Decrypt: identifications sans identités

Publié le par Grand Beau et Riche Pays

Février 2008    Dans un sursaut sécuritaire, l' Etat policier tente de tenir en laisse des Congolais privés de colliers...
 

Identification obligatoire des abonnés de cellulaires

Radio Okapi     Tous les opérateurs du secteur des télécommunications doivent procéder à l’identification de tous leurs clients. Tout abonné qui ne sera pas identifié ne pourra avoir accès à aucun réseau national des télécommunications.

LePotentiel    C’est une loi datant du 16 octobre 2002, et une décision de l’autorité de régulation de la poste et des télécommunications, prise le 29 juin 2007, qui auraient motivé cette décision, dictée pour des raisons de sécurité et de maintien de l’ordre public.

LePotentiel     Dans le camp gouvernemental, l’on motive cette mesure d’identification des abonnés par la nécessité de maîtriser les fichiers des utilisateurs d’appareils cellulaires. « De la même manière que l’on exige d’un propriétaire la possession de tous les documents de bord du véhicule, l’on devrait aussi contraindre les utilisateurs d’appareils téléphoniques de se doter de tous les documents pour mieux les identifier ». Sur le même ordre d’idées, un permis de port d’armes est imposé à tout détenteur d’armes à feu. La même logique devrait s' appliquer aux détenteurs d’appareils cellulaires.

Radio Okapi     Bob Ntumba, chairman de Tigo et président de la corporation de télécommunications à la Fec, approuve la décision et demande à tous les abonnés de s' y conformer. La mesure n' affectera en rien la confidentialité des appels. « C’est une mesure qui se fait dans le monde entier. On ne pouvait pas continuer à faire exception. Nous avons les moyens et les procédures nécessaires pour rendre cette mesure effective.  Nos « Call Center »,  ou centres d’appel nous permettront de joindre tous les abonnés et de leur demander de décliner toutes leurs identités, en le rappelant que c’est une mesure gouvernementale.
 
L' arme des rumeurs, menaces et insultes

L’annonce du prochain stationnement à Brazzaville d’un contingent de l’armée britannique a provoqué une sorte de psychose. Jeudi 31 janvier, des "SMS" pour le moins alarmistes ont été échangés entre Kinshasa et Bruxelles. "Les Britanniques sont arrivés à Brazzaville pour évacuer les Occidentaux qui résident à Kinshasa. On nous a dit de quitter Kinshasa de toute urgence avant que ça barde". Le gouverneur de Kinshasa a « frappé du poing sur la table et menacé de poursuites judiciaires les propagateurs de faux bruits sur le président Kabila »,.

LePhare    Tokwaulu Aena, l' ADGA de la Snel témoigne. " Le jeudi 21 février 2008, vers 9h10’, j’ai reçu un SMS proférant des injures et menaces de mort contre ma personne, mes enfants et ma mère dans les termes suivants. « Sale pétasse tu ne l’emportera pas o paradi avec tou ce ke tu fai je ne jure ke sur la tête pouflase plein 2 grese avec un visage laid » « continu a empiré la situation mai sache kavan toi ya u dé adga é apré toi il y en ora. Si té maline roule 2sormé ds un voiture blindé ou carémen dans un élico envoi ta vieye mère é té vilain gro enfan a letranger si non tr biento il mouro idiote » J' ai déposé une plainte contre inconnu auprès du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Gombe pour enquête".

Les SMS laissent des traces

NOUVELOBS.COM      Comment on aurait mené, en France, l'enquête suite à la plainte déposée pour "faux et usage de faux" par Nicolas Sarkozy, à propos d'un SMS qu' il aurait envoyé à son ex-femme ?  Tout est dans les ordinateurs. Avec une commission rogatoire d'un juge, on peut avoir accès à toutes les données stockées dans les serveurs des opérateurs. Dates, heures, numéros des expéditeurs et destinataires mais aussi contenus des SMS: il y a tout dans les méga-ordinateurs. Alors qu'il est impossible de savoir ce qui s'est dit lors de conversations téléphoniques entre abonnés si leurs portables n'étaient pas préalablement mis sur écoute, on peut par contre tout à fait récupérer le texte de SMS a posteriori, même si les téléphones n'étaient pas alors sous surveillance. Tous les textes de tous les SMS transitant sur les réseaux sont conservés plusieurs mois dans les mémoires des serveurs, et tout est donc retrouvable même si les deux interlocuteurs ne sont pas clients du même opérateur mobile. Pas besoin donc de fouiller dans les téléphones des intéressés pour retrouver le message incriminé ou d'essayer de "faire parler" leur carte SIM au cas où chacun aurait effacé ledit message

L' Etat policier RDC est en deçà des exigences européennes

DIRECTIVE 2006/24/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mars 2006    La directive  rend obligatoire dans tous les pays de l'Union européenne la conservation de données par les opérateurs téléphoniques et Internet pour une durée allant de six mois à quatre ans. Ces données concernent les appels, les SMS et les e-mails effectués par leurs abonnés. Il ne s'agit que de données de connexion, le contenu des messages ou des conversations en étant exclus. 
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2006:105:0054:0063:FR:PDF

Les obligations de conservation ne s’appliquent pas au contenu des communications mais concernent :
- données nécessaires pour retrouver et identifier la source d’une communication : pour la téléphonie il s’agit de : numéro de téléphone de l’auteur de l’appel; nom et adresse de l’abonné ou de l’utilisateur enregistré. Pour l’internet, les informations qui devront être conservées sont : adresse du protocole Internet (adresse IP), attribuée à une communication par le fournisseur d’accès Internet; code d’identification personnel de la source d’une communication; ’identité de connexion ou numéro de téléphone attribué à toute communication entrant dans le réseau téléphonique public ; nom et adresse de l’abonné ou de l’utilisateur enregistré à qui l’adresse IP, l’identité de connexion ou le code d’identification personnel ont été attribués au moment de la communication
-données nécessaires pour retrouver et identifier la destination d’une communication (mêmes types d’informations que précédemment concernant cette fois le destinataire de la communication)
-données nécessaires pour déterminer la date, l’heure et la durée d’une communication
-données nécessaires pour déterminer le dispositif de communication utilisé ou ce qui est censé avoir été utilisé comme dispositif de communication.

 

 

Décryptage de Février 2008    Il y a deux diables qui possèdent l' Autorité congolaise: la mobilisation des recettes et l' empilement de décisions dans la poubelle sans fond des mesures inapplicables et inappliquées. On frise même l' absurde.

Cela fait 5 années qu' une loi a organisé l' identification des abonnés au réseau cellulaire. Lettre morte qu'e l' on rescuscite par les réflexes sécuritaires d' un Etat policier qui se sent fragilisé par la circulation de rumeurs et, sans doute, par celle des informations. En cause: lées télécommunications qui sont le seul progrès réalisé dans le Pays depuis l' Indépendance. Les faisceaux hertziens et  les satellites ont éliminé les distances et les enclavements. Et de grandes révolutions sont en vue: les paiements et le phone banking, le GPS, l' Internet et la Télé, la prise et l' échange des images, etc. Question sécurité nationale, le véritable danger provient de l' absence d' alternative de télécommunications nationales. La technologie, les satellites et leurs canaux n' appartiennent pas à la RDC, et une panne ou un sabotage paralyseraient le Pays et l' Autorité. Mais du côté des libertés individuelles, n' importe quel citoyen, où qu' il se trouve, a désormais la capacité d' atteindre directement quiconque, fût-il Chef de l' Etat national ou même étranger.

Mais le téléphone mobile, arme et outil, est avant tout indiscret. Pour assurer le flux de communications, de puissants ordinateurs enregistrent la carte à puce ( SIM - Subscriber Identity Module), l' identification par le fabricant de l' appareil utilisé ( IMEI ) ainsi que les bornes relais, les heures et durées des appels. On pourrait ainsi localiser la ville et le quartier et la direction d' où a été lancé un appel, les déplacements d' une cellule à l' autre. Malgré les changements de carte SIM, on peut voir si on a utilisé le même appareil. Etc C' est ainsi qu' en Europe où l' on s' occupe de la police, des directives existent pour la conservation de toutes ces données qui permettraient de remonter des filières criminelles.
Mais dans un Etat qui ne se soucie pas de la police, et qui est davantage policier on se contente de l' identité nominale. Et encore, à quoi servirait l' identification des détenteurs de téléphones, lorsqu' il n' y a toujours pas de cartes d' identité, ni  même de passeports?
 
Cédric Kalonji http://www.congoblog.net/   s' interroge même s' il est congolais ou zairois. " Onze ans depuis qu’est née la république démocratique du Congo après la mort du Zaïre, occasionnée par le départ du maréchal et ses courtisans. Le nom du pays a changé, ses habitants se font appeler congolais et il y a un nouveau drapeau. Bizarrement il n’y a jamais eu de carte d’identité congolaise. Ça me fait toujours bizarre quand je vois les gens exhiber fièrement leur « carte verte » que je n’ai pas eu la chance d’avoir parce que j’avais moins de 18 ans lorsque les Kadogos sont entrés à Kinshasa".

Le recensement électoral a donné l' occasion de disposer d' un fichier local et même national avec des données biométriques, dont l' enregistrement en codes barres de l' empreinte digitale. La Commission Electorale avait même payé de fortes sommes à une firme française pour traiter tous les électeurs inscrits et dépister les " doublons". Ces données auraient dû servir pour l' établissement d' un Etat Civil national, avec la radiation des morts et l' inscription des jeunes qui accèdent à la majorité. Il n' en est rien. La carte d' électeur imprimée sur papier léger sert maintenant de carte d' identité. Sont exclus de toute identification tous ceux qui ne se sont pas fait recenser, notamment les membres de l' UDPS qui ont boycotté les élections. Plus grave, dans un pays où la majorité de la population a moins de 15 ans, les jeunes qui sont devenus majeurs depuis 2006 ne sont pas non plus recensés.

Juin 2008    La MONUC rassemble les cartes d' électeurs perdues à Kalemie et en organise la restitution. " Grâce à cette opération, les électeurs qui avaient perdu l’espoir de faire valoir leur suffrage ou même perdu une partie de leur citoyenneté, parce que ces cartes tiennent aussi lieu de pièce d’identité, retrouvent une joie d’exister qui se lit d’ailleurs sur leurs visages, un fois ce «passeport» en mains". On ne parle ni pas de la possibilité d' en obtenir des doubles. Les fichiers et les imprimantes de 2005-2006 ne seraient plus opérationnelles.
 
Juillet 2008  Preuve de l' absence de pièces d' indentités, l' électeur Joseph Kabila s' était recensé en 2005 au moyen d' un passeport ... 
Mais le guichet unique qui délivre à Kinshasa cette pièce d' identité ne dispose pas de passeports. En février, 14.000 demandes étaient en suspens. Début juillet le chiffre était de 26.000 demandes en souffrance. On annonce la livraison de 30.000 passeports.  " Il s'agit de passeports ordinaires, en attendant la fabrication du nouveau passeport biométrique confiée à la société française Charles Oberthur.