Decrypt: naufrages en eaux douces

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


2 février 2008    Les larmes n' arrêtent pas de couler avec les embarcations. Il n' y a ni coupables ni responsables.


Des naufrages en série
 
Février 2008    L' embarcation Yote ni mapenzi ya Mungu a sombré après avoir heurté des pierres en pleine navigation sur le Lac tanganyka. Une controverse s’installe sur les causes de l’accident. Pour les armateurs de Kalemie, ce drame est dû au non balisage du lac. Par contre, le responsable de la Régie des voies fluviales (RVF) soutient que cette le bateau avait accosté à un endroit prohibé.
Naufrage dans la rivière Ubangui : 42 morts et plus de 100 disparus.

Juillet 2008    Le Palmarès    Au moins 42 passagers sont morts noyés et plus de 100 sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation sur le fleuve Ubangui, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, selon la Radio Okapi.net

Juillet 2008    Le Palmarès     Une baleinière en provenance de Mabenga à sombre dans la nuit de lundi à mardi dernier sur la rivière Kasaï, à la hauteur de Kisakinda, à 100 kilomètres, en amont de Bandundu-ville. Les 150 passagers qui étaient à bord ont tous été repêchés, mais toutes les marchandises dont plus de 2.000 sacs de cossettes de manioc et de maïs ont coulé avec l’embarcation.


 

Décryptage du 2 février 2008  Régie des Voies Fluviales et Coopérative des armateurs se disputent sur les causes des accidents. Les autorités accourent avec quelque argent à distribuer aux rescapés. Mais la série noire continue, sans se poser les deux questions valables : la sécurité et l’ indemnisation des passagers.  

 

La télé montre en gros plan le menu argent que l’ Etat distribue au compte gouttes, mais on ne parle toujours pas de l' assurance des bateaux pour couvrir les indemnisations consistantes et méritées par les victimes. La loi est pourtant sans appel : en matière de transport d’ êtres humains, la faute et la responsabilité des réparations incombent toujours au transporteur. On a embarqué des vivants ? C’ est vous le transporteur qui les avez tués. A vous de payer, sauf à prouver que c’ était la faute de la victime elle-même.

 

On ne parle pas davantage des mesures de prévention et de sauvetage, avec le contrôle technique et de navigabilité des vaisseaux, la charge maximale autorisée, la pose de canots, de bouées et de gilets de sauvetage. Ce n’ est pas parce que l’ Etat est naufragé qu’ il doit le rejoindre dans les abysses !

Juillet 2008    Les naufrages en eaux douces se poursuivent. Les mêmes questions demeurent: règlementation et responsabilité, préventions et sauvetages, sanctions et indemnisations. On s' en remet à la fatalité. La liberté constitutionnelle de se déplacer est aux mains de marchands de la mort.


28 juillet 2008    Ces vies et ces familles brisées ont des visages. Au moment de poster ce texte, un frère "virtuel' ( NB pour être né le même jour et avoir le même âge) a surgit du néant. Voilà deux années qu' il erre, hébété. Il a perdu toute sa famille ( épouse et huit enfants) dans un naufrage survenu sur le lac Tanganyika.