CDP: Road construction ou travaux routiers?

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


Coup de Plume, pour coup de gueule! Derrière l' envahissement de langues étrangères, le congolais est chosifié en matière première exploitable et exploitée. Inconsciences, trahisons et racismes ambiants.

 
 
Coup de plume du 19 juillet 2008    Les exoplanètes sont des planètes qui ne gravitent pas autour de notre Soleil. Aucun télescope ne peut les apercevoir. La preuve de leur existence est indirecte. Comme les planètes gravitent autour des étoiles, si leur luminosité varie avec une certaine régularité, c'est la preuve d' un satellite, d' un corps céleste qui apparaît et disparaît à leurs contours. De la même manière, ce sont des indices mineurs et insignifiants mais répétitifs qui prouveraient le règne nouveau et omnipotent de la perversité. Et la plus grande reste la négation de la dignité humaine. La chosification du Congolais réduit à un produit exploitable et exploité. Ce n'est pas exagéré.

Il y a soixante ans exactement étaient proclamés à la fois l' Apartheid et la Déclaration Universelle des Droits de l' Homme. L' abolition de l' Apartheid ne signifie pas qu' il n' existe pas des séquelles, bien au contraire, la vigilance est de tous les instants. Quant à la Déclaration onusienne, elle rappelle chaque jour que la dignité et la valeur de la personne humaine requiert que «chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés» sans distinction « de langue».

Mais voilà que les langues étrangères s' installent et s' affichent en public et pour le public congolais. 
La population a le droit de pouvoir comprendre et dans sa langue. Il n' y a aucun compromis. Les produits de consommation courante comportent des mentions ou modes d' emploi dans une langue. Et lorsque ces produits sont importés en RDC, ils ne peuvent garder la langue étrangère destinée à d' autres populations. Il faut appliquer les langues locales. Le problème est plus délicat encore avec les produits pharmaceutiques qui sont vendus avec des notices en grec, hindou, arabe ou espagnol, etc. Une épidémie sévit avec les téléphones potables dont les fonctions sont en chinois. A cause de ce problème de langue, ces produits devraient être retirés du marché soit qu' ils pourraient être dangereux pas mauvais usage, soit qu' ils ne sont pas utilisables dans toutes les fonctions qui en justifient la vente et le prix. Il y a escroquerie.

L' Autorité se tait. Elle est aveugle. Souvent complice. Certains acteurs affichent le slogan " we are the best" au lieu d' écrire " nous sommes les meilleurs". On prépare un " Katanga International Show" au lieu de " Foire Internationale du Katanga". Les gens en profitent. Récemment, les animateurs d' un séminaire financé par l' Etat se sont permis de délivrer des attestations de participation en anglais " certificate of participation". Et c' est l' Autorité qui très cérémonieusement remettait les documents en anglais à chaque participant.

Ce laxisme, cette permissivité de l' Autorité est une forme de démission. Une sorte de trahison. L' usage public de langues étrangères, ou leur usage pour le public est une grave atteinte à une population qu' on dit largement illettrée. Ces violations sont d' autant odieuses que la, population illettrée qui ne sait déjà pas lire sa langue naturelle, ignore la matérialité de l' agression. Il y a aussi le viol de la constitution qui ne reconnaît en RDC que le Français comme unique langue officielle. Il y a également la violation des droits de l' homme lorsqu' on n' utilise aucune des quatre langues nationales. 

Il y a des véhicules chinois qui sont en circulation et qu' on ne peut identifier parce que la marque sur la carrosserie est en langue chinoise. Les véhicules d' occasion gardent les marques commerciales de leurs anciens propriétaires avec adresses et numéros de téléphone. Il y a des bus d' occasion qui gardent les indications de destinatin de communes belges. C' est l' idiotie des nouveaux riches. Mais on ne peut pas croire un seul instant que les sociétés minières qui se font des millions de dollars américains de profits ne peuvent pas acheter un pinceau et un pot de peinture pour effacer les inscriptions " school bus" ou " emergency exit" sur leurs bus américains d' occasion.
On ne peut pas croire que la RDC est dévastée au point de devoir importer de l' étranger jusqu' aux panneaux de signalisation de travaux routiers "road construction". On doit constater que ces gens qui viennent faire des affaires en RDC se conduisent en terrain conquis. Comme des exoplanètes, les langues étrangères démontrent leur profond mépris envers ce pays et ses habitants. Il y a de l' abus dans l' air. De l' humiliation. Du racisme. De l' inacceptable.

Le lendemain du 27 octobre 1971 et du changement du nom du pays en Zaire avec l' adoption d' un nouveau drapeau vert frappé d' un flambeau, Mobutu s' était rendu en visite officielle en Algérie. Il avait refusé de descendre de l' avion, tant que flottaient les anciens drapeaux congolais. Pourtant l' Etat algérien n' avait été ni notifié ni eu le temps de s' adapter. Qu' on ne nous fasse pas regretter Mobutu