Decrypt: des milliards chinois? ou congolais...

Publié le par Grand Beau et Riche Pays


Le poids des milliards de dollars chinois ne peut faire oublier que la Colonisation a réalisé bien davantage avec moins de ponction de minerais. Le salut est dans les milliards congolais.


Discours à la Nation de Kabila  6 décembre 2007


Joseph Kabila     " J' avais proposé une vision et un programme, à savoir: cinq chantiers pour changer le Congo! Une vision et un programme dont les maîtres mots sont modernisation, renouvellement, renaissance, plutôt que « point à temps », réhabilitation, ou raccommodage. Car, c'est d' une transformation complète, d' une révolution à tous égards, y compris mental et moral, que nous avions et avons besoin. A ce sujet, permettez qu'en quelques mots, Je puisse rendre compte des accords conclus et à conclure avec la République Populaire de Chine, et rassurer Notre peuple quant au sens et au contenu de Notre démarche. «Cinq chantiers pour changer le Congo », ce n'est ni un slogan, ni une utopie. C'est un projet. Mieux, c'est un contrat passé avec le peuple. Nous avons donc une obligation de résultat, et il nous faut trouver des ressources financières pour matérialiser ces chantiers sur le terrain.

Les véritables clauses du contrat chinois

Le contrat signé entre les entreprises chinoises et le gouvernement congolais ne cesse de susciter des interrogations au sein de l'opinion. Les clauses de ce contrat assimilé à un troc pour la réalisation des 5 chantiers du président Kabila demeurent toujours inconnues de la majorité des Congolais.
 

Environ 4 milliards USD échappent au Trésor

AVRIL 2008    (PANA) evelyne casalegno     - Environ 4 milliards de dollars US de taxes perçues par des institutions publiques échappent au Trésor public au niveau des entreprises publiques et des régies financières. Cet audit auprès de trois régies financières ainsi que dans neuf entreprises publiques  aura duré 18 mois. Les experts ont affronté  des difficultés pour remplir leur mission notamment la réticence de quelques gestionnaires, l'insuffisance des moyens matériels et des interventions intempestives de certains de certains ministres.
 
 

 

DECRYPTAGE DU 22 FEVRIER 2008    Déprimante cette incapacité à évaluer le deal avec les Chinois. Sont échangés 10 millions de tonnes de cuivre, valant actuellement 70 milliards de dollars et 500.000 tonnes de cobalt valant 20 milliards. Soit un total de 90 milliards.  A cela s' ajouteront des milliards en retombées commerciales directes avec les marchés de construction et indirectes avec les importations de biens de consommation. Qu' est ce qu' on en obtient? Des infrastructures pour 6 milliards. 3.000 km de routes et de voies de chemin de fer, 31 hôpitaux de 150 lits, 145 centres de santé, 4 universités.

 

Selon Kalala Budimbwa, la colonisation belge avait « pompé » entre 1908 à 1960, 4,9 millions de tonnes de cuivre et 72.000 tonnes de cobalt. Et ils ont construit tout un pays avec la moitié du cuivre chinois et le septième du cobalt chinois. 3000 KM de routes, c' est bien, mais pas tant que cela. Et c'est Kabila lui-même qui l' affirme dans L

 

Les métaux engagés avec les Chinois et ce qu' on en obtiendra ne vont jamais approcher les réalisations économiques et sociales de la colonisation... On parle de 3000 KM de routes et chemins de fer chinois ; c’est sans comparaison avec les 35.000 Km de voies de communication d’ il y a 50 ans. Et surtout, la population congolaise est 5 fois plus importante...

 

De plus les Chinois prélèveront 400.000 tonnes de cuivre par an. Cela représente la totalité de la production de la Gecamines dans ses années de gloire. C’est près de 4 années de la production de l' UMHK. Imagine-t-on l' Etat privé des revenus de la GCM ou de l' UMHK pendant 25 ans ???

 

Enfin, les infrastructures, cela ne se mange pas. C' est des investissements d' environ 250 millions de dollars par an, si on les étalait sur les 25 ans du contrat chinois. D' où une fuite de revenus miniers qui auraient pu être affectés à couvrir, non pas les factures chinoises, mais en bonne partie les autres dépenses de l’ Etat. Des dépenses immatérielles, certes, mais combien importantes telles l' éducation, la santé,

. Tout l' enjeu est dans le développement du Congo et les effets d' entraînement des ces travaux chinois en termes de création d' emplois et la relance des entreprises locales. Et si tout va bien il y aura 5 emplois congolais de créés pour un chinois. Tout cela est maigre. Cela manque de vision et d' ambition. D' ailleurs, les maîtres d’ œuvre des fameux 5 chantiers ne revendiquent pas une «  New Deal » à la Franklin Delano Roosevelt inspiré par John Maynard Keynes.

 

Les 6 milliards chinois ? Parce que les caisses de la RDC sont vident ou qu’ elles sont des tonneaux sans fond ? Cette pauvreté-là n’ est pas réelle. On parle d’ une population de 60 millions d' habitants gagne moins de un dollar par jour. Affirmer cette pauvreté, c’est en même temps reconnaître que ces mêmes congolais ont de la capacité financière. Avec 30 dollars par mois, cela justifierait une imposition de, par exemple, 1 dollar par mois et par tête d' habitant. Et de 10 dollars par an… Actuellement, ce dollar d' impôt mensuel est effectivement prélevé et payé avec le rançonnage de la population. Si cela revenait à l' Etat, le RDC disposerait de 600 millions de recettes «  per capita » annuelles. De quoi auto-financer les infrastructures chinoises avec 250 millions par année et un boni de 350 millions! Alors, les 6 milliards chinois ? Ils n’ ont pas l’ éclat qu’ on leur prête. Il y a surtout à rééquilibrer les rapports de force en collectant les milliards congolais. Un audit a révélé des fuites de 4 milliards de dollars annuels, autant que les 2/3 du prix des infrastructures chinoises.

 

AVRIL 2008    Joseph Kabila déclare à Le Soir : " Nous devons construire plus de 150.000 km de routes, avec en priorité 15 000 km de route asphaltées en une quinzaine d’années. Les Chinois en construiront 3000". Veut-il dire par là qu' il faudra ponctionner 50 millions de tonnes de cuivre pour obtenir l' équivalent de 15.000 km de routes? Et 500 millions de tonnes pour 150.000 km?

 

JUIN 2008    Dans “LeSoir” du samedi 14.06.08 Paul Frix, président de Mémoires du Congo, rappe!e que " en 52 ans l’administration coloniale, utilisant les ressources propres du pays, avait réussi à doter le pays de 145.000 kilomètres de routes et de créer une dizaine de villes. Ce qui a été fait alors est encore possible aujourd’hui: le Congo pourrait se relever très vite et contribuer à la stabilité de tout le continent”.

 

JUILLET 2008   La preuve n' a pas été avancée comme quoi, le peuple appaise sa faim en mangeant du bitume chinois. La propagange encourage à la fierté de l' esclave affranchi et qui, avec la rage et le désespoir de naufragés,  devrait s' aggriper à la planche de salut chinoise. Mais attention! une planche qui flotte pourrait bien être un croco.  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :