaux

Monde diplomatique Michel Galy http://www.monde-diplomatique.fr/2008/09/GALY/16259     Anthropologue de l’université de Kinshasa, Léon Matangila est formel : « Politique, religion et ONG sont les trois voies congolaises de l’enrichissement rapide ! » Une sorte d’« ONGéisation » déforme en effet le champ social et devient un mode de vie orienté vers la captation des fonds venant de l’étranger. Les « ONG de serviette », frauduleuses ou fictives, ne font que « s’adapter à toute demande des bailleurs ». Selon le sociologue Marco Giovannoni, spécialiste de Kinshasa, « l’argent des ONG (internationales) et certains projets ont perverti la dynamique de la vie associative à Kinshasa,et annihilé la société civile ».

Une opération par SMS

DH   KINSHASA  http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/235538/un-adolescent-opere-par-sms.html         Un chirurgien britannique volontaire a sauvé la vie d'un adolescent en procédant à une opération risquée grâce aux instructions d'un collègue londonien transmises par SMS. Le jeune Congolais, qui avait été mordu par un hippopotame alors qu'il pêchait, devait subir une amputation de l'épaule gauche, pour ne pas succomber à la gangrène. Mais le docteur David Nott, spécialiste en chirurgie vasculaire, n'avait jamais procédé à une telle opération précédemment et savait qu'elle était très risquée. Le médecin, en mission avec Médecins sans frontières, a contacté par téléphone portable un collègue expérimenté, le professeur Meirion Thomas, pour lui demander de le guider depuis Londres. "Je l'ai contacté par texto, et il m'a envoyé des instructions pour l'opération étape par étape par SMS". Depuis l'opération, qui a eu lieu en octobre près de Rutshuru (est de la RDC), le patient se porte bien.

Evasion de diamants vers Dubaï

AfricaIntelligence    http://www.africaintelligence.fr/AMF/detail/detail_articles/p_detail.asp?doc_i_id=51656086&context=can&contextinfos=chan_sommaire_aif&service=gra&codeaffilie=a_indigo     
Rien ne va plus à Anvers, la capitale européenne des diamants ! Les exportations de diamants bruts congolais vers la ville belge se sont réduites d'environ 40% ces dernières années. Les gemmes se dirigent de plus en plus vers Dubaï, qui offre une exemption d'impôts de cinquante ans et où certaines compagnies belges ouvrent des succursales pour y importer les pierres brutes. Or, à Dubaï, on se pose "moins" de questions sur les écarts entre la valeur des lots expertisés au départ de Kinshasa par le Centre d’évaluation, d’expertise et de certification (CEEC) et celle établie à leur arrivée… Selon certains diamantaires anversois, le volume des exportations globales congolaises (toutes destinations confondues) entre 2005 et 2007 présente un écart de 16,2% (respectivement 32,94 millions de carats et 28,33 m cts). En revanche, le différentiel en valeur était de 46,9% sur la même période (609 millions $ d'exportations en 2007 contre 895 m $ en 2005).

La guerre que mène le Rwanda est reconnue, en parler rwandais...

NYtimes JEFFREY GETTLEMAN   
http://www.nytimes.com/2008/12/04/world/africa/04congo.html?pagewanted=1&ref=world     Rwanda is tiny, tough and intensely patriotic. Like Israel, it is a postgenocidal state, built on an ethos of self-sacrifice. Its national motto is Never Again. One oft-cited threat is the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda, also known as the F.D.L.R., a mostly Hutu militia that is based just across the border in the green folds of eastern Congo. The militia is thought to number 5,000 to 10,000 fighters. Mr. Nkunda, the rebel leader, has used the presence of the Hutu militia and the Congo government’s failure to disarm it as a rationale for his continued armed struggle. Rwandan military officers admit, when pressed, that the Hutu militia has little chance of destabilizing Rwanda. The last time it attacked inside Rwanda was 2001.

There is a general rule in Africa, if not across the world: Behind any rebellion with legs is usually a meddling neighbor. And whether the rebellion in eastern Congo explodes into another full-fledged war, and drags a large chunk of central Africa with it, seems likely to depend on the involvement of Rwanda, Congo’s tiny but disproportionately mighty neighbor. Rwanda’s leaders are vigilant about not endangering their carefully crafted reputation as responsible, development-oriented friends of the West. Senior Rwandan officials do not deny that demobilized Rwandan soldiers are fighting in Congo, but they say the soldiers are doing it on their own, without any government backing.“They are ordinary citizens, and if their travel documents are in order, they can go ahead and travel”.

... les non rwandais sont victimes du mensonge et de la dissimulation

NB. Selon le NYT, Kigali nie l' envoi de troupes rwandaises aux Kivus, parce que ces soldats “ ... are ordinary citizens, and if their travel documents are in order, they can go ahead and travel”. C' est tout une culture de mensonge et de dissimulation qui a fait l' objet du dernier procès de Pierre Péan;   

AFP RFIactualité  LaLibre    Pierre Péan avait été poursuivi mais qacquitté pour « diffamation raciale » et « discrimination raciste » pour avoir fait référence au mot rwandais "ubwenge", que l’écrivain avait sommairement traduit par "culture du mensonge et de la dissimulation".  Appelé à témoigner, l'historien belge Filip Reyntjens a lui-même confirmé qu'il s'agissait d'"un phénomène historique" qui "aujourd'hui a atteint l'entièreté des Rwandais". Pierre Péan a fait la déclaration suivante au tribunal 

http://cirqueminime.blogcollective.com/blog/_archives/2008/10/5/3915920.html  «  L'existence d'une "culture du mensonge" au Rwanda ... est une évidence pour tous les Rwandais, un fait culturel indéniable que plusieurs scientifiques se sont attachés à étudier. Il s'agit de l'ubgenge ou ubwenge, puisque la langue rwandaise possède ce terme spécifique pour le nommer. Selon Pierre Erny , " dans une société où "la vérité n'est pas un élément dominant dans l'échelle des valeurs", où non seulement tout le monde est susceptible de dissimuler la vérité, mais où le "mensonge" est classé parmi les beaux-arts et les jeux de l'esprit parmi les plus excitants, personne n'est dupe, tout le monde sait à quoi s'en tenir, et comment adapter sa conduite. Autrement dit, seuls ceux du dehors se font avoir."

" Dans la langue du Rwanda et du Burundi, ubgenge ou ubwenge désigne l'intelligence, la ruse, la débrouillardise, le fait d'être malin. La littérature orale sous toutes ses formes célèbre cette valeur. Elle se manifeste tout particulièrement par l'art de mentir sans se faire prendre et passait pour une des caractéristiques majeures de l'aristocratie titisi, spécialiste du "langage oblique". On a montré le lien d'ubgenge avec la structure sociale : dans une société très hiérarchisée òu l'emportaient les relations de dépendance, il fallait à tous les niveaux être d'une prudence, d'une perspicacité et d'une habileté consommées pour s'élever dans le jeu social, manoeuvrer efficacement et éviter les mauvais coups. Tant qu'il n'est pas découvert, le mensonge est moralement neutre et donc licite s'il est utile ; on l'admire hautement s'il est bien ficelé et mené avec art".